Communiqués de presse


Sondage UBS sur les salaires en Suisse: Enveloppes mieux garnies en 2002

| Media Releases Switzerland

Négociations salariales affectées par les crises récentes

Obligations de caisse

Durée

Nouveaux taux

Ancien taux

2 ans

1.75 %

2.00 %

3 ans

2.00 %

2.25 %

4 ans

2.25 %

2.25 %

5 ans

2.25 %

2.50 %

6 ans

2.50 %

2.75 %

7 ans

2.50 %

2.75 %

8 ans

2.75 %

3.00 %

Compte a terme

Durée

Nouveaux taux

Ancien taux

2 ans

1.75 %

2.00 %

3 ans

2.00 %

2.25 %

4 ans

2.25 %

2.25 %

5 ans

2.25 %

2.50 %

6 ans

2.50 %

2.75 %

7 ans

2.50 %

2.75 %

8 ans

2.75 %

3.00 %

9 ans

2.75 %

3.00 %

10 ans

2.75 %

3.00 %

En 2002, les salaires suisses augmenteront de 2,3% en moyenne. Compte tenu des prévisions d'inflation d'UBS (1,0% en 2002), cette progression devrait induire une croissance soutenue des salaires réels de 1,3%. C'est ce qui ressort du 13e sondage d'automne qu'UBS a conduit auprès d'entreprises et associations patronales de 17 secteurs d'activité.

75% des personnes interrogées pensent que les crises récentes auront un impact sur les accords salariaux. Pour 42% d'entre elles, cette incidence sera importante voire très importante. « Sans les crises récentes, les salaires auraient augmenté de 0,5% à 1,0% de plus. Les événements dramatiques des dernières semaines ont introduit beaucoup d'incertitude dans les négociations tarifaires » déclare Peter Buomberger, Head of Group Policy & Research.

Le secteur informatique arrive une nouvelle fois en tête, la progression des salaires escomptée s'inscrivant à 3,2%. Les employés de l'industrie chimique et pharmaceutique, de l'hôtellerie et de la distribution devraient aussi profiter d'une hausse des salaires réjouissante, respectivement à hauteur de 2,9%, 2,9% et 2,8%. Par contre, la progression pourrait être moins marquée dans d'autres secteurs d'activité, comme l'industrie horlogère (1,4%), l'industrie textile (1,4%), l'imprimerie et les arts graphiques (1,6%) et le secteur bancaire (1,8%).

L'étude fait par ailleurs état d'écarts importants entre les bonus versés dans l'industrie et ceux payés dans le secteur des services. Alors que dans l'industrie, 10% des personnes interrogées tablent sur une diminution des bonus en 2002, ils sont 56% à partager cet avis dans le secteur des services, 34% d'entre eux s'attendant même à un repli marqué. «Les systèmes de bonus appliqués dans le secteur industriel sont en cours d'élaboration. En revanche, dans les services, certains éléments de salaire variables jouent déjà un rôle prépondérant dans la rémunération globale. Le recul des bonus escompté dans cette branche démontre clairement la flexibilité des systèmes en vigueur», affirme Peter Buomberger.

Dans l'industrie, 71% des personnes sondées sont d'avis que les classes de salaires inférieures suivront la même évolution que les salaires moyens. Seuls 24% d'entre eux s'attendent à une progression plus rapide. Dans la branche des services, en revanche, les classes inférieures semblent gagner du terrain. En effet, 43% des participants au sondage tablent sur une croissance plus rapide des bas salaires.

Les personnes interrogées estiment la hausse des salaires à 3,0% cette année. Moyennant un taux d'inflation de 1,1%, les salaires réels devraient grimper de quelque 2%, ce qui correspond à la progression la plus importante depuis 1988. Pour Marc Büdenbender, Senior Economist, «cette embellie marque définitivement la fin des années de vache maigre de la décennie 90.» «Dans les années à venir, les accords salariaux devraient à nouveau se fonder sur l'évolution de la productivité. Les salaires réels n'ont pas besoin d'être réajustés. La modération observée ces dernières années était indispensable pour compenser les augmentations de salaires excessives du début des années 90.»

Les résultats qui viennent d'être présentés émanent du sondage annuel sur les salaires, qu'UBS a conduit cette année du 8 au 26 octobre. Les entreprises et associations patronales sollicités pour le sondage sont représentatifs de 17 secteurs d'activité employant au total 53% de la population active suisse. Pour la période allant de 1989 à 2001, l'écart moyen entre la hausse de salaire escomptée par les participants et les statistiques sur les salaires de l'OFS n'était que de 0,32%.

Peter Buomberger exposera les résultats du sondage UBS sur les salaires dans le cadre d'une manifestation de la Chambre de commerce américaine en Suisse, de 11h30 à 14h00, à l'hôtel Widder, Zurich.

Les résultats détaillés de l'étude pourront être consultés aujourd'hui à partir de 14h00 sur le site www.ubs.com

Zurich / Bâle, le 1 novembre 2001
UBS AG