Communiqués de presse


UBS dégage un bénéfice net de 1363 millions de CHF au premier trimestre

| Quarterly Results

Au premier trimestre 2002, UBS a dégagé un bénéfice net après impôts de 1363 millions de CHF, en recul de 14% sur le premier trimestre 2001, mais en hausse de 23% par rapport au trimestre précédent. Avant goodwill et corrigé du bénéfice tiré de la vente de Hyposwiss, le bénéfice net s'inscrit à 1574 millions de CHF, en diminution de 17% sur le résultat du premier trimestre 2001, mais en progression de 10% sur celui du quatrième trimestre. Malgré un environnement de marché toujours difficile, les revenus ont continué de s'améliorer, ce qui atteste des avantages tirés de la bonne diversité des activités du Groupe.

UBS a dégagé un bénéfice net après impôts de 1363 millions de CHF au premier trimestre 2002. Le résultat s'est ainsi inscrit en baisse de 14% par rapport au premier trimestre 2001, mais a progressé de 23% sur le quatrième trimestre. Avant goodwill et corrigé du bénéfice tiré de la vente de Hyposwiss, le bénéfice net s'élève à 1574 millions de CHF, en recul de 17% sur le résultat du premier trimestre 2001, mais en hausse de 10% par rapport à celui du quatrième trimestre. Comme ce fut déjà le cas au trimestre précédent, UBS a encore amélioré globalement sa rentabilité. A l'exception d'UBS Capital, toutes les unités d'affaires ont enregistré une hausse de leurs bénéfices sur le quatrième trimestre 2001 et le segment des opérations bancaires en Suisse, des plus performants, a de nouveau battu un record durant le trimestre sous revue.

Selon Peter Wuffli, président du Directoire du Groupe: «L'environnement de marché reste certes difficile, mais les progrès accomplis dans toutes les unités d'affaires sont extrêmement encourageants. Nous profitons de notre stricte gestion des coûts et des risques, de notre concentration stratégique claire et des flux de revenus solidement diversifiés de nos activités clés».

Malgré l'incertitude régnant sur les marchés financiers, les activités de gestion de fortune se sont révélées stables et l'unité Corporate and Institutional Clients de UBS Warburg a réalisé une très bonne performance grâce aux résultats record des opérations de taux. Le recul du résultat du Groupe par rapport au premier trimestre 2001 est dû en grande partie à UBS Capital: cette unité a enregistré une nouvelle fois une activité décevante, attribuable à l'incidence toujours négative de l'environnement économique précaire sur l'évaluation des participations de private equity.

Le produit d'exploitation s'est inscrit à 9589 millions de CHF au premier trimestre 2002, en recul de 5% sur le premier trimestre 2001 et en hausse de 13% sur le quatrième trimestre. La gestion de fortune a affiché une croissance bénéficiaire stable, due à la hausse des revenus tirés des actifs dans le Private Banking et chez UBS PaineWebber, qui ont même atteint un record dans l'unité US. Quant à ceux générés par les fonds de placement, ils se sont également inscrits à un niveau inégalé jusqu'à présent.

Les autres charges d'exploitation ont été ramenées à 1700 millions de CHF par des réductions de coûts dans les domaines marketing, technologie et frais de voyage. En diminution de 9% par rapport au premier trimestre 2001, ce poste a reflué à son plus bas niveau depuis la reprise de PaineWebber. Les charges de personnel se sont alourdies de 1%, à 5317 millions de CHF, en raison d'une augmentation des primes de résultat. La gestion des charges de personnel s'effectue sur une base annuelle et les versements définitifs de primes de résultat sont fixés au quatrième trimestre. Toujours stricte, la gestion du personnel empêche l'apparition de surcapacités et fournit au Groupe la marge de manœuvre nécessaire pour des investissement stratégiques.

Les correctifs de valeur pour risques de crédit se sont chiffrés à 85 millions de CHF (trois points de base de l'ensemble des crédits en circulation pour le trimestre), contre 115 millions de CHF au quatrième trimestre et 136 millions au premier trimestre 2001. Cette diminution reflète l'amélioration de la qualité du portefeuille de crédits suisses. Parallèlement, UBS Warburg poursuit une stratégie caractérisée par la gestion prudente des risques et l'emploi d'instruments de garantie de crédit.

L'afflux net d'argent frais au niveau du Groupe s'est élevé à 11,8 milliards de CHF au premier trimestre 2002. Un résultat satisfaisant, vu l'environnement actuel du marché et l'impact à court terme de l'amnistie fiscale décrétée par le gouvernement italien, qui a affecté négativement de 4,5 milliards de CHF la collecte de fonds du Private Banking durant le trimestre sous revue. Les clients d'UBS ont certes rapatrié globalement 8,4 milliards de CHF en Italie, mais le développement stratégique sur ce marché s'est révélé être un avantage. UBS a été en mesure de conserver près de la moitié des valeurs patrimoniales rapatriées par la clientèle italienne dans son unité locale de Private Banking. UBS PaineWebber, unité opérant dans le segment de la clientèle privée américaine, a encore gagné des parts de marché au détriment de ses concurrents d'outre-Atlantique et a drainé un volume considérable de capitaux (7,4 milliards de CHF) au premier trimestre. UBS a encore continué d'enregistrer des afflux nets d'argent frais dans le domaine des fonds de placement.

Performance par rapport aux objectifs financiers du Groupe:
Avant amortissement du goodwill et corrigé du bénéfice non récurrent résultant de la vente de Hyposwiss au premier trimestre 2002:

  • Avec 15,2%, le rendement annualisé des fonds propres se situe à l'intérieur de la fourchette de 15-20% et en dessous des 17,6% réalisés au premier trimestre 2001.

  • Le bénéfice par action s'est élevé à 1.27 CHF. Il a reculé de 15% par rapport au premier trimestre 2001, mais demeure supérieur à la moyenne trimestrielle enregistrée l'an dernier.

  • Le ratio charges/produit s'est accru à 77,9%, contre 73,9% au premier trimestre 2001, bien que les charges d'exploitation aient diminué de 2% grâce à la maîtrise des coûts à l'échelon du Groupe.

Perspectives 2002
Tout comme en 2001, UBS a affiché une performance assez vigoureuse au premier trimestre. La diversité des flux de revenus du Groupe s'est révélée un élément précieux pour faire face aux mauvaises conditions du marché et aux faibles volumes de transactions de la clientèle.

Les perspectives d'une reprise de l'économie mondiale dans le courant du second semestre restent favorables, même si des doutes sont apparus sur son ampleur. De ce fait, il est peu probable que les résultats cette année surpassent ceux enregistrés en 2001.

Changements dans la structure du Groupe et dans le Management Accounting
Le 29 avril, UBS a publié une nouvelle présentation adaptée (retraitée) avec effet rétroactif des données financières pour 1999, 2000 et 2001, qui reflète le changement de la structure du Groupe à compter du 1er janvier 2002.
Par ailleurs, UBS a procédé à quelques modifications dans le Management Accounting. La principale concerne la répartition du goodwill résultant de la reprise de PaineWebber par UBS sur les Groupes d'affaires et les unités d'affaires du Groupe UBS.
Aucune de ces modifications n'a d'influence sur les résultats du Groupe UBS en 1999, 2000 et 2001. Elles n'ont d'effet que sur les résultats des Groupes d'affaires et unités d'affaires. Tous les chiffres du premier trimestre 2002 reflètent déjà la nouvelle structure.

Résultats des Groupes d’affaires

(corrigés des facteurs financiers exceptionnels 1)

UBS Suisse

L'unité Clientèle privée et Entreprises a battu un nouveau record au premier trimestre, avec un résultat de 705 millions de CHF avant impôts, en hausse de 24% sur le quatrième trimestre 2001. Mesuré à ses fonds propres réglementaires attribués, l'unité d'affaires a ainsi atteint un rendement annualisé de 47%. Le produit d'exploitation s'est accru de 5%, à 1665 millions de CHF, du fait de la légère amélioration du résultat des prestations de service et des commissions, ainsi que d'effets ponctuels. En revanche, le produit des intérêts a quelque peu pâti de la pression exercée sur les marges.

Le ratio charges/produit s'est sensiblement amélioré, refluant de 59% au quatrième trimestre 2001 à un plus bas de 55%, grâce à la stricte gestion des coûts et à une réduction de 22% des effectifs dans les trois années et demi depuis la fusion de l'Union de Banques Suisses et de la Société de Banque Suisse. L'afflux net d'argent frais a totalisé 1,3 milliard de CHF et provenait pour l'essentiel de fonds investis par la clientèle d'entreprises.

Le résultat avant impôts de l'unité Private Banking s'inscrit à 601 millions de CHF, en hausse de 3% sur le quatrième trimestre 2001. Le produit d'exploitation a augmenté de 3%, à 1593 millions de CHF, sur le trimestre précédent, grâce à la légère amélioration des conditions du marché et à la contribution accrue de l'initiative European Wealth Management. La progression enregistrée est entièrement attribuable aux revenus tirés des actifs, qui représentent maintenant 71% du produit total, alors que ceux tirés des transactions sont restés à leur niveau du quatrième trimestre.

Au premier trimestre, l'afflux net d'argent frais s'est accru de 2,6 milliards de CHF, un solide résultat vu les sorties de fonds liées à l'amnistie fiscale italienne. Sur un total de 8,4 milliards de CHF de fonds rapatriés, UBS a réussi à en conserver presque la moitié (3,9 milliards de CHF) dans ses affaires Private Banking locales en Italie. Corrigé des effets de l'amnistie fiscale italienne, l'afflux net d'argent frais a dépassé nettement les flux enregistrés au quatrième trimestre 2001 (4,2 milliards de CHF) et au premier trimestre 2001 (4,5 milliards de CHF).

UBS Global Asset Management

Le résultat avant impôts de UBS Global Asset Management a progressé de 72 millions de CHF au quatrième trimestre 2001 à 75 millions de CHF, suite à la baisse des autres charges d'exploitation. Durant la période sous revue, le produit d'exploitation a diminué de 1%, à 556 millions de CHF, tandis que les charges d'exploitation se sont allégées de 9 millions de CHF pour totaliser 481 millions de CHF.

Depuis la fin de 2001, les actifs gérés sont passés de 672 milliards à 677 milliards de CHF. L'afflux net d'argent frais a été de 0,4 milliard de CHF, avec des flux dans les mandats Revenu fixe en Asie, les produits sur actions et d'allocation d'actifs de GAM, compensés par des sorties dans les mandats d'allocation d'actifs en Grande-Bretagne et dans les mandats Revenu fixe aux Etats-Unis.

UBS Warburg

L'unité Corporate and Institutional Clients de UBS Warburg a enregistré une forte performance en comparaison sectorielle, avec un résultat avant impôts de 954 millions de CHF, en baisse de 20% sur le même trimestre de 2001, mais en hausse de 18% sur le quatrième trimestre.

Le produit d'exploitation s'est élevé à 4133 millions de CHF, en recul de 7% sur le premier trimestre 2001, mais en progression de 29% sur le quatrième trimestre. Les opérations d'intérêts et de change ont réalisé une performance record, avec des revenus en hausse de 41%, à 2117 millions de CHF, par rapport au premier trimestre 2001 et de 89% sur le quatrième trimestre, ce qui n'a toutefois pas entièrement compensé le résultat du compartiment actions. Les revenus de l'Investment Banking n'ont pratiquement pas bougé par rapport au premier trimestre 2001, avec de bons résultats dans les mandats de souscription aux Etats-Unis.

UBS Warburg a poursuivi son expansion dans les principaux secteurs industriels du financement d'entreprises mondial, faisant notamment passer sa part de marché sur le continent américain de 3,4% pour l'ensemble de 2001 à 3,6% au premier trimestre 2002.

Les charges de personnel se sont alourdies de 3%, à 2425 millions de CHF, sur le premier trimestre 2001, en raison des niveaux plus élevés des rémunérations liées à la performance. Le programme en cours de compression des coûts a permis de réduire les autres charges d'exploitation de 17% par rapport au premier trimestre 2001 et de 9% sur le quatrième trimestre.

Au premier trimestre 2002, l'unité UBS Capital a enregistré une perte avant impôts de 462 millions de CHF contre 287 millions de CHF au trimestre précédent. Ce résultat reflète les conditions précaires des marchés du capital investissement, qui ont entraîné des correctifs de valeur importants dans le portefeuille et réduit les occasions de se défaire de participations. Totalisant 30 millions de CHF au premier trimestre, les charges d'exploitation ont reculé à leur plus bas niveau depuis un an. Il n'a été procédé à aucun désinvestissement matériel ce trimestre.

Les conditions sur le marché du private equity resteront difficiles et les possibilités de désengagement limitées. Tant que le marché ne se sera pas ressaisi et que de bonnes opportunités de cession de participations feront défaut, UBS Capital continuera probablement d'accuser des pertes ces prochains trimestres. UBS met l'accent sur la maximisation de la valeur du portefeuille actuel et renonce à de nouvelles prises de participation substantielles.

UBS PaineWebber

Au premier trimestre, UBS PaineWebber a enregistré une perte avant impôts de 171 millions de CHF, contre des pertes de 217 millions de CHF au quatrième trimestre et de 114 millions de CHF au premier trimestre 2001. Le bénéfice opérationnel avant les coûts d'acquisition (amortissements du goodwill, coûts nets pour le financement de la survaleur et les paiements de fidélisation) permet une appréciation isolée de la véritable performance opérationnelle du Groupe d'affaires. Pour cette raison, UBS s'orientera désormais sur cette grandeur lors des commentaires relatifs aux résultats de UBS PaineWebber. Sur cette base, le bénéfice opérationnel avant impôts s'est accru de 23%, à 164 millions de CHF, (quatrième trimestre: 133 millions de CHF) et a baissé de 30% par rapport au premier trimestre 2001 (233 millions de CHF).

Les résultats de UBS PaineWebber soulignent la bonne stabilité de sa base de clientèle privée, malgré les conditions du marché. Le Groupe d'affaires a bien performé par rapport à ses concurrents américains. Les transactions avec la clientèle ont légèrement progressé d'un trimestre à l'autre, tout en restant inférieures de 13% au niveau du premier trimestre 2001.

Au premier trimestre, le produit d'exploitation s'est accru de 6%, à 1600 millions de CHF, par rapport au quatrième trimestre 2001, suite aux vigoureux résultats dans les «municipal securities», à l'augmentation des revenus tirés des actifs et à des effets de change. Par rapport au premier trimestre 2001, il a diminué de 7% en raison des activités clientèle moindres

Les charges de personnel se sont alourdies de 2%, à 1223 millions de CHF, sur le quatrième trimestre 2001. Corrigées des effets de change, elles sont en fait inférieures de 1% en raison de la réduction de la rémunération variable. Comparées à celles du premier trimestre 2001, les charges de personnel se sont allégées de 6%, vu le plus faible niveau des rémunérations liées aux résultats et la réduction du personnel d'assistance.

Au premier trimestre, l'afflux d'argent frais a totalisé 7,4 milliards de CHF contre 8,5 milliards de CHF au quatrième trimestre et 6,2 milliards de CHF au premier trimestre 2001. Il en résulte une augmentation des actifs gérés depuis fin 2001 de 769 milliards de CHF, à 779 milliards de CHF. Le ratio charges/produit d'exploitation avant coûts d'acquisition était de 90% au premier trimestre, en amélioration de 2% sur le quatrième trimestre 2001 suite à la mise en œuvre des initiatives de maîtrise constante des coûts. Parmi ses concurrents du segment US Private Clients, UBS PaineWebber est la seule société à faire état d'une amélioration de ce ratio d'un trimestre à l'autre.Facteurs financiers exceptionnels:
Au premier trimestre 2002, UBS a réalisé un bénéfice non récurrent avant impôts de 155 millions de CHF résultant de la vente de Hyposwiss. Celui-ci a été enregistré comme facteur financier exceptionnel. Il n'y a pas eu de facteurs financiers exceptionnels au premier et au quatrième trimestre 2001.
(Le détail complet des facteurs financiers exceptionnels en 2001 et 2002 et de leurs incidences figurent dans le UBS First Quarter Report 2002).

Cautionary statement regarding forward-looking statements


This communication contains statements that constitute „forward-looking statements", including, but not limited to, statements relating to the implementation of strategic initiatives, such as the implementation of the new European wealth management strategy, expansion of our corporate finance presence in the US and worldwide, the development of UBS Warburg's new energy trading operations, and other statements relating to our future business development and economic performance.

While these forward-looking statements represent our judgments and future expectations concerning the development of our business, a number of risks, uncertainties and other important factors could cause actual developments and results to differ materially from our expectations.

These factors include, but are not limited to, (1) general market, macro-economic, governmental and regulatory trends, (2) movements in local and international securities markets, currency exchange rates and interest rates, (3) competitive pressures, (4) technological developments, (5) changes in the financial position or credit-worthiness of our customers, obligors and counterparties and developments in the markets in which they operate, (6) legislative developments, (7) the impact of the terrorist attacks on the World Trade Center and other sites in the United States on 11 September 2001 and subsequent related developments, (8) the impact of the management changes and changes to our business group structure that took place in December 2001 and (9) other key factors that we have indicated could adversely affect our business and financial performance which are contained in other parts of this document and in our past and future filings and reports, including those filed with the SEC.

More detailed information about those factors is set forth elsewhere in this document and in documents furnished by UBS and filings made by UBS with the SEC, including UBS's Annual Report on Form 20-F for the year ended 31 December 2001. UBS is not under any obligation to (and expressly disclaims any such obligations to) update or alter its forward-looking statements whether as a result of new information, future events, or otherwise.

Zurich/Bâle, 14 mai 2002
UBS SA

Downloads

Key Messages video (anglais)

Webcast video (anglais)