Communiqués de presse


L'industrie voit sa confiance confirmée

| Media Releases Switzerland

L'amélioration marquée du climat de l'industrie au printemps s'est déjà traduite par une activité nettement plus stable. Selon UBS, la tendance haussière ne devrait toutefois s'accentuer qu'au troisième trimestre.

UBS Outlook 3e trimestre 2002

Après la dégradation de l'activité au premier trimestre, l'industrie suisse avait prévu presque unanimement une nette embellie. Cet optimisme se voit largement confirmé par les chiffres du deuxième trimestre. Les résultats du sondage trimestriel UBS effectué en juin auprès de plus de 300 entreprises industrielles montrent que la conjoncture industrielle est sortie du creux de la vague. L'activité en tant que moyenne des annonces de soldes des entrées de commandes, de la production et du chiffre d'affaires s'est améliorée dans tous les secteurs sauf un, et de manière impressionnante. Alors que pour solde, 32% des entreprises avaient encore subi un repli d'activité au premier trimestre, ce chiffre n'était plus que 11% au deuxième. La reprise conjoncturelle qui s'amorce devrait s'accélérer au troisième trimestre.

L'indicateur conjoncturel UBS signale un revirement
L'indicateur conjoncturel UBS calculé à partir des résultats du sondage indique la tendance industrielle par rapport à l'évolution de l'ensemble de l'économie. Baromètre du produit intérieur brut (PIB), il anticipe de manière fiable les retournements de tendance cycliques, avec deux trimestres d'avance sur les données officielles. Déjà en mars, il avait anticipé une consolidation de la croissance réelle du PIB au deuxième trimestre, prévision que confirment les dernières données. En même temps, l'indicateur signale une dynamique nettement plus positive pour le troisième trimestre.

Premiers signes d'embellie
D'après tous les indicateurs analysés, l'industrie est sortie du creux de la vague au deuxième trimestre. Même si en moyenne de toutes les entreprises aucune valeur positive n'a encore été atteinte, les différences entre les réponses positives et négatives signalent toutes sans exception l'imminence de jours nettement meilleurs. Ainsi, pour solde, seules 12% des entreprises ont enregistré moins de commandes, contre 36% au premier trimestre. Parallèlement, les stocks excédentaires de produits ouvrés ont pu être en partie réduits et la production, ainsi que les réserves de travail, ont moins baissé qu'auparavant. Le recul du chiffre d'affaires et des bénéfices s'est également ralenti. Toutefois, le redressement a été freiné à la fois par la vigueur du franc et l'atonie persistante de la demande d'investissements. L'évolution des effectifs est restée timide, avec un niveau inférieur à celui de l'année dernière pour un solde de 22% des entreprises interrogées. Mais même ce chiffre équivaut à une amélioration de 9%.

La tendance haussière se précise
Le sondage UBS signale une marche des affaires positive dans l'industrie au troisième trimestre. Les entreprises tablent sur une augmentation des entrées de commandes de l'étranger, mais partent de l'hypothèse d'une stagnation des ordres suisses. Ainsi, la phase de freinage de la production devrait toucher à sa fin. En maints secteurs, les entreprises prévoient même de l'augmenter. En outre, elles espèrent globalement un redémarrage des ventes et une certaine détente au niveau de la compression des bénéfices, qui devrait toutefois rester limitée dans certains secteurs industriels vu la pression constante sur les prix. La reprise n'étant encore qu'en phase initiale, aucun revirement de tendance ne se profile en matière d'emploi. Au contraire, pour solde, une entreprise interrogée sur neuf estime qu'une nouvelle compression des effectifs sera nécessaire entre juillet et septembre.

Fortes disparités sectorielles
La reprise s'est engagée de manière plus ou moins forte selon les secteurs industriels au deuxième trimestre. L'industrie alimentaire a poursuivi son expansion sans ralentir. Par ailleurs, les industries horlogère, chimique et du papier ont réussi à renouer avec une croissance positive. Par contre, le textile, le bois et meubles, ainsi que les biens d'équipement ont continué à pâtir de la morosité conjoncturelle avec la même intensité, mais le creux semble avoir été surmonté. Seule l'imprimerie, dont l'activité s'est même encore fortement contractée, reste encore dans l'ombre.
Les prévisions pour le troisième trimestre sont encore nettement meilleures, dans tous les secteurs sauf le papier et l'horlogerie. Pour la première fois depuis un an, les participants au sondage s'attendent même à une marche des affaires positive. L'industrie alimentaire arrive en tête grâce à une demande de consommation durablement soutenue, suivie par le textile et la chimie/pharmacie. Par contre, l'activité n'enregistre encore aucune valeur positive dans les segments matières plastiques, imprimerie/arts graphiques, machines, métaux ainsi que bois et meubles.

Indicateur conjoncturel UBS et produit intérieur brut
(Variation en % sur la période de l'année précédente)

Données (en %):

Sources: seco (PIB); UBS (sondage et calculs)
*statistiques officielles provisoires

Zurich / Bâle, le 4 juillet 2002
UBS AG