UBS News Alert


UBS dégage un bénéfice net de 2423 millions de CHF au premier trimestre

| Quarterly Results

Meilleure performance trimestrielle jamais enregistrée, du double de celle du premier trimestre 2003 (en hausse de 100% ou de 82% avant amortissement du goodwill); Produit d'exploitation en augmentation de 33%, et progression des revenus dans toutes les activités; Rendement annualisé des fonds propres de 29,2% (31,9% avant goodwill), résultat de base par action en hausse de 114% (95% avant goodwill), tous deux s'inscrivant à un niveau jamais égalé; Afflux net d'argent frais de 35 milliards de CHF au total, dont un montant record de 19 milliards de CHF en provenance de la clientèle de gestion de fortune du monde entier

En mio. de CHF

Pour le trimestre se terminant le31.03.2004

31.12.2003

31.03.2003

Variation en %4T03

1T03

Produit d'exploitation

10 295

8 538

7 768

21

33

Charges d'exploitation

7 206

6 303

6 174

14

17

Produit d'exploitation avant impôts et intérêts minoritaires

3 089

2 235

1 594

38

94

Résultat net

2 423

1 808

1 209

34

100

UBS a dégagé un bénéfice net de 2423 millions de CHF au premier trimestre, en hausse de 100% sur la période comparable de 2003, ce qui constitue sa meilleure performance jusqu'à présent. Le résultat net avant amortissement du goodwill s'est accru de 82%.

Selon Peter Wuffli, Chief Executive Officer, «cette performance exceptionnelle est le reflet des excellentes conditions de négoce sur les principaux marchés financiers. Mais elle constitue aussi la juste rétribution des investissements auxquels nous avons procédé de manière anticyclique ces dernières années dans nos activités, afin de nous positionner précisément pour tirer profit de ce genre d'occasions. Et elle prouve que nous maîtrisons aussi bien la gestion de la croissance que celle des coûts et des risques».

Toutes nos activités ont enregistré des revenus et des bénéfices avant impôts en hausse sur douze mois. Le bénéfice avant impôts d'Investment Bank a bondi de 115%. Cet excellent chiffre est dû au résultat tout à fait remarquable du segment Revenu fixe et à la deuxième meilleure performance du segment Actions enregistrés depuis 2000. Les groupes d'affaires Wealth Management et Global Asset Management ont publié leurs meilleurs résultats depuis trois ans et Wealth Management USA ses meilleures performances opérationnelles depuis que PaineWebber fait partie d'UBS.

L'afflux net d'argent frais montre que les activités de gestion de fortune et de gestion d'actifs sont en rapide développement. Ce trimestre, les investissements des clients se sont accrus de 35,1 milliards de CHF. Quant aux flux de fonds du segment Gestion d'actifs institutionnels, ils ont atteint un plus haut de 10,1 milliards de CHF. Les afflux de fonds record des investisseurs privés vers nos activités mondiales de gestion de fortune se sont montés à 19,0 milliards de CHF, contre 11,1 milliards un an plus tôt et 14,2 milliards de CHF au quatrième trimestre 2003. Quant à ceux de notre activité domestique de gestion de fortune en Europe, ils ont atteint un plus haut jamais atteint de 4,2 milliards de CHF.

Le produit d'exploitation a progressé de 33% par rapport au premier trimestre 2003 pour s'inscrire à un niveau jusqu'ici inégalé. Toutes les catégories ont enregistré des hausses de revenus. La hausse des marchés a eu une incidence positive sur le portefeuille des actifs gérés, générant ainsi une hausse des revenus tirés des commissions. Les commissions et courtages ont bénéficié de la vigueur saisonnière du premier trimestre et de marchés beaucoup mieux orientés qui ont donné un sensible coup de pouce aux opérations avec la clientèle privée et les institutionnels. Les commissions tirées du financement d'entreprises se sont accrues de 75% dans le sillage de l'amélioration de l'environnement des opérations de fusions et acquisitions, avec un pool mondial de commissions en progression de 40%.

Le relèvement des limites de risque de marché ont permis a UBS de tirer profit au premier trimestre des conditions favorables de négoce. Une augmentation de 34% sur un an de la «Value at Risk» (VaR) a eu pour corollaire une hausse de 33% du résultat des activités de négoce. Stimulé par un rapide gonflement des volumes du marché, des opérations bien plus importantes de la clientèle et par conséquent une sensible amélioration des opportunités d'activité, le produit du négoce d'actions a plafonné à son plus haut niveau depuis le premier trimestre 2001. Les revenus des opérations pour compte propre se sont fortement redressés par rapport à ceux particulièrement faibles du premier trimestre 2003. Le segment Revenu fixe a continué de très bien évoluer, dopé par un nouveau trimestre aux taux d'intérêt et une courbe des rendements favorables, ainsi qu'un flux de clients considérable.

UBS a enregistré de nouveau un excellent résultat dans le domaine des crédits, avec des recouvrements nets de 3 millions de CHF au premier trimestre 2004 contre des correctifs de valeur de 69 millions de CHF il y a un an.

Les charges d'exploitation ont progressé de 17% sur un an, soit bien plus lentement que les revenus, et essentiellement en raison de la constitution de provisions plus importantes dans la perspective du versement de primes de résultat.


Lancement d'une campagne publicitaire mondiale

Les investissements effectués pour constituer une marque forte sont l'un des éléments clés de la stratégie de croissance d'UBS. C'est ce qui explique le lancement en février d'une nouvelle campagne publicitaire à l'échelon mondial. Ayant pour slogan «You and us», cette campagne montre comment UBS est en mesure d'offrir l'intégralité de ses compétences internationales grâce à des relations personnalisées avec sa clientèle reposant sur une excellente perception des besoins de celle-ci. Les investissement dans la publicité se concentrent sur les marchés clés, où UBS doit développer la notoriété de sa marque afin d'atteindre les objectifs de croissance, notamment aux Etats-Unis.


Nomination à un nouveau poste
Georges Gagnebin, actuel Chairman du groupe d'affaires Wealth Management & Business Banking, a décidé de se consacrer à de nouvelles tâches au sein d'UBS. A compter du 1er octobre 2004, il quittera le Directoire du Groupe pour occuper à plein temps des fonctions de Vice-président du Conseil d'administration du holding des banques privées et de GAM.

Georges Gagnebin a occupé diverses fonctions au sein de l'équipe dirigeante d'UBS ces treize dernières années et a dirigé les activités de private banking de la banque de 2000 jusqu'au milieu de l'année 2002. UBS lui sait gré des éminents services rendus pour faire de l'établissement le numéro un mondial en matière d'activités de gestion de fortune.


Perspectives
Pour UBS, l'année a débuté par un premier trimestre extrêmement vigoureux. Les conditions ont été simultanément excellentes dans chacune des activités. Mais il ne faut pas s'attendre à ce qu'une combinaison de circonstances aussi idéale se poursuive au fil de l'exercice, vu notamment le caractère saisonnier de facteurs qui ont dopé le résultat de certaines unités au premier trimestre.

Selon Clive Standish, Chief Financial Officer: «comme nos activités affichent un dynamisme très soutenu et que les indicateurs de croissance sont tous orientés à la hausse, nous avons de bonnes raisons d'être optimistes quant à l'avenir d'UBS»


Ratios financiers
Au premier trimestre 2004, le rendement annualisé des fonds propres s'élevait à 29,2%, contre 13,2% il y a un an à pareille époque. Le résultat de base par action était de 2.25 CHF au premier trimestre 2004, contre 1.05 CHF il y a douze mois. Quant au ratio charges/produit, il s'est amélioré, passant de 78,8% à 70%.


Résultats par rapport aux objectifs financiers d'UBS
(avant goodwill et corrigés des facteurs financiers exceptionnels)

UBS fixe ses objectifs financiers et évalue la performance en termes de résultats corrigés, hors facteurs financiers exceptionnels*, amortissements au titre du goodwill et d'autres immobilisations incorporelles.

Les résultats par rapport aux objectifs financiers sont les suivants:

  • Le rendement annualisé des fonds propres s'inscrit à 31,9% pour le premier trimestre 2004, en hausse de 15,8% sur un an et bien au-dessus de la fourchette fixée de 15 à 20%. Il s'agit de la meilleure performance jamais enregistrée. Elle est le reflet de la hausse du résultat net et de la diminution du niveau moyen des fonds propres attribuable à la poursuite des programmes de rachat d'actions.

  • Le résultat de base par action a aussi grimpé à des sommets jamais atteints de 2.46 CHF, en hausse de 95% sur le niveau de 1.26 CHF enregistré il y a un an à pareille époque. Cette augmentation est attribuable aux mêmes facteurs qui ont influé sur le rendement des fonds propres.

  • Le ratio charges/produit a diminué, passant de 75,7% durant la même période de l'an dernier à 67,8% et reculant ainsi à son plus bas niveau depuis 2000. Cette amélioration s'explique par la hausse des revenus due à la réduction constante de la base des coûts fixes ces dernières années.


* Il n'y a pas eu de facteurs financiers exceptionnels au premier trimestre 2004, au premier trimestre 2003 ou au quatrième trimestre 2003.

Sur trois mois (annualisé)

31.03.2004

31.12.2003

31.03.2003

Rendement des fonds propres (%)

déclaré

1

29,2

17,8

13,2

avant goodwill et corrigé des facteurs financiers exceptionnels

2

31,9

20,5

15,8

Pour le trimestre se terminant le

31.03.2004

31.12.2003

31.03.2003

Résultat de base par action (CHF)

déclaré

3

2.25

1.68

1.05

avant goodwill et corrigé des facteurs financiers exceptionnels

4

2.46

1.89

1.26

Ratio charges/produit (%)

déclaré

5

70,0

73,4

78,8

avant goodwill et corrigé des facteurs financiers exceptionnels

6

67,8

70,8

75,7

Afflux d'argent frais, unités Wealth Management (mrd de CHF)

7

Wealth Management

16.2

6.4

7.4

Wealth Management USA

2.8

7.8

3.7

Total

19

14.2

11.1


1 Résultat net / moyenne des fonds propres moins dividendes. 2 Résultat net moins amortissement au titre du goodwill et d'autres immobilisations incorporelles et facteurs financiers exceptionnels (après impôts) / moyenne des fonds propres moins dividendes. 3 Pour de plus amples détails sur le calcul du résultat par action (BPA), voir la note 8 du rapport financier. 4 Résultat net moins amortissement du goodwill et d'autres immobilisations incorporelles et facteurs financiers exceptionnels (après impôts)/moyenne pondérée des actions en circulation. 5 Charges / produit d'exploitation moins correctifs de valeur pour risques de crédit. 6 Charges d'exploitation moins amortissement du goodwill et d'autres immobilisations incorporelles et facteurs financiers exceptionnels / produit d'exploitation moins correctifs de valeur pour risques de crédit et facteurs financiers exceptionnels. 7 Hors intérêts et dividendes.

Résultats des Groupes d'affaires

Wealth Management & Business Banking
Le résultat avant impôts de l'unité Wealth Management pour le premier trimestre 2004 s'est inscrit à 868 millions de CHF, en hausse de 23% sur le quatrième trimestre 2003. Il s'agit du meilleur résultat sur trois ans. Le produit des commissions régulières tirées des actifs s'est accru dans le sillage du regain des volumes du marché. Les revenus exceptionnels ont augmenté en raison de droits de courtage plus élevés suite aux opérations plus importantes de la clientèle dans un meilleur environnement du marché. Cette progression des revenus, stimulée par les efforts constants visant à améliorer l'offre de produits et de services à valeur ajoutée fournie à la clientèle, a fait passer la marge brute sur les actifs investis de 100 à 107 points de base par rapport au trimestre précédent.

L'afflux d'argent frais de 16,2 milliards de CHF a progressé de 153% sur le quatrième trimestre 2003, grâce aux apports record tant de la clientèle internationale que suisse. Les flux de fonds des anciens clients ont été particulièrement considérables. L'activité de gestion de fortune en Europe a drainé 4,2 milliards de CHF d'argent frais.

Business Banking Switzerland a enregistré un résultat avant impôts de 510 millions de CHF, en recul de 5% sur le quatrième trimestre 2003. Le produit d'exploitation a diminué en raison essentiellement du tassement des revenus d'intérêts tirés du portefeuille de recouvrement réduit et de commissions moindres par rapport notamment aux niveaux élevés du quatrième trimestre.

Le portefeuille de crédits de Business Banking Switzerland s'est accru de 1,4 milliard de CHF par rapport au 31 décembre 2003 pour s'établir à 138,6 milliards. L'augmentation des hypothèques pour les particuliers a été partiellement contrebalancée par l'amenuisement du portefeuille de recouvrement.


Global Asset Management
Global Asset Management a dégagé un bénéfice avant impôts de 144 millions de CHF, en hausse de 29% par rapport à celui du quatrième trimestre 2003. Il s'agit du meilleur résultat trimestriel depuis 2000. Cette progression est essentiellement attribuable à l'augmentation des commissions de gestion suite aux excellents afflux d'argent frais et au rebond durable des évaluations boursières. Quant aux charges d'exploitation, elles ont moins augmenté que les revenus du fait que la compression des autres charges d'exploitation a en partie compensé la hausse des primes de performance due aux meilleurs résultats.

Dans le segment des institutionnels, l'afflux d'argent frais a totalisé 10,1 milliards de CHF, contre tout juste 1,4 milliard au quatrième trimestre 2003. Il s'agit du meilleur résultat jamais enregistré et il reflète la pérennité de la performance de placement à long terme. Le Wholesale intermediary (activités sur fonds de placement avec des intermédiaires financiers) a accusé des reflux nets de fonds de 1,4 milliards de CHF, contre 8,3 milliards de CHF au quatrième trimestre 2003. En outre, la plupart des sorties étaient essentiellement attribuables aux reflux hors des fonds monétaires suite au lancement d'UBS Bank USA au troisième trimestre 2003. Depuis lors, les excédents de liquidités de la clientèle privée américaine sont virés automatiquement sur des comptes de dépôt de la banque et non plus investis en fonds monétaires.

Les actifs investis dans Global Asset Management se montaient à 602 milliards de CHF au 31 mars 2004, contre 574 milliards de CHF au 31 décembre 2003. La plupart des fonds Global Asset Management ont présenté une solide performance sur des périodes de un, trois, cinq et dix ans.


Investment Bank
Avant impôts, le résultat d'Investment Bank s'est inscrit à 1674 millions de CHF au premier trimestre 2004, en hausse de 115% sur celui d'il y a un an à pareille époque. Cette progression des revenus a bénéficié à l'ensemble des domaines d'activité, notamment au segment Actions et à ceux de Revenu fixe, Taux et Change, qui ont enregistré une nouvelle performance record.

Le produit d'exploitation a grimpé à 4937 millions de CHF au premier trimestre 2004, en hausse de 54% sur un an et de 39% par rapport au quatrième trimestre 2003. Bénéficiant de l'embellie des conditions de négoce et de volumes plus élevés de la clientèle, le segment Actions et les segments Revenu fixe, Taux et Change (FIRC) ont été les principaux éléments de cette envolée. Les segments dits FIRC ont dégagé des revenus de 19% supérieurs sur un an (82% par rapport au quatrième trimestre 2003). Les excellents résultats dans les activités de taux, de change et dans le domaine cash and collateral trading ont assuré la pérennité de la performance sur douze mois. Les revenus du négoce d'actions ont progressé de 109% sur un an (de 23% par rapport au quatrième trimestre). Ces résultats sont le reflet de l'amélioration des conditions du marché, de la forte demande de produits traditionnels et dérivés par des segments de clientèle clé, de la hausse des revenus dans les opérations pour compte propre et de notre aptitude à traiter efficacement des volumes élevés de négoce. Dans l'Investment Banking, les revenus se sont accrus de 59% sur un an, mais ont baissé de 27% par rapport au quatrième trimestre traditionnellement fort. Ce mieux annuel est dû à l'augmentation des activités de fusions et acquisitions, à l'orientation toujours bonne des marchés des capitaux et à l'embellie de l'environnement pour les émissions d'actions. La performance du Private Equity a continué de s'améliorer et l'unité a affiché des revenus de 165 millions de CHF au premier trimestre, contre des pertes de 75 millions de CHF il y a un an. L'amélioration des conditions du marché a notamment permis de procéder à divers désinvestissements réussis et de réduire le niveau des correctifs de valeur.

Les charges d'exploitation se sont alourdies de 35% sur un an, suite à l'augmentation des frais de personnel dans le sillage de l'amélioration des revenus. Les rétributions annuelles en fonction de la performance sont essentiellement influencées par la combinaison des revenus des unités d'affaires et ajustées au niveau de rémunération du secteur.


Wealth Management USA
Wealth Management USA a enregistré un gain de 43 millions de CHF avant impôts, contre une perte de 10 millions de CHF au quatrième trimestre 2003. Cette amélioration est attribuable au solide résultat opérationnel et à la réduction des frais de fidélisation. Avant coûts d'acquisition (amortissement du goodwill et d'autres immobilisations incorporelles, coûts nets de refinancement et paiements de fidélisation), le bénéfice avant impôts s'est accru de 20%, passant de 181 millions de CHF au quatrième trimestre 2003 à 218 millions de CHF.

Etant donné que les activités du groupe d'affaires sont pratiquement toutes effectuées en USD, des comparaisons des résultats du premier trimestre avec des périodes antérieures sont affectées par les fluctuations du billet vert face au CHF. Hors effets de change et avant coûts d'acquisition, le résultat avant impôts a atteint un niveau record, en hausse de 23% sur le quatrième trimestre 2003. Les revenus ont augmenté suite à des commissions régulières record, à une plus forte activité de la clientèle privée et à un produit des intérêts en hausse dû à l'incidence des opérations d'UBS Bank USA. Ces effets positifs ont été en partie contrebalancés par la baisse des revenus tirés du segment Municipal securities, en raison des volumes moindres dans le secteur et des modifications de l'environnement des taux qui ont pesé sur la valeur de ces titres. Parallèlement, les coûts ont continué de faire l'objet d'une stricte gestion.

L'afflux net d'argent frais s'est chiffré à 2,8 milliards de CHF et même s'il a reculé par rapport au quatrième trimestre 2003 (7,8 milliards de CHF), le montant enregistré au premier trimestre se permet une comparaison favorable avec celui drainé par la concurrence américaine.
Les conseillers financiers demeurent parmi les plus performants du secteur avec un chiffre de productivité (revenus de la clientèle privée par conseiller) de 172 000 CHF au premier trimestre, contre 155 000 CHF au quatrième trimestre 2003.


Cautionary statement regarding forward-looking statements


This communication contains statements that constitute „forward-looking statements", including, but not limited to, statements relating to the implementation of strategic initiatives, such as the European wealth management business, and other statements relating to our future business development and economic performance.

While these forward-looking statements represent our judgments and future expectations concerning the development of our business, a number of risks, uncertainties and other important factors could cause actual developments and results to differ materially from our expectations.


These factors include, but are not limited to, (1) general market, macro-economic, governmental and regulatory trends, (2) movements in local and international securities markets, currency exchange rates and interest rates, (3) competitive pressures, (4) technological developments, (5) changes in the financial position or creditworthiness of our customers, obligors and counterparties and developments in the markets in which they operate, (6) legislative developments, (7) management changes and changes to our Business Group structure and (8) other key factors that we have indicated could adversely affect our business and financial performance which are contained in other parts of this document and in our past and future filings and reports, including those filed with the SEC.


More detailed information about those factors is set forth elsewhere in this document and in documents furnished by UBS and filings made by UBS with the SEC, including UBS's Annual Report on Form 20-F for the year ended 31 December 2003. UBS is not under any obligation to (and expressly disclaims any such obligations to) update or alter its forward-looking statements whether as a result of new information, future events, or otherwise.

Zurich / Bâle, 4 mai 2004
UBS

Downloads

Key Messages video (anglais)

Webcast video (anglais)