Communiqués de presse


Sondage UBS sur les salaires: légères augmentations suite aux négociations salariales 2004

| Media Releases Switzerland

Une croissance nominale des salaires de 0,9% attendue

Selon le récent sondage UBS sur les salaires, les salaires nominaux augmenteront d'environ 0,9% à l'issue des négociations salariales 2004. Les participants à ce sondage prévoient un taux d'inflation de 0,5%, si bien que les salaires réels devraient augmenter d'environ 0,4%. Tels sont les principaux résultats du 15e sondage UBS sur les salaires réalisé chaque année auprès des entreprises de 19 secteurs d'activités.

Malgré un environnement difficile, c'est dans le secteur des télécommunications et de l'informatique que les hausses les plus élevées sont attendues cette année encore (respectivement 2,2% et 1,9%). Les entreprises interrogées prévoient également une forte croissance dans le secteur énergétique (2,0%). En revanche, seules de faibles augmentations sont attendues dans les secteurs de l'impression et des arts graphiques (0,4%), de l'horlogerie (0,5%) et de l'automobile (0,5%), fortement affectés par le ralentissement conjoncturel.

Sur les quelque 70% d'entreprises qui distribuent des bonus, près de la moitié prévoient une diminution de ceux-ci et 7% seulement tablent sur une légère augmentation.

Les participants aux sondages se sont révélés beaucoup plus optimistes quant à l'évolution conjoncturelle à venir que lors du dernier sondage effectué l'an dernier.

L'amélioration des perspectives économiques se répercute également sur la planification du personnel. Le nombre d'entreprises prévoyant une réduction de leurs effectifs a sensiblement diminué (37% pour 2004 contre 52% pour 2003) et certaines entreprises envisagent même de mener à nouveau une politique de recrutement expansive (17%).

Tels sont les résultats du sondage annuel sur les salaires qu'UBS a réalisé du 1er au 18 octobre 2003 auprès d'entreprises et d'associations patronales de 19 secteurs d'activités, qui emploient environ 57% de la population active en Suisse. Entre 1989 et 2002, les augmentations de salaire estimées d'après ce sondage ne s'écartaient que de 0,36% des statistiques officielles sur les salaires publiées par l'Office fédéral de la statistique (OFS).



Zurich, 29 octobre 2003
UBS