UBS News Alert


UBS dégage un bénéfice net de 1671 millions de CHF au troisième trimestre

| Quarterly Results

- Bénéfice net de 1671 millions de CHF au troisième trimestre, dont 1654 millions de CHF dégagés par les activités financières - Afflux net d'argent frais de 20,5 milliards de CHF au total, dont pas moins de 16,7 milliards de CHF provenant de la gestion de fortune dans le monde entier - Les revenus tirés des actifs ont été appréciables, avec des commissions de gestion d'un montant record. Tassement des revenus générés par les opérations de négoce - Rendement annualisé des fonds propres de 24,5% (27,4% hors goodwill), BPA en hausse de 5% sur le troisième trimestre 2003 (7% hors goodwill) - Ratio charges/produit pour les activités financières en recul d'une année à l'autre. Il reste à des niveaux historiques bas.

Pour le trimestre se terminant le

Variation en %

Sur neuf mois

UBS (y compris Motor-Columbus)

En mio. de CHF

30.9.04

30.6.04

30.9.03

2T04

3T03

30.9.04

30.9.03

Produit d'exploitation

10'148

9'484

8'503

29'927

25'252

Charges d'exploitation

7'887

6'889

6'351

21'982

19'310

Résultat net

1'671

1'974

1'685

6'068

4'431

Activités financières

Produit d'exploitation

8'456

9'484

8'503

(11)

(1)

28'235

25'252

Charges d'exploitation

6'265

6'889

6'351

(9)

(1)

20'360

19'310

Résultat net

1'654

1'974

1'685

(16)

(2)

6'051

4'431

UBS a dégagé un bénéfice net de 1671 millions de CHF au troisième trimestre 2004. Il comprend les résultats entièrement consolidés de Motor-Columbus, un holding industriel dont UBS détient maintenant une participation majoritaire de 55,6% et qui a généré un bénéfice net de 17 millions de CHF. Sans cette participation, le bénéfice net des activités financières d'UBS s'est inscrit à 1654 millions de CHF au troisième trimestre, en baisse de 2% sur le même trimestre de 2003 et de 16% par rapport au deuxième trimestre 2004.

En dépit du tassement anticipé des occasions de négoce, UBS a généré des revenus appréciables au troisième trimestre, grâce au volume des actifs investis par la clientèle (2261 milliards de CHF au 30 septembre 2004). Le produit d'exploitation pour les activités financières s'est chiffré à 8456 millions de CHF, en léger recul (1%) sur le même trimestre de l'an dernier. Les résultats des activités de gestion de fortune et d'actifs se sont inscrits à la hausse suite à un fort afflux d'argent frais et à une augmentation des volumes traités sur le marché. Cette bonne orientation a entraîné une progression des revenus tirés des actifs et, notamment, des commissions de gestion de portefeuille d'un montant record. Le portefeuille de private equity a fourni une contribution positive aux résultats d'Investment Bank pour le quatrième trimestre consécutif.

Celle-ci a été néanmoins largement compensée par un recul du revenu des opérations de négoce, les segments actions et revenu fixe enregistrant tous deux des baisses de 20% environ.

Selon Clive Standish, Chief Financial Officer, «être un intervenant majeur sur les marchés mondiaux de titres signifie que les revenus de notre Investment Bank seront tributaires des opportunités qui s'offrent sur le marché. C'est d'autant plus essentiel à signaler que nous compensons cette volatilité par de bons résultats des commissions tirées des actifs et des prestations de service, qui continuent de générer plus de la moitié de notre produit d'exploitation».

Ce trimestre, l'afflux net d'argent frais pour l'ensemble du Groupe UBS s'est chiffré à 20,5 milliards de CHF. Au niveau mondial, la contribution des particuliers fortunés s'est montée à 16,7 milliards de CHF, de sorte qu'au cours des neuf premiers mois de cette année, nos activités de gestion de fortune ont collecté au total 46,1 milliards de CHF d'actifs, soit un taux de croissance annualisé de 5%.

UBS a enregistré de nouveau un excellent résultat dans le domaine des crédits, avec des reprises de provisions de 14 millions de CHF au troisième trimestre 2004 contre des correctifs de valeur de 42 millions de CHF il y a un an.

Les charges d'exploitation totales pour les activités financières ont diminué de 1%, à 6265 millions de CHF. Cet allégement est dû à la baisse de 6% des charges de personnel suite à la constitution de provisions moindres pour le versement de primes de résultat, notamment dans l'Investment Bank. Au 30 septembre 2004, notre effectif employé dans les activités financières comptait 66 894 personnes, soit 965 de plus qu'au début de l'année. L'augmentation a essentiellement servi à renforcer le personnel de l'Investment Bank, où les embauches ont été opérées tant pour les activités d'affaires que les fonctions d'assistance, et du groupe d'affaires Wealth Management, du fait de la poursuite du recrutement de conseillers à la clientèle.

Consolidation de Motor-Columbus

A compter de ce trimestre, UBS consolide entièrement les résultats de Motor-Columbus, holding suisse, dont le seul actif d'importance est constitué par une participation majoritaire dans la compagnie d'électricité suisse Atel. Plus tôt cette année, UBS a porté sa participation dans Motor-Columbus à 55,6% afin de protéger la valeur de l'investissement effectué et d'être en position de force, en tant qu'actionnaire majoritaire, lorsqu'il s'agira pour elle de s'en défaire avec profit ultérieurement. Les résultats de Motor-Columbus seront publiés dans une unité Participations industrielles distincte, ce qui aidera UBS à préserver la pérennité de la présentation de ses activités financières clés.

L'unité Participations industrielles a contribué à hauteur de 17 millions de CHF au bénéfice net d'UBS au troisième trimestre (1%) et totalisé 16,7% du produit d'exploitation et 20,6% des charges d'exploitation.

Succès de la campagne publicitaire

Les investissements effectués pour constituer une marque forte sont l'un des éléments clés de la stratégie de croissance d'UBS. En mars dernier, UBS a lancé la campagne publicitaire mondiale «You & Us» montrant comment l'établissement offre ses compétences financières internationales grâce à des relations personnalisées avec la clientèle reposant sur une perception pointue des besoins de cette dernière. Une récente analyse des premiers résultats de la campagne permet de constater que la notoriété d'UBS progresse dans toutes les régions et particulièrement aux Etats-Unis. Les clients cibles se souviennent de sa publicité, ce qui constitue une étape cruciale dans l'engagement à long terme de l'établissement de s'ancrer par un profil distinct dans le secteur des plus compétitifs qu'est celui des services financiers.

Perspectives

Au cours des neuf premiers mois de 2004, les conditions ont très fortement fluctué pour les activités de négoce d'UBS, passant d'un premier trimestre exceptionnel à un environnement assez peu favorable au troisième trimestre. Vu la volatilité ambiante, la diversification des activités d'UBS s'est révélée payante et l'a aidé à saisir les opportunités de revenus qui se sont présentées lorsque les marchés d'actions et d'obligations étaient dynamiques, tandis que ses activités de gestion de fortune et d'actifs ont permis de compenser les fléchissements quand les conditions de négoce ont commencé à se tasser.

Malgré des fondamentaux mondiaux assez bien orientés, les intervenants sur le marché sont actuellement insécurisés et se posent des questions quant à la durée de la présente reprise.

Selon Clive Standish, «malgré l'incertitude qui continue de peser sur les marchés financiers et pourrait freiner encore le niveau des investissements, il semble que 2004 est en passe de figurer parmi les meilleurs exercices d'UBS».

Ratios financiers

Durant les neufs premiers mois de 2004, le rendement annualisé des fonds propres s'est élevé à 24,5%, contre 16,6% il y a un an à pareille époque. Le résultat de base par action était de 1.60 CHF au troisième trimestre 2004, contre 1.53 CHF il y a douze mois. Quant au ratio charges/produit, il s'est amélioré, passant de 75,1% à 74,2%.

Résultats par rapport aux objectifs financiers d'UBS

(avant goodwill et corrigés des facteurs financiers exceptionnels) UBS fixe ses objectifs financiers et évalue la performance en termes de résultats corrigés, hors facteurs financiers exceptionnels , amortissements au titre du goodwill et d'autres immobilisations incorporelles.

Les résultats par rapport aux objectifs financiers sont les suivants:

  • Le rendement annualisé des fonds propres s'inscrit à 27,4% pour les neuf premiers mois de 2004, en hausse de 19,2% sur un an et bien au-dessus de la fourchette fixée de 15 à 20%. Cette progression est le reflet de la hausse du résultat net et de la diminution du niveau moyen des fonds propres attribuable à la poursuite des programmes de rachat d'actions et l'augmentation du dividende, pour un montant supérieur aux bénéfices non distribués.

  • Le résultat de base par action a augmenté de 7%, passant de 1.74 CHF au troisième trimestre 2003 à 1.86 CHF. Cette augmentation est due à la réduction du nombre moyen des actions en circulation suite aux programmes de rachat en cours.

  • Le ratio charges/produit pour les activités financières UBS s'est établi à 71,5%, contre 72,2% l'an dernier à pareille époque, et est proche de ses plus bas historiques. Ce recul est dû aux rémunérations liées aux résultats qui ont diminué plus rapidement que les revenus.

Sur six mois (annualisé)

30.6.04

30.6.03

31.3.04

Sur 9 mois (annualisé)

30.9.04

30.6.04

30.9.03

Rendement des fonds propres (%)

déclaré 1

24,5

26,5

16,6

avant goodwill et corrigé des facteurs financiers exceptionnels 2

27,4

29,2

19,2

Pour le trimestre se terminant le

30.9.04

30.6.04

30.9.03

BPA de base (CHF)

déclaré 3

1.60

1.85

1.53

avant goodwill et corrigé des facteurs financiers exceptionnels 4

1.86

2.06

1.74

Ratio charges/produit des activités financières (%)

déclaré 6

74,2

73,7

75,1

avant goodwill et corrigé des facteurs financiers exceptionnels 7

71,5

71,2

72,2

Afflux d'argent frais, unités Wealth management (mrd de CHF) 8

Wealth Management

11,4

8,2

9,4

Wealth Management USA

5,3

2,2

5,7

Total

16,7

10,4

15,1

1 Résultat net sur neuf mois (annualisé) /moyenne des fonds propres moins dividendes.

2 Résultat net sur neuf mois (annualisé) moins amortissement du goodwill et d'autres immobilisations incorporelles et facteurs financiers exceptionnels (après impôts) /moyenne des fonds propres moins dividendes.

3 Pour de plus amples détails sur le calcul du résultat par action (BPA), voir la note 8 du rapport financier.

4 Résultat net moins amortissement du goodwill et d'autres immobilisations incorporelles et facteurs financiers exceptionnels (après impôts) / moyenne pondérée des actions en circulation.

5 Hors résultat des participations industrielles.

6 Charges / produit d'exploitation moins correctifs de valeur pour risques de crédit.

7 Charges d'exploitation moins amortissement du goodwill et d'autres immobilisations incorporelles et facteurs financiers exceptionnels / produit d'exploitation moins correctifs de valeur pour risques de crédit et facteurs financiers exceptionnels.

8 Hors intérêts et dividendes.

Résultats des activités financières


Wealth Management & Business Banking
Au troisième trimestre, l'unité Wealth Management a enregistré un résultat avant impôts de 855 millions de CHF, en baisse de 3% sur le niveau du deuxième trimestre 2004. Le produit d'exploitation a légèrement fléchi (- 1%) du fait que la hausse des commissions tirées des actifs et le résultat des opérations d'intérêts ont été largement compensés par le recul du revenu des transactions, suite au tassement des opérations de la clientèle durant la période estivale. Quant aux charges d'exploitation, elles se sont légèrement alourdies (+ 2%) en raison notamment de la poursuite des plans d'expansion d'UBS mis en œuvre en Europe et en Asie.

La marge brute sur les actifs sous gestion a fléchi de 3 points de base d'un trimestre à l'autre pour revenir à 101 points, suite à la baisse saisonnière des activités avec la clientèle. L'afflux net d'argent frais s'est chiffré à 11,4 milliards de CHF, contre 8,2 milliards de CHF au deuxième trimestre. Le segment de la clientèle internationale a enregistré une entrée de fonds de 11.0 milliards de CHF, dont 3,2 milliards de CHF drainés par les activités de gestion de fortune en Europe. Concernant la clientèle suisse, l'afflux d'argent frais s'est élevé à 0,4 milliard de CHF. Globalement, si on additionne l'afflux record du premier trimestre et la vigoureuse performance du deuxième, les clients ont investi 35,8 milliards de CHF d'argent frais chez UBS durant les neuf premiers mois de l'année, soit un taux de croissance annualisé de 7%.

L'unité Clientèle privée et Entreprises a dégagé un bénéfice avant impôts de 517 millions de CHF, en hausse de 9 millions de CHF par rapport au deuxième trimestre. Le produit d'exploitation total a légèrement diminué (- 1%) en raison de la baisse des revenus d'intérêts et des droits de courtage. Ces reculs ont été en partie compensés par le gain tiré de la vente de la participation d'UBS dans Noga Hilton Hotel à Genève. La baisse du produit d'exploitation a été largement contrebalancée par l'allégement des charges d'exploitation dû essentiellement à une consommation moindre des services d'informatique et d'assurance offerts par d'autres unités d'affaires.

Le portefeuille de crédits de l'unité Clientèle privée et Entreprises est passé de 138,8 milliards de CHF au 30 juin à 139,7 milliards de CHF au 30 septembre 2004. Quant aux nouvelles hypothèques, elles se sont chiffrées à 1 milliard de CHF, la clientèle continuant de tirer avantage du bas niveau des taux. Cette augmentation a été en partie neutralisée par la réduction en cours du portefeuille de recouvrement.


Global Asset Management
Global Asset Management a dégagé un bénéfice avant impôts de 105 millions de CHF au troisième trimestre 2004, en baisse de 26 millions sur le deuxième trimestre. Le produit d'exploitation est resté pratiquement inchangé (- 1%) par rapport au deuxième trimestre, lorsque l'incidence du fléchissement des marchés des actions a compensé les effets des entrées d'argent frais dans les portefeuilles d'actifs. Les charges d'exploitation se sont alourdies de 5% suite à une provision de 30 millions de CHF pour la consolidation des activités sur le continent américain.

Dans le segment des institutionnels, l'afflux net d'argent frais a totalisé 3 milliards de CHF au troisième trimestre 2004, contre 7,6 milliards de CHF au deuxième. Des entrées de fonds importantes ont été enregistrées dans les mandats Actions en Europe, les placements alternatifs et quantitatifs, ainsi que dans l'immobilier. Cette orientation a été en partie neutralisée par une plus large tendance du secteur à délaisser les produits de diversification des actifs, en particulier au Royaume-Uni.

Dans le Wholesale Intermediary (activités sur fonds de placement avec des intermédiaires financiers), les entrées nettes d'argent frais se sont montées à 1,0 milliard de CHF, contre des sorties de 4,6 milliards de CHF le trimestre précédent. De forts apports dans les fonds revenu fixe et de diversification des actifs ont plus que compensé le reflux de 2,6 milliards de CHF hors des fonds monétaires, ce montant continuant d'être affecté aux dépôts garantis FDIC d'UBS Bank USA.

La plupart des fonds affichent une solide performance relative sur trois, cinq et dix ans. Les actifs investis dans le groupe d'affaires se montaient à 601 milliards de CHF au 30 septembre, contre 595 milliards de CHF au 30 juin. Cette progression est attribuable à l'important afflux d'argent frais et au fléchissement du franc suisse face à l'euro.


Investment Bank
Avant impôts, le résultat d'Investment Bank s'est inscrit à 714 millions de CHF, en baisse de 19% sur la même période de l'an dernier et de 23% par rapport au deuxième trimestre 2004. Les marchés, dynamiques en début d'année, se sont sensiblement essoufflés à la fin du deuxième trimestre, accusant une faible volatilité et un tassement d'activité qui s'est poursuivi en juillet, août et septembre.

Le produit d'exploitation s'est établi à 3155 millions de CHF au troisième trimestre, en recul de 7% sur un an et de 20% par rapport au deuxième trimestre 2004.

Dans l' investment banking, les revenus se sont accrus de 1% par rapport au troisième trimestre de l'an dernier. Cette progression est imputable aux revenus tirés des activités de conseil sur le continent américain et dans la zone Asie/Pacifique, ainsi que de la souscription d'actions. Elle a été toutefois en partie neutralisée par des revenus moindres des souscriptions d'obligations suite au fléchissement des émissions dans le sillage du raidissement des taux durant le trimestre. Par rapport au niveau extrêmement élevé atteint au deuxième trimestre, les revenus des activités de banque d'affaires ont reculé de 31% en raison de l'incertitude prévalant sur le marché et du ralentissement estival habituel qui ont entraîné une raréfaction des transactions sur le marché des capitaux ainsi que des opérations de fusions-acquisitions.

Le produit du segment Actions a diminué de 6% sur un an. Les fortes hausses des revenus dans le prime brokerage et sur les dérivés ont été neutralisées par l'incidence négative des taux de change et la baisse des revenus dans les opérations pour compte propre. Par rapport au deuxième trimestre 2004, les revenus du négoce d'actions ont reculé de 15% en raison du tassement estival des marchés suite à l'activité réduite de la clientèle et à la faible volatilité.

Les revenus des segments Revenu fixe, Taux et Change (FIRC) ont cédé 15% sur un an. Les swaps de défaillance de crédit servant à la couverture du portefeuille de prêts ont enregistré une perte de 75 millions de CHF après une perte de 192 millions de CHF il y a un an. Par rapport au deuxième trimestre 2004, les revenus des segments FIRC ont reculé de 21%. Cette moindre performance comparée au pic observé en début d'année est attribuable à la persistance de bas niveaux d'activité sur le marché. Par ailleurs, la faible volatilité a encore pesé sur les revenus tirés du négoce et réduit la demande des clients pour les dérivés. Bien que toujours pentue historiquement, la courbe des rendements s'est progressivement aplatie. En outre, les gains tirés dans le domaine des taux ont été inférieurs aux fortes performances des précédents trimestres. Le risque de marché pour l'Investment Bank, tel que mesuré par la VaR (taux de confiance de 99%, moyenne sur 10 jours), était de 376,0 millions de CHF au troisième trimestre 2004, contre 331,4 millions de CHF au deuxième. Cette augmentation est due aux expositions aux taux d'intérêt, qui restent le risque principal.

Les charges d'exploitation ont totalisé 2441 millions de CHF, en baisse de 3% sur le troisième trimestre 2003. Ce mieux est attribuable à un allégement des charges de personnel, mais qui a été en partie neutralisé par une augmentation du poste autres charges d'exploitation. Par rapport au deuxième trimestre 2004, les charges d'exploitation ont diminué de 20%, partiellement suite à des coûts moins élevés pour les risques opérationnels.


Wealth Management USA
Au troisième trimestre 2004, Wealth Management USA a affiché un bénéfice avant impôts de 43 millions de CHF, en hausse de 16 millions de CHF sur le deuxième. Cette amélioration est imputable à l'achèvement au deuxième trimestre des paiements de fidélisation liés à la fusion.

Avant coûts d'acquisition, le bénéfice avant impôts s'est élevé à 169 millions de CHF, en recul de 10% sur le trimestre précédent. La baisse est due aux produits moins élevés générés par les transactions suite à la contraction des volumes de négoce de la clientèle. Elle a été en partie compensée par l'augmentation de 6% des revenus tirés des crédits, en raison de l'incidence positive de l'ouverture d'UBS Bank USA dans l'Utah et de revenus à la hausse dans le segment des Municipal securities.

L'afflux net d'argent frais a regagné sensiblement en volume et s'est chiffré à 5,3 milliards de CHF au troisième trimestre, contre 2,2 milliards de CHF au deuxième. La forte dynamique de la collecte d'actifs au troisième trimestre, qui a dépassé le résultat enregistré au premier semestre 2004, illustre les avantages des nouveaux outils d'assistance introduits pour renforcer la productivité des conseillers financiers. Mais elle est aussi le reflet des résultats significatifs et tangibles suite au succès de l'initiative Private Wealth Management qui vise la clientèle haut de gamme aux Etats-Unis.

Cautionary statement regarding forward-looking statements

This communication contains statements that constitute "forward-looking statements", including, but not limited to, statements relating to the implementation of strategic initiatives, such as the European wealth management business, and other statements relating to our future business development and economic performance.



While these forward-looking statements represent our judgements and future expectations concerning the development of our business, a number of risks, uncertainties and other important factors could cause actual developments and results to differ materially from our expectations.



These factors include, but are not limited to, (1) general market, macro-economic, governmental and regulatory trends, (2) movements in local and international securities markets, currency exchange rates and interest rates, (3) competitive pressures, (4) technological developments, (5) changes in the financial position or creditworthiness of our customers, obligors and counterparties and developments in the markets in which they operate, (6) legislative developments, (7) management changes and changes to our Business Group structure and (8) other key factors that we have indicated could adversely affect our business and financial performance which are contained in other parts of this document and in our past and future filings and reports, including those filed with the SEC.



More detailed information about those factors is set forth elsewhere in this document and in documents furnished by UBS and filings made by UBS with the SEC, including UBS's Annual Report on Form 20-F for the year ended 31 December 2003. UBS is not under any obligation to (and expressly disclaims any such obligations to) update or alter its forward-looking statements whether as a result of new information, future events, or otherwise.

Zurich / Bâle, 2 novembre 2004
UBS

Downloads

Key Messages video (anglais)

Webcast video (anglais)