Communiqués de presse


Essoufflement de la conjoncture pour les PME.

| Media Releases Switzerland

Reflétant la tendance économique générale, la conjoncture des petites et moyennes entreprises (PME) a de nouveau nettement ralenti durant le semestre d'été 2001. Toutefois, selon le sondage UBS de septembre effectué auprès de quelque 800 entreprises de moins de 100 employés, l'activité est encore restée dans l'ensemble légèrement positive. Les participants au sondage pensent que le refroidissement économique se poursuivra cet hiver. Les PME se montrent néanmoins globalement plus confiantes que les grandes entreprises quant aux perspectives de ces prochains mois, fidèles en cela à leur rôle typique de stabilisateurs de la conjoncture.

Tableau contrasté selon les secteurs
Hormis les boulangeries et les transporteurs, tous les secteurs dont UBS a interrogé des entreprises ont enregistré un net ralentissement de l'activité cet été, les plus touchés étant l'horlogerie, l'imprimerie et l'électronique. Un tableau hétérogène se dessine chez les prestataires de services interrogés, dans un contexte de résultats dans l'ensemble légèrement supérieurs à la moyenne: tandis que les agences de voyages et les boulangeries se sont bien comportées, arrivant nettement en tête concernant la marche des affaires, les fournisseurs de services informatiques ont subi un recul particulièrement marqué. Avec les imprimeurs, ils ont même enregistré une contraction de leur chiffre d'affaires.

La concurrence étant toujours âpre, la forte hausse des prix d'achat n'a pu être que partiellement répercutée sur ceux de vente. D'où une pression accrue pour de nouvelles rationalisations, qui s'est traduite par des investissements soutenus - en particulier dans l'industrie - malgré le fléchissement de l'activité. Les effectifs sont restés stables dans un contexte de stagnation de la réserve de travail en moyenne de tous les secteurs et de commandes n'augmentant que peu.

L'horizon s'assombrit
Vu le fléchissement de plus en plus prononcé de la conjoncture mondiale et des incertitudes accrues générées par les événements du 11 septembre, les PME s'attendent à un nouveau tassement de l'activité durant le semestre d'hiver 2001/02, voire à un recul par rapport à l'année précédente. Ce pessimisme est partagé par presque tous les secteurs. Seules exceptions: les boulangers, qui tablent sur une marche des affaires certes ralentie, mais toujours positive, et les prestataires de services informatiques, qui espèrent même une accélération de la demande. A l'inverse, les segments de la construction prévoient un net recul, certes dû en partie à des facteurs saisonniers. Globalement, les PME envisagent d'accroître leurs investissements malgré l'incertitude accrue qui plane sur les perspectives économiques à la suite des attentats commis aux Etats-Unis. Par contre, les entreprises devront légèrement réduire leurs effectifs afin de réagir à la dégradation de la demande et à la diminution des réserves de travail.


Tendances régionales des PME

La Suisse romande: moteur de la croissance
Le net ralentissement de la conjoncture des PME a commencé à se faire sentir cet été dans toutes les régions économiques, sauf en Suisse centrale. Les PME, notamment du Plateau occidental et de la Suisse du Nord-Ouest, ont accusé un fort recul de leur chiffre d'affaires, affichant ainsi en même temps la plus mauvaise performance en comparaison sectorielle. En revanche, comme en Suisse centrale les PME travaillant dans le secteur des services ont enregistré une forte progression, cette région est clairement arrivée en tête, suivie par la Suisse romande et la région zurichoise. Toutefois, cette reprise vigoureuse de la Suisse centrale ne sera que passagère, car les entreprises prévoient déjà de nouveau un fléchissement marqué de l'activité cet hiver.

Les plus confiantes pour ces prochains mois sont les PME romandes. Si les entreprises de cette région s'attendent certes à un nouveau tassement de la dynamique, conformément à la tendance générale, elles espèrent néanmoins une marche des affaires globalement positive. Toutes les autres régions devraient connaître une évolution négative, corres-pondant à la moyenne nationale.



Zurich / Bâle, le 21 novembre 2001