Communiqués de presse


UBS Outlook 3e trimestre 2004: L'industrie suisse poursuit sur sa lancée

| Media Releases Switzerland

La reprise s'est poursuivie dans l'industrie suisse au deuxième trimestre et devrait encore gagner en vigueur ces prochains mois. Selon le dernier sondage UBS, la forte progression des commandes de l'étranger s'avère le principal moteur de la croissance.

L'industrie suisse a comme prévu maintenu son cap de croissance au deuxième trimestre et un coup d'œil sur le panorama sectoriel a de quoi réjouir. A une exception près, toutes les branches industrielles analysées dans le sondage UBS ont enregistré une nette progression des entrées de commandes, de la production, de la réserve de travail et des ventes par rapport à l'an dernier. Les stimulants ont surtout été fournis par la dynamique des marchés étrangers, mais la demande domestique a elle aussi très bien évolué. Au troisième trimestre, la conjoncture industrielle devrait enclencher la vitesse supérieure.

L'économie suisse a résolument mis le cap sur la croissance comme l'atteste l'indicateur conjoncturel UBS, calculé à partir des résultats du sondage trimestriel UBS auprès de 300 entreprises industrielles. Ce baromètre de tendance indique l'évolution conjoncturelle la plus probable pour les prochains mois, avec deux trimestres d'avance sur les données officielles du produit intérieur brut (PIB). Alors que l'activité suisse avait déjà progressé de 1,5% en termes réels au premier trimestre par rapport au même trimestre de l'an dernier, cet indicateur avancé signale une dynamique durablement soutenue pour les deuxième et troisième trimestres.

Forte progression de l'activité
D'après le sondage de juin, la tendance haussière dans l'industrie s'est accentuée au deuxième trimestre. Alors qu'au premier trimestre 2004, 35% des entreprises interrogées annonçaient déjà une progression de leurs ventes à l'étranger, cette proportion était de 50% au deuxième, tandis que 18% des entreprises (pratiquement comme il y a trois mois) faisaient état d'un recul. Cela a notamment stimulé la dynamique de l'industrie des machines, des équipements électriques et des métaux. De fait, avec la chimie/pharmacie, ces branches ont affiché la plus forte progression en comparaison sectorielle. L'activité dans l'horlogerie et l'industrie des matières synthétiques a évolué conformément à la moyenne des branches. Seul le secteur du papier, de l'imprimerie et des arts graphiques a encore subi un recul d'activité.

Globalement, la production industrielle a été fortement accrue. En outre, la hausse des volumes écoulés et un contrôle plus strict des coûts ont enfin permis l'amorce d'un redressement des bénéfices, qui ont toutefois encore évolué de façon moins dynamique que les ventes. 36% des entreprises ont amélioré leur rentabilité, tandis que 25% ont enregistré une baisse de leurs bénéfices. Avec l'animation de la demande et l'utilisation accrue des capacités, la pression sur les prix de vente tend à diminuer. Néanmoins, seuls 14% des établissements ont pu augmenter les leurs, tandis que 60% ont annoncé des prix inchangés et 26% fait état de la concession de nouveaux rabais. Une stabilisation se dessine au niveau de l'emploi. Certes, les entreprises produisent avec une main-d'œuvre nettement moindre que l'an dernier, mais après deux ans et demi de recul, les effectifs ont pu être maintenus pour la première fois d'un trimestre à l'autre.

L'industrie reste optimiste
Des carnets de commandes plus étoffés et des réserves de travail en hausse signalent de bonnes perspectives de croissance pour le troisième trimestre. Par conséquent, les entreprises sont optimistes pour le futur immédiat et escomptent une demande soutenue, tant étrangère que suisse. L'utilisation des capacités de production devrait donc passer de 85% actuellement à probablement 86,2% au troisième trimestre. En outre, la meilleure exploitation du parc des machines et l'augmentation des réserves de travail incitent une entreprise sur deux à intensifier la production, tandis qu'une sur dix seulement va probablement la réduire. Malgré des prix de vente durablement bas, les établissements tablent sur une nouvelle amélioration de leur capacité bénéficiaire. Pour les mois de juillet à septembre, l'horlogerie, l'alimentation, l'industrie des métaux, ainsi que la chimie/pharmacie annoncent un besoin supplémentaire de personnel. La situation de l'emploi reste précaire dans le secteur papier, imprimerie et arts graphiques, ainsi que dans celui du bois et meubles.

Indicateur conjoncturel UBS et produit intérieur brut
(Variation en % sur la période de l'année précédente)

Données (en %)

Sources: seco (GDP); UBS (sondage et calculs)
*statistiques officielles provisoires

UBS Business Banking

Interlocuteurs:
Andreas Höfert, chef Economic Research
Tél. +41 1 234 67 39, fax +41 1 234 25 99
Daniel Kalt, chef Swiss Economic Research
Tél. +41 1 234 25 60
Thomas Kägi, Economic Research
Tél. +41 1 234 35 54

Publications UBS et prévisions sur la Suisse: