UBS News Alert


Bénéfice avant impôts d'UBS de 2614 millions de CHF au deuxième trimestre

Zurich / Bâle | | Quarterly Results

Une bonne performance sur des marchés volatils

  • Bénéfice net revenant aux actionnaires d'UBS de 2005 millions de CHF

  • Bénéfice par action (BPA) dilué de 0.52 CHF

  • Rendement des fonds propres annualisé de 19,5% au premier semestre 2010

Bénéfice avant impôts de 1,3 milliard de CHF au sein d'Investment Bank, en hausse de 10% par rapport au premier trimestre 2010

  • Revenus sur actions de 1365 millions de CHF, en hausse de 9% par rapport au premier trimestre

  • Nette hausse des revenus dans les activités sur changes par rapport au premier trimestre

  • L'activité Revenu fixe, changes et matières premières a généré des revenus atteignant 1703 millions de CHF.

Résultats de Wealth Management & Swiss Bank stables et conformes à ceux du premier trimestre

  • Résultat avant impôts de 1131 millions de CHF

  • Progression de la marge au sein de Wealth Management, la marge brute annualisée affichant une hausse de 2 points de base (pb) à 95 pb

Nette amélioration des afflux nets d'argent frais

  • Afflux nets de fonds de tiers de 10,9 milliards de CHF et afflux nets d'argent frais de 3,4 milliards de CHF au total pour Global Asset Management

  • Sorties nettes de fonds s'élevant à 5,5 milliards de CHF pour Wealth Management & Swiss Bank et à 2,6 milliards de CHF pour Wealth Management Americas contre des sorties de fonds de respectivement 8,2 milliards de CHF et 7,2 milliards de CHF au premier trimestre

Ratios de capital solides: approche axée sur la maîtrise des coûts et du risque

  • Ratio de fonds propres BRI de catégorie 1 de 16,4% en fin de trimestre, contre 16,0% au 31 mars 2010; augmentation parallèle du noyau dur du capital à 13,0%, contre 12,5%

  • Ratio charges/produits du Groupe s'établissant à 71,2% au deuxième trimestre, la base de coûts sous-jacente demeurant largement stable

  • Recul des actifs pondérés en fonction du risque de 4 milliards de CHF à 205 milliards de CHF au 30 juin 2010; ratio d'endettement selon la FINMA inchangé à 4,1% au deuxième trimestre 2010

Suite à l'approbation par le Parlement suisse de l'accord passé entre le gouvernement américain et le gouvernement suisse, UBS pense pouvoir résoudre de manière exhaustive toutes les questions en suspens avec les Etats-Unis concernant les activités transfrontalières aux Etats-Unis d'ici octobre 2010.

Commentant les résultats du deuxième trimestre d'UBS, Oswald J. Grübel, CEO du Groupe, a déclaré: «Il s'agit d'un bon résultat réalisé dans des conditions de marché volatiles et reflétant les progrès accomplis en vue d'atteindre nos objectifs à moyen terme. Notre Investment Bank a amélioré son positionnement compétitif et le bénéfice de Wealth Management & Swiss Bank est stable. Notre portefeuille d'activités d'UBS fait la preuve une fois de plus de sa capacité à générer toujours davantage de rendements compétitifs quelles que soient les conditions de marché et notre cadre de gestion des risques s'est révélé solide. Je reste confiant quant à notre avenir et je crois fermement que nous disposons de la bonne stratégie.»

Bénéfice net de 2005 millions de CHF au titre du deuxième trimestre 2010

Au deuxième trimestre, UBS a dégagé un bénéfice net revenant aux actionnaires de 2005 millions de CHF, contre 2202 millions de CHF au premier trimestre 2010.

Le bénéfice avant impôts de Wealth Management & Swiss Bank s'élevant à 1131 millions de CHF au deuxième trimestre est largement stable par rapport à celui du premier trimestre (1161 millions de CHF). Le bénéfice avant impôts de Wealth Management totalisant 658 millions de CHF a baissé de 5%, ce qui reflète des revenus largement stables et une légère hausse des charges d'exploitation. La marge brute est passée à 95 pb, une progression de 2 pb par rapport au premier trimestre. En moyenne, les actifs investis ont baissé de 2% d'un trimestre à l'autre, principalement en raison de la baisse du marché. La hausse de 2% des charges est principalement imputable à la Bank Payroll Tax britannique et à l'impact de la hausse annuelle des salaires. Le bénéfice avant impôts de l'unité Retail & Corporate s'est accru de 2% passant à 473 millions de CHF, l'accroissement des commissions sur les crédits ayant plus que compensé la baisse des commissions de courtage et de vente. Les coûts continuent d'être gérés avec rigueur et le ratio charges/produits de Retail & Corporate est resté stable à 52,1%.

Wealth Management Americas a enregistré une perte avant impôts de 67 millions de CHF, contre un bénéfice avant impôts de 15 millions de CHF le premier trimestre. Néanmoins, en excluant des coûts de restructuration de 146 millions de CHF, principalement imputables à la rationalisation du portefeuille immobilier, le bénéfice avant impôts s'est amélioré en passant de 36 millions de CHF à 79 millions de CHF. Cette amélioration est attribuable principalement à l'augmentation des produits des commissions et des transactions.

Le bénéfice avant impôts de Global Asset Management s'est élevé à 117 millions de CHF au deuxième trimestre contre 137 millions de CHF au premier. Les revenus ont été stables, la hausse des commissions de gestion ayant contrebalancé la baisse des commissions de performance sur un marché volatil. Les coûts ont augmenté de 5%, en partie à cause d'une augmentation des charges liées à l'amortissement de primes de rémunération concernant l'exercice précédent.

Investment Bank a enregistré un bénéfice avant impôts de 1314 millions de CHF contre 1190 millions de CHF au premier trimestre. Les revenus des actions ont augmenté de 9% par rapport au premier trimestre à 1365 millions de CHF, démontrant ainsi la solidité de notre activité de flux en période d'instabilité des marchés. Les revenus dans l'activité de négoce Revenu fixe, changes et matières premières (FICC) ont reculé à 1703 millions de CHF, en raison du positionnement défensif de nos activités pendant le trimestre sous revue et de la baisse des niveaux d'activité de la clientèle. La baisse sur les marchés du crédit et les marchés émergents a compensé les gains dans nos activités de changes qui ont tiré parti de la hausse de la volatilité du marché et de l'augmentation des flux de la clientèle. Les revenus de l'Investment Banking Department affichent un recul à 478 millions de CHF intervenant dans le contexte d'une contraction à l'échelle mondiale des volumes de commissions d'investment banking par rapport au premier trimestre. Les revenus d'Investment Bank incluent un gain sur propre crédit de 595 millions de CHF sur des passifs financiers désignés à leur juste valeur. Les coûts sont passés à 2788 millions de CHF, en hausse de 3% par rapport au premier trimestre. Ils incluent une charge de 228 millions de CHF liée à la Bank Payroll Tax britannique. En excluant cette taxe, les coûts ont baissé en raison de la réduction des provisions pour la rémunération variable.

Le résultat avant impôts des activités de trésorerie et autres s'est élevé à 119 millions de CHF au deuxième trimestre contre 306 millions de CHF au trimestre précédent.

Le résultat net revenant aux intérêts minoritaires de 298 millions de CHF tient compte de l'obligation de verser un dividende sur les titres privilégiés au deuxième trimestre 2010; ce chiffre s'élevait à 6 millions de CHF au premier trimestre.

Les résultats du deuxième trimestre 2010 comprennent une charge fiscale de 311 millions de CHF, contre 603 millions de CHF au trimestre précédent.

Résultats des divisions: 2T10 par rapport au 1T10

Flux net d'argent frais et actifs sous gestion
Wealth Management – Les sorties nettes de capitaux ont continué de diminuer et se sont chiffrées à 5,2 milliards de CHF au deuxième trimestre 2010 contre 8,0 milliards de CHF au premier trimestre 2010. En revanche, les entrées nettes d'argent frais se poursuivent dans la zone Asie/Pacifique, dans le segment de la clientèle très haut de gamme et dans certaines implantations en Europe. Dans l'ensemble, les flux nets de fonds sont restés légèrement négatifs en Europe, mais dans une proportion nettement moindre et les sorties nettes de fonds ont encore ralenti par rapport au premier trimestre.

Retail & Corporate – Les sorties nettes de capitaux se sont élevées à 0,3 milliard de CHF au deuxième trimestre 2010, contre 0,2 milliard de CHF au premier trimestre 2010.

Wealth Management Americas – Les sorties nettes de capitaux se sont élevées à 2,6 milliards de CHF au deuxième trimestre 2010, contre 7,2 milliards de CHF au trimestre précédent En incluant les intérêts et les dividendes américains comme il est d'usage aux Etats-Unis, la division a affiché des afflux nets d'argent frais de 2 milliards de CHF. Pour le deuxième trimestre consécutif, les afflux nets d'argent frais proviennent des conseillers financiers travaillant chez UBS depuis plus d'une année.

Global Asset Management – Au deuxième trimestre, la division a enregistré des afflux nets d'argent frais positifs, de 3,4 milliards de CHF contre des sorties nettes de 2,6 milliards de CHF au trimestre précédant. Les afflux nets de fonds provenant de tiers, soit 10,9 milliards de CHF, ont été en partie contrebalancés par les sorties nettes de capitaux de 7,5 milliards de CHF de clients d'UBS Wealth Management au deuxième trimestre. Les entrées nettes de fonds ont totalisé 3,4 milliards de CHF, contre des sorties nettes de 2,6 milliards de CHF. Si l'on exclut les flux en rapport avec les placements monétaires, les flux nets de capitaux se sont chiffrés à 6,2 milliards de CHF, contre des sorties nettes de fonds de 1,6 milliard de CHF au premier trimestre 2010.

Les actifs investis se sont montés à 2180 milliards de CHF au 30 juin 2010, contre 2267 milliards de CHF au 31 mars 2010. Ce repli s'explique principalement par des mouvements du marché négatifs. La répartition des actifs investis est la suivante: 917 milliards de CHF sont imputables à Wealth Management & Swiss Bank (786 milliards de CHF pour Wealth Management et 131 milliards de CHF pour Retail & Corporate); 693 milliards de CHF reviennent à Wealth Management Americas et 569 milliards de CHF à Global Asset Management.

Base de capital et bilan

Le système de gestion du risque d'UBS s'est révélé solide lorsqu'il a été mis à l'épreuve par les conditions de marché exigeantes. Au vu de ces conditions du marché, UBS a adopté une approche plus prudente en matière de prise de risque durant le trimestre. Au sein d'Investment Bank, le risque de négoce moyen a baissé et UBS a encore réduit de façon substantielle ses positions à risque résiduelles.

A 205 milliards de CHF, les actifs pondérés en fonction du risque sont en légère baisse car UBS a persisté dans la réduction du profil de risque global du Groupe. L'augmentation de 8% du bilan est en grande partie le reflet de la hausse des valeurs de remplacement pour nos instruments dérivés, qui présentent une forte sensibilité à la volatilité du marché. Le ratio BRI de catégorie 1 d'UBS a continué d'augmenter pour s'établir à 16,4% le 30 juin 2010, contre 16,0% à la fin du premier trimestre. Le ratio d'endettement selon la FINMA est resté inchangé par rapport au premier trimestre à 4,1%.

Perspectives

Les craintes relatives à la viabilité de la reprise économique mondiale pourraient continuer à alimenter la volatilité des marchés et empêcher ces derniers de prendre une direction précise. Cela pourrait ralentir l'activité de la clientèle dans les différents secteurs. Par ailleurs, nous anticipons une baisse des revenus issus des commissions de gestion de portefeuille par rapport au deuxième trimestre à cause du niveau inférieur des actifs investis à la fin de juin. Notre stratégie a commencé à porter ses fruits et nous tablons sur de nouveaux progrès au cours des prochains trimestres. Nous sommes confiants quant à notre avenir.

Webcast

  • 9h: Présentation en direct

  • 14h: Répétition

  • 18h: On demand