Communiqués de presse


UBS lance une titrisation synthétique novatrice.

| Media Releases Switzerland

UBS est la première banque suisse à lancer, avec sa transaction HAT, une titrisation synthétique dans laquelle une partie des risques portant sur des crédits d'entreprises suisses sont titrisés et négociables. UBS offre ainsi aux investisseurs privés et institutionnels une possibilité intéressante de diversifier leur portefeuille. Dans le même temps, UBS optimise la rentabilité de ses fonds propres économiques ainsi que le profil risque/rendement de son portefeuille de crédit.

UBS titrise une partie du risque de perte d'un portefeuille de l'ordre de 2,5 milliards de CHF comprenant des crédits de PME suisses. Il s'agit de la première transaction sur le marché national des capitaux en CHF dans laquelle non pas les crédits eux-mêmes mais seuls les risques de défaillance sont transférés sur le marché des capitaux et rendus négociables par l'émission d'obligations à taux fixe.


La transaction novatrice HAT

Cette transaction nommée HAT [HAT (Helvetic Asset Trust) AG, cf. annexe « Structure de la transaction »] offre pour la première fois aux investisseurs la possibilité d'investir dans le risque de crédit de PME suisses et ainsi de diversifier leur portefeuille. Cette émission intervient à un moment favorable car les défaillances de crédit diminuent en raison de la reprise de l'activité en Suisse. Dans le même temps, avec HAT, UBS optimise la rentabilité de ses fonds propres économiques ainsi que le profil risque/rendement de son portefeuille de crédits. La transaction n'a aucune incidence sur les relations avec les clients car les crédits restent détenus par la banque, seul le risque étant transféré. UBS demeure responsable de la gestion des crédits et du suivi des clients.

Le portefeuille de crédits d'UBS sur lequel repose l'opération comprend des avances à terme fixe, des crédits en compte courant et des prêts à des entreprises suisses. En revanche, les crédits hypothécaires en sont explicitement exclus. Le portefeuille présente une diversification optimale par classes de risques, secteurs, régions et risques individuels. La qualité des éléments de patrimoine et des créances faisant l'objet de la couverture du crédit est contrôlée régulièrement par Moody's, agence de notation internationale, et par des sociétés d'audit.


Obligations à taux fixe en deux tranches

La titrisation des risques de crédit donne naissance à des Collateralised Loan Obligations (CLO) synthétiques, autrement dit des obligations à taux fixe dont le remboursement est lié au montant de la perte sur crédit. Ceux-ci sont répartis en deux tranches en fonction de leur profil de risque et de leur notation (Moody's):

  • tranche A d'une valeur de 250 millions de CHF, notée Aa1

  • tranche B d'une valeur de 100 millions de CHF, notée Baa3.

Les CLO ont une durée fixe de cinq ans. Le placement est public et la période de souscription s'étendra jusqu'au 25 juillet 2000. Les CLO émises présentent un rendement supérieur à celui des obligations à taux fixe traditionnelles de même qualité.

Zurich et Bâle, le 22 juin 2000
UBS

Annexes

Structure de la transaction HAT

Un CLO (Collateralised Loan Obligation) synthétique est une structure combinant des techniques de titrisation et un dérivé de crédit. UBS couvre au moyen de ce CLO synthétique une partie des risques de perte qui pèsent sur un portefeuille de crédits de PME suisses en transférant les risques sur le marché des capitaux et en les rendant négociables. Le portefeuille sous-jacent représente un volume de crédits de 2,5 milliards de CHF. Avec cette transaction, seuls les risques de défaillance sont transférés, les crédits continuant de figurer au bilan d'UBS.

HAT (Helvetic Asset Trust) AG a été créée à des fins de couverture du risque de défaillance en tant que véhicule suisse à but unique (Special Purpose Vehicle) indépendant d'UBS. Par la conclusion d'un Credit Default Swap (swap de défaillance de crédit) avec UBS, HAT AG prend à sa charge, moyennant une prime annuelle, une perte maximale de 350 millions de CHF au cas où les défaillances sur le portefeuille de crédits dépasseraient le montant de 125 millions de CHF assumé par UBS.
Quant à HAT AG, elle transfère sur le marché des capitaux le risque de perte assumé en émettant des Collateralised Loan Obligations (CLO) synthétiques, autrement dit des obligations à taux fixe dont le remboursement est lié au montant de la perte sur crédit.
Les emprunts sont répartis en deux tranches négociables sur le marché national des capitaux en CHF:

  • tranche A d'une valeur de 250 millions de CHF, notée Aa1

  • tranche B d'une valeur de 100 millions de CHF, notée Baa3

Les deux emprunts ont une durée ferme de cinq ans et sont dotés de coupons annuels fixes. Ils se distinguent l'un de l'autre pour ce qui est du remboursement et, par conséquent, du risque en découlant pour l'investisseur. Si, au moment du remboursement, les pertes sur crédits accumulées sont inférieures à 125 millions de CHF, les deux tranches sont remboursées à 100% comme des emprunts ordinaires à revenu fixe et les pertes encourues sont assumées par UBS elle-même. Si les pertes sur crédits se situent entre 125 et 225 millions de CHF, la tranche A est remboursée à 100%. Les obligataires de la tranche B ne touchent qu'un remboursement partiel. Lorsque les pertes sur crédits dépassent 225 millions de CHF, les obligataires de la tranche B n'ont droit à aucun remboursement.
Des pertes supérieures à 225 millions de CHF entraînent une réduction du remboursement pour les obligataires de la tranche A. Ceux-ci perdent tout droit au remboursement si les pertes dépassent le montant maximal assuré de 475 millions de CHF.

Avec le produit de l'émission, HAT SA acquiert des obligations suisses de première qualité. Ce Collateral Portfolio sert d'une part à garantir d'éventuelles créances d'UBS issues du Credit Default Swap. De l'autre, il garantit l'Asset-Backing, c'est-à-dire le remboursement des obligations HAT émises.

Développement des Asset-Backed Securities

La titrisation de créances a été introduite aux Etats-Unis dès les années 70. Depuis lors, un marché liquide et transparent pour les Asset-Backed Securities (ABS), dont font aussi partie les opérations CLO, s'y est développé. Au début de cette année, le volume en circulation aux Etats-Unis était de 3000 milliards d'USD, les titrisations de créances hypothécaires constituant le plus grand segment du marché, suivies de celles concernant les cartes de crédit. L'agence de notation Moody's s'attend à des valeurs record pour l'an 2000: après la maîtrise avec succès de la problématique Y2K et en raison des qualités de débiteur solides des entreprises et des consommateurs, il est prévu que le volume des émissions passe de 526 à 600 milliards d'USD cette année aux Etats-Unis.
En Europe en revanche, les Asset-Backed-Securities traditionnelles n'ont réussi à percer qu'en 1990. L'introduction de la monnaie unique européenne et la mise en place consécutive du marché des euro-emprunts ont toutefois fortement contribué au développement de la titrisation. En 1999, le volume du marché a progressé de 84% par rapport à l'année précédente pour atteindre 82,8 milliards d'USD; pour l'année 2000, Moody's s'attend à une nouvelle hausse de 30% à environ 107 milliards d'USD. De nouveaux produits synthétiques tels les dérivés de crédit simplifient le transfert de risque dans l'espace européen, caractérisé par une diversité de régimes de droit et de systèmes de surveillance. Des établissements internationaux recourent de manière accrue à ces produits également en Europe et réussissent à les placer sur le marché en raison de l'intérêt grandissant qu'ils suscitent auprès des investisseurs européens.
L'instance d'admission de la Bourse suisse a approuvé fin 1997 la cotation d'Asset Backed Securities sur le marché principal. La Société de Banque Suisse a été la première banque suisse à titriser une partie de ses créances sur crédits hypothécaires à taux fixe dans le cadre de l'opération TELL pour les émettre en juin 1998 sur le marché des capitaux de Londres à titre de Mortgage-Backed Securities.
Ces dernières années, UBS Warburg a déjà lancé des opérations de dérivés de crédit sur des portefeuilles internationaux:

opération Iceberg, en 1998, sur un portefeuille de crédits à des entreprises américaines et européennes d'un

montant de 2,5 milliards d'USD (CLO synthétique)

opération Glacier, en 1997, sur un portefeuille de crédits à des entreprises internationales d'un montant de 1,74 milliard d'USD (Credit-Linked Note).


Glossaire


Glossaire

Asset-Backed Securities (ABS)

Papiers-valeurs utilisés pour le refinancement et évalués par les agences de notation; il sont couverts par un «pool» de créances ou de valeurs patrimoniales de même nature dont le remboursement se fait sur la base des revenus du «pool».

Collateral Portfolio

Sûretés constituées pour garantir les créances détenues à l'égard d'un débiteur.

Dérivé de crédit

Contrat financier bilatéral permettant d'isoler le risque sur crédit des autres risques, et notamment de celui de l'instrument auquel il est lié, et de le transférer d'une contrepartie à une autre.

Le Credit Default Swap, exemple même d'un dérivé de crédit, est un contrat par lequel une contrepartie promet de dédommager, moyennant versement d'une prime, l'autre contrepartie d'éventuelles pertes de crédit futures.

Special Purpose Vehicle (SPV)

Société à but unique, indépendante du sponsor (en l'espèce: UBS) de la transaction et utilisée exclusivement pour cette opération. Ces sociétés sont souvent dissoutes à la fin de l'opération et sont dites Bankruptcy Remote, c'est-à-dire que la probabilité qu'un SPV soit déclaré en faillite est quasiment négligeable.

Collateralised Loan Obligations (CLO) synthétiques

Papiers-valeurs dont le paiement est lié à l'évolution du crédit d'une ou de plusieurs contreparties.

Font partie du groupe des Asset-Backed Securities, les risques sur crédit étant transférés aux investisseurs non par le biais de la vente des actifs mais sous la forme d'un Credit Default Swap.