UBS News Alert


UBS annonce une accélération stratégique à partir d'une position de force

Zurich/Bâle | | Price Sensitive Information

  • UBS renforce son engagement en faveur de rendements plus durables et attrayants;
    Investment Bank fortement remodelée
  • UBS prévoit de réduire ultérieurement les actifs pondérés en fonction du risque (RWA) 1 du Groupe selon Bâle III à moins de 200 milliards de CHF d'ici la fin de 2017; Investment Bank opérera avec des RWA selon Bâle III de moins de 70 milliards de CHF à compter du 1er 2013
  • L'amélioration de l'efficacité au sein du Groupe devrait permettre de réaliser des économies de coûts annuelles supplémentaires de 3,4 milliards de CHF pour un montant total des
    économies de coûts de 5,4 milliards de CHF d'ici 2015; UBS va investir 1,5 milliards de CHF dans toutes ses divisions
  • Andrea Orcel dirigera Investment Bank avec effet immédiat; Carsten Kengeter se retire du Directoire du Groupe et dirigera le portefeuille d'activités et de positions abandonnées par Investment Bank

Aujourd’hui, UBS annonce une accélération significative de la mise en œuvre de sa stratégie, laquelle vise à transformer et à construire l’UBS de demain. Sur la base des progrès déjà réalisés au cours des 12 mois écoulés, UBS effectuera cette transformation en adoptant une approche encore plus focalisée en ce qui concerne Investment Bank. En se concentrant sur ses points de force traditionnels dans le conseil, l'analyse financière, les actions, les changes et les métaux précieux et en abandonnant certaines lignes de métier, principalement celles dans le revenu fixe devenues peu rentables suite aux changements d'ordre réglementaire et à l'évolution des marchés, UBS va réduire les couts de manière significative tout en augmentant de manière plus rapide l'efficacité au sein du Groupe. D'ici 2015, les effectifs d'UBS se situeront probablement autour de 54000 personnes. Grâce à ces mesures, UBS sera unique dans le secteur bancaire. L'entreprise sera moins friande en capital, elle utilisera moins le bilan, elle sera davantage focalisée, fortement génératrice de flux de trésorerie, elle se concentrera davantage sur le service proposé à la clientèle et sera capable de maximiser la valeur pour ses collaborateurs et ses actionnaires.

UBS vise à procéder à des restitutions progressives du capital à ses actionnaires jusqu’à ce qu'elle ait satisfait aux exigences réglementaires en matière de fonds propres. Par la suite, l'entreprise pense qu'elle sera capable de renforcer et accroître ses activités tout en maintenant une assise financière prudente en adoptant un taux de distribution totale de 50% ou supérieur.

Sergio P. Ermotti, CEO du Groupe, a déclaré: «Les importants progrès que nous avons accomplis ces douze derniers mois nous ont permis de commencer à mettre en œuvre cette nouvelle phase de notre stratégie. Nous sommes en avance sur le calendrier en ce qui concerne notre plan de renforcement de notre assise financière et de réduction des coûts et des actifs pondérés en fonction du risque. L’opportunité que nous avons aujourd’hui d’accélérer la transformation de notre entreprise est, à mes yeux, absolument unique – et elle nous permettra de continuer à exploiter tout le potentiel de nos activités.»

Remodeler UBS Investment Bank en exploitant ses points forts
UBS Investment Bank se concentrera sur ses points forts traditionnels dans le conseil, l'analyse financière, les actions, les changes et les métaux précieux. Pour réussir, notre Investment Bank doit avant tout être solide et capable de satisfaire les besoins de ses clients. Elle continuera de proposer ses services aux entreprises, à la clientèle souveraine et institutionnelle ainsi qu’aux promoteurs financiers. Elle doit également soutenir la croissance continue du Groupe et agir en tant que partenaire fiable pour toutes nos divisions, y compris Wealth Management. Cette approche conférera un avantage compétitif au Groupe.

Investment Bank continuera de jouer un rôle crucial et inclura deux segments de clientèle clés. Le premier est Corporate Client Solutions qui inclut toutes les activités basées sur le conseil et les solutions ainsi que la mise en œuvre de ces services et solutions destinés à des entreprises, des établissements financiers et des promoteurs financiers. UBS continuera d'ajouter de la valeur à travers le conseil et en proposant des solutions spécialisées. Cette activité devrait générer près d'un tiers des revenus d'Investment Bank et utiliser près de 15% des RWA selon Bâle III. Investor Client Services inclut la mise en œuvre de solutions, la distribution et le négoce pour les clients institutionnels et fournira un soutien aux activités de gestion de fortune. Cette activité inclura les activités leaders dans les actions, les changes et les métaux précieux. Dans les activités de flux sur taux d'intérêt et le crédit, nous continuerons de disposer de capacités dans la prise de risques qui seront alignées sur nos activités Debt Capital Market et de gestion de fortune. Investor Client Services devrait générer deux tiers des revenus d'Investment bank et utiliser près de 85% des actifs pondérés en fonction du risque selon Bâle III. UBS Investment Bank est la première banque conforme à la version allégée de Bâle III et UBS prévoit qu'elle produira des rendements nettement supérieurs à son coût du capital.

UBS n'opérera plus dans des lignes de métier qui ne parviennent pas à couvrir leur coût du capital de manière durable ou dans des domaines caractérisés par une grande complexité opérationnelle ou des risques de perte extrême susceptibles de peser sur ses rendements futurs. A partir du premier trimestre de 2013, les activités et les positions abandonnées seront transférées et comptabilisées au sein du Corporate Center. Une équipe expérimentée, dirigée par Carsten Kengeter, a été mise en place pour gérer le portefeuille d'activités et de positions abandonnées et optimiser à terme les risques et les rendements. Cette équipe gèrera la cession ou le retrait de ces positions dans le cadre de la solide structure de surveillance qui, jusqu’à présent, a parfaitement soutenu la réduction des actifs pondérés en fonction du risque dans le portefeuille de positions héritées du passé.

Nous continuons de nous engager pleinement en faveur de nos clients et de nos activités en Suisse qui ne sont pas affectés par ces annonces.

Andrea Orcel deviendra le Chief Executive Officer d'UBS Investment Bank avec effet immédiat. Carsten Kengeter se retirera du Directoire du Groupe et sera responsable de gérer avec succès les activités et positions abandonnées par Investment Bank. Il sera subordonné au Group CEO.

Sergio P. Ermotti, Group CEO, a déclaré, «Nous continuerons de proposer le meilleur d'UBS à tous nos clients, et, dans ce but, dans les trois prochaines années nous allons investir un total de 1,5 milliard de CHF dans toutes nos activités. Investment Bank restera un acteur mondial important dans ses activités de base et nous avons l'intention d'être un concurrent vigoureux en vue d'accroître notre part de marché dans les domaines qui constituent nos points de force.»

UBS amplifiera son programme d’amélioration de l’efficacité à l’échelle du Groupe et libérera des ressources en vue d’investissements destinés à soutenir la croissance de l'entreprise dans son ensemble. Ces programmes permettront à UBS de proposer des services aux clients avec davantage de souplesse et d'efficacité, en améliorant la qualité des produits et la rapidité de réaction aux attentes du marché. Pour le Groupe dans son ensemble, UBS continuera de renforcer ses fonctions de maîtrise du risque, de compliance et celles concernant les réglementations. UBS vise des économies de coûts d'un total de 5,4 milliards de CHF, soit des économies de coûts supplémentaires de 3,4 milliards de CHF venant s'ajouter à celles de 2 milliards de CHF annoncées en août 2011. La réalisation complète de ces changements prendra trois ans et UBS anticipe des charges de restructuration de 3,3 milliards de CHF pour cette période.

Ces économies de coûts seront réalisées grâce aux mesures prises par UBS pour son Investment Bank et grâce aux autres mesures d'amélioration de l'efficacité prises au niveau du Groupe. L'abandon complet de certaines lignes de métier dans Investment Bank permettra à UBS d’éliminer les coûts front-to-back associés à ces activités. Du fait de la moindre complexité et de la taille réduite d’Investment Bank, UBS peut aussi simplifier le Groupe dans son ensemble, y compris le Corporate Center en supprimant les échelons de direction excédentaires et en concentrant les responsabilités. Une réduction des biens immobiliers et l'utilisation d'une technologie plus pointue permettront également de réduire les coûts. Ces efforts recevront le soutien d'une unité indépendante chargée des achats qui permettra d'améliorer encore l'efficacité. Enfin, UBS mettra en œuvre des processus front-to-back rationalisés dans toute la banque et simplifiera son portefeuille de produits et ses processus de production. Par conséquent, UBS prévoit qu'en 2015 les effectifs devraient atteindre près de 54'000 personnes au lieu des 64'000 personnes d'aujourd'hui.

Sergio P. Ermotti, Group CEO, a déclaré: «Cette décision a été difficile à prendre, particulièrement dans une activité comme la nôtre qui est basée sur les personnes. Certaines réductions de postes seront compensées par le taux de fluctuation naturel et nous prendrons toutes les mesures qui s'imposent pour atténuer l'impact global de ces changements. Pendant ce processus, nous ferons en sorte que toutes les personnes concernées soient traitées avec l’attention qu’elles méritent.»

UBS entend procéder à des restitutions progressives du capital à ses actionnaires. UBS a commencé son programme de restitution en versant un dividende de CHF 0.10 par action pour l'exercice 2011. Les dividendes distribués par UBS sont liés à la nécessité pour UBS d'atteindre ses objectifs en matière de dotation de capital. UBS mettra désormais en œuvre un programme de restitution du capital attrayant. UBS disposera d’une marge de manœuvre pour fixer un dividende de référence à un niveau durable, indépendamment des fluctuations de l'économie. En outre, UBS a l'intention d'effectuer des restitutions complémentaires en tenant compte de ses besoins en investissements et de toute réserve cyclique qu'elle entend maintenir pour faire face à un environnement économique plus difficile. UBS pense qu'elle pourra accroître ses activités de manière organique en adoptant un taux de distribution totale de 50% ou supérieur qui tienne compte du dividende de référence et de paiements supplémentaires éventuels.

1Notre calcul pro forma des actifs pondérés en fonction du risque selon Bâle III est une combinaison des actifs pondérés en fonction du risque existants selon Bâle 2.5, d’un traitement révisé des positions de titrisation affichant un faible rating qui ne sont plus déduites du capital mais pour lesquelles s'appliquent une pondération du risque de 1250%, ainsi que de nouvelles exigences en capital basées sur de nouveaux modèles et outils de calcul. Certains de ces nouveaux modèles doivent encore obtenir l’aval des autorités réglementaires. Nos actifs pondérés en fonction du risque selon Bâle III, calculés pro forma, incluent donc des estimations de l’impact de ces nouvelles exigences en capital et seront affinées au fur et à mesure que les nouveaux modèles et les systèmes correspondants se développeront.

Principaux objectifs de performance1

Groupe

  • Réduction des actifs pondérés en fonction du risque selon Bâle III à 200 milliards de CHF2 d'ici la fin de 2017
  • Réduction des actifs financés du Groupe3: environ 300 milliards de CHF d'ici la fin de 2015
  • Ratio de fonds propres de catégorie 1 en actions ordinaires selon Bâle III, application intégrale: 11,5% en 2013, 13% en 2014
  • Ratio charges/produit: 60-70% à compter de 2015
  • Rendement annuel des fonds propres: ≤ 15% à compter de 2015

Wealth Management

  • Taux de croissance annuel des afflux nets d’argent frais: 3-5%
  • Marge brute : 95-105 pb
  • Ratio charges/produit: 60-70%

Wealth Management Americas

  • Taux de croissance annuel des afflux nets d’argent frais: 2-4%
  • Marge brute: 75-85 pb
  • Ratio charges/produit: 80-90%

Retail & Corporate

  • Volume annuel des nouvelles activités nettes: 1-4%
  • Marge d’intérêt nette: 140-180 pb
  • Ratio charges/produit: 50-60%

Global Asset Management

  • Taux de croissance annuel des afflux nets d’argent frais: 3-5%
  • Marge brute: 32-38 pb
  • Ratio charges/produit: 60-70%

Investment Bank

  • Rendement annuel sur les fonds propres attribués avant impôts: plus de 15%; à compter du 1er janvier 2013
  • Ratio charges/produit: 65-85%; à compter du 1er janvier 2013
  • Actifs pondérés en fonction des risques selon Bâle III: < 70 milliards de CHF; à compter du 1er janvier 2013

Portefeuille des actifs hérités du passé – Actifs pondérés en fonction des risques selon Bâle III:

  • Fin 2013- environ 85 milliards de CHF
  • Fin 2015: environ 55 milliards de CHF
  • 2017- environ 25 milliards de CHF

1 Sauf indication contraire, en excluant le propre crédit et les éléments non récurrents significatifs (ex. coûts de restructuration); l'objectif est basé sur des taux de change constants; avec effet immédiat, sauf indication contraire

2 Dans la version originale de ce communiqué, publiée le 30 octobre 2012, l'objectif de réduction des actifs pondérés en fonction du risque selon Bâle III est incorrect.

3 Les actifs financés correspondent au total des actifs moins les valeurs de remplacement

Informations supplémentaires importantes

  • Objectif de réduction des actifs pondérés en fonction des risques du Groupe selon Bâle III à moins de 250 milliards de CHF d'ici la fin de 2013, moins de 225 milliards de CHF d’ici la fin de 2015 et à moins de 200 milliards de CHF d'ici la fin de 2017. Investment Bank représentera moins de 70 milliards de CHF sur ce montant, une réduction de quelque 90 milliards par rapport à aujourd’hui
  • Ratios de capital selon Bâle III: UBS prévoit d'atteindre un ratio de fonds propre de catégorie 1 en actions ordinaires de 11,5% en 2013
  • Les exigences réglementaires en matière de capital total pour UBS selon Bâle III devraient baisser de 19%1 à 17,5% grâce aux réductions prévues pour les actifs pondérés en fonction du risque et du bilan2.
  • En raison des réductions du bilan qui ont été prévues, UBS anticipe une réduction de 30% de ses exigences de financement qui pourrait lui permettre d'envisager une réduction de sa dette.
  • En 2013 et en 20144, le rendement des fonds propres du Groupe devrait se situer autour d'un pourcentage moyen à un chiffre.

1Expositions du bilan en tenant compte de provisions spécifiques, compensation de l'exposition aux dérivés et accords de mise en pension; ajustements pour les dérivés OTC, engagements hors bilan et passifs éventuels. L'exigence d'un capital total de 17,5% ne tient pas compte d'un rabais potentiel grâce à des mesures prises pour améliorer les possibilités de démantèlement («resolvability»)

2Sur la base de l'ordonnance suisse en matière d'exigences de capital 3Comme indiqué dans le rapport financier

UBS SA

Contacts

Suisse:                            +41-44-234 85 00
Royaume-Uni:                +44-207-567 47 14
Continent américain:    +1-212-882 58 57
Asie Pacifique:               +852-297-1 82 00

www.ubs.com

Cautionary Statement Regarding Forward-Looking Statements
This document contains statements that constitute “forward-looking statements”, including but not limited to management’s outlook for UBS’s financial performance and statements relating to the anticipated effect of transactions and strategic initiatives on UBS’s business and future development. While these forward-looking statements represent UBS’s judgments and expectations concerning the matters described, a number of risks, uncertainties and other important factors could cause actual developments and results to differ materially from UBS’s expectations. These factors include, but are not limited to: (1) the degree to which UBS is successful in effecting its announced strategic plans and related organizational changes, in particular its plans to transform its Investment Bank, its efficiency initiatives and its planned reduction in Basel III risk-weighted assets, and whether in each case those plans and changes will, when implemented, have the effects intended; (2) developments in the markets in which UBS operates or to which it is exposed, including movements in securities prices or liquidity, credit spreads, currency exchange rates and interest rates and the effect of economic conditions and market developments on the financial position or creditworthiness of UBS’s clients and counterparties; (3) changes in the availability of capital and funding, including any changes in UBS’s credit spreads and ratings; (4) changes in financial legislation and regulation in Switzerland, the US, the UK and other major financial centers which may impose constraints on or necessitate changes in the scope and location of UBS’s business activities and in its legal and booking structures, including the imposition of more stringent capital and liquidity requirements, incremental tax requirements and constraints on remuneration; (5) changes in UBS’s competitive position, including whether differences in regulatory capital and other requirements among the major financial centers will adversely affect UBS’s ability to compete in certain lines of business; (6) the liability to which UBS may be exposed, or possible constraints or sanctions that regulatory authorities might impose on UBS, due to litigation, contractual claims and regulatory investigations, including those that may arise from the ongoing investigations relating to the setting of LIBOR and other reference rates, from market events and losses incurred by clients and counterparties during the financial crisis of 2007 to 2009, and from the unauthorized trading incident announced in September 2011; (7) the effects on UBS’s cross-border banking business of tax treaties negotiated or under discussion between Switzerland and other countries and future tax or regulatory developments; (8) UBS’s ability to retain and attract the employees necessary to generate revenues and to manage, support and control its businesses; (9) changes in accounting standards or policies, and accounting determinations affecting the recognition of gain or loss, the valuation of goodwill and other matters; (10) limitations on the effectiveness of UBS’s internal processes for risk management, risk control, measurement and modeling, and of financial models generally; (11) whether UBS will be successful in keeping pace with competitors in updating its technology, particularly in trading businesses; (12) the occurrence of operational failures, such as fraud, unauthorized trading and systems failures; and (13) the effect that these or other factors or unanticipated events may have on our reputation and the additional consequences that this may have on our business and performance. Our business and financial performance could be affected by other factors identified in our past and future filings and reports, including those filed with the SEC. More detailed information about those factors is set forth in documents furnished by UBS and filings made by UBS with the SEC, including UBS’s Annual Report on Form 20-F for the year ended 31 December 2011. UBS is not under any obligation to (and expressly disclaims any obligation to) update or alter its forward-looking statements, whether as a result of new information, future events, or otherwise.

Rounding
Numbers presented throughout this report may not add up precisely to the totals provided in the tables and text. Percentages and percent changes are calculated based on rounded figures displayed in the tables and text and may not precisely reflect the percentages and percent changes that would be derived based on figures that are not rounded.