Communiqués de presse


Le sondage sectoriel d'UBS présente les moteurs 2001 de la croissance.

| Media Releases Switzerland

Selon un vaste sondage réalisé par UBS auprès de 3600 entreprises, l'activité en 2000 a été le plus souvent sensiblement meilleure qu'escomptée fin 1999. Cette année, chiffres d'affaires et bénéfices devraient de nouveau progresser, mais à un rythme moins soutenu. Les moteurs de la croissance sont l'informatique et les télécommunications, l'électrotechnique/électronique et le secteur financier.

D'après le sondage UBS, la plupart des secteurs ont enregistré un chiffre d'affaires nettement plus élevé et de meilleurs bénéfices en 2000 qu'un an auparavant. La progression des ventes a été supérieure à la moyenne dans la métallurgie, l'électronique et les machines, et surtout l'horlogerie. Les banques ont elles aussi connu une activité nettement meilleure. Quant à l'informatique, la croissance de son chiffre d'affaires a quelque peu déçu par rapport aux attentes ambitieuses exprimées. Dans tous les secteurs hormis l'habillement, les entreprises ont engrangé des bénéfices supérieurs à ceux de 1999, bien que les prix de vente soient en majorité restés sous pression. Les banques, l'électronique et l'horlogerie ont enregistré une excellente progression de leurs bénéfices. Par contre, ceux des assurances et des entreprises de l'informatique et des télécommunications sont demeurés inférieurs aux attentes.

2001: nouvelle hausse des chiffres d'affaires et légère progression des bénéfices
Les entreprises interrogées pensent que la tendance haussière se maintiendra cette année, mais sans atteindre tout à fait les taux de croissance de 2000. Une forte progression devrait être enregistrée dans l'informatique et les télécommunications, l'électrotechnique/électronique et l'alimentation. La métallurgie, les machines, la chimie et le commerce de gros connaîtront eux aussi des ventes supérieures à la moyenne des secteurs. Le secteur financier escompte également une forte accélération de l'activité. Par contre, les prévisions sont inférieures à la moyenne dans la construction, le bois et le textile/habillement.

D'après les chefs d'entreprise interrogés, les bénéfices ne progresseront pas autant que les chiffres d'affaires dans la plupart des secteurs, mais seront néanmoins légèrement meilleurs qu'en 2000. Tel sera notamment le cas dans l'informatique, la finance, l'électrotechnique et les machines. Par contre, l'habillement, la construction, le bois et le papier/carton s'attendent à voir leurs bénéfices largement stagner. Comme l'an dernier déjà, les grandes entreprises s'attendent à une meilleure marche des affaires que les petits établissements.

Pénurie de personnel qualifié
La forte hausse des effectifs enregistrée l'an dernier ne devrait que légèrement marquer le pas en 2001, sauf dans le textile, le bois et le papier/carton, où le niveau de l'emploi restera quasiment inchangé. Les secteurs informatique et télécommunications, machines et électrotechnique/électronique ont notamment l'intention de renforcer leurs effectifs, mais le manque de personnel qualifié freinera toutefois la tendance.

Investissements toujours soutenus
La course aux gains de productivité imposée par la pression concurrentielle maintient les investissements à un niveau élevé, notamment pour les biens d'équipement. En moyenne de tous les secteurs, les entreprises investiront encore autant en 2001 que l'an dernier. Les progressions les plus fortes à cet égard devraient être enregistrées dans les secteurs informatique et télécommunications, électrotechnique/électronique, horlogerie, machines et constructions de véhicules, automobile et tourisme.

Disparités régionales en matière de croissance
En comparaison nationale, la marche des affaires des entreprises devrait être légèrement supérieure à la moyenne dans l'agglomération zurichoise, en Suisse centrale et dans la Suisse du Nord-Ouest, plutôt inférieure à la moyenne en Suisse orientale et au Tessin; et conforme à la tendance générale pour le Plateau occidental et la région lémanique.


Zurich/Bâle, le 18 janvier 2001
UBS Switzerland
Division Clientèle privée et Entreprises