UBS News Alert


Résultats des Groupes d'affaires.

| Media Releases Global

UBS Wealth Management & Business Banking
Le résultat avant impôts de Private Banking pour le premier trimestre 2003 s'est inscrit à 534 millions de CHF, en hausse de 7% sur le quatrième trimestre 2002 en raison d'une diminution des frais courants. Au cours du premier trimestre 2003, l'afflux net d'argent frais s'est monté à 7,4 milliards de CHF contre 2,8 milliards au trimestre précédent, troisième meilleur résultat depuis 2000. Private Banking - International Clients a enregistré un afflux net d'argent frais de 7,0 milliards de CHF, avec un volume record pour notre European wealth management initiative. La marge brute sur les actifs investis est passée de 97 à 98 points de base par rapport au quatrième trimestre 2002.

Business Banking Switzerland a enregistré son troisième meilleur résultat avant impôts jamais réalisé de 499 millions de CHF, en hausse de 10% sur le quatrième trimestre 2002. Les produits ont légèrement progressé en raison d'une augmentation des revenus d'intérêts, tandis que les charges ont reculé à un plus bas historique du fait notamment d'une baisse des frais de personnel. Les correctifs de valeur pour risques de crédit effectifs ont totalisé 64 millions de CHF au premier trimestre, montant stable par rapport aux 60 millions de CHF enregistrés au quatrième trimestre 2002. Le niveau toujours relativement bas des pertes sur crédits en Suisse malgré la détérioration du climat conjoncturel est le résultat des efforts entrepris par UBS en vue d'améliorer la qualité de son portefeuille national de crédits. Soutenu par l'activité de crédit hypothécaire aux particuliers en Suisse, le portefeuille de prêts de UBS Wealth Management & Business Banking a augmenté de 2,9 milliards de CHF, soit de 1,7%, entre le 31 décembre 2002 et le 31 mars 2003.


UBS Global Asset Management
Le bénéfice avant impôts du premier trimestre 2003 s'est établi à 44 millions de CHF, soit une augmentation de 29% par rapport au quatrième trimestre 2002. Cet excellent résultat s'explique par une diminution des charges d'exploitation du fait, notamment, que le résultat du quatrième trimestre 2002 comprenait des frais et charges de locaux inoccupés. Cette baisse des charges d'exploitation a été en partie contrebalancée par un recul des commissions provenant des activités avec les institutionnels et un recul des revenus de O'Connor.

Dans le segment des institutionnels, l'afflux net d'argent frais a totalisé 3,9 milliards de CHF au premier trimestre contre 2,4 milliards de CHF au quatrième trimestre 2002. Au niveau international, les mandats Actions ont bénéficié d'afflux de fonds substantiels. Dans les opérations de Wholesale intermediary, UBS Global Asset Management a enregistré un afflux net de 3,4 milliards de CHF au premier trimestre 2003 contre une sortie nette de 0,8 milliard de CHF au quatrième trimestre 2002.

La plupart des fonds UBS Global Asset Management ont continué de présenter une solide performance sur 1, 3 et 5 ans.


UBS Warburg
L'unité Corporate and Institutional Clients d'UBS Warburg a enregistré un résultat avant impôts de 894 millions de CHF au premier trimestre 2003, en recul de 6% sur un an, mais en progression de 72% par rapport au quatrième trimestre 2002. Le tassement par rapport à l'an dernier a été largement imputable aux fluctuations de change, l'USD ayant fléchi de 20% par rapport au CHF pendant cette période.

Le produit d'exploitation s'est inscrit à 3341 millions de CHF au premier trimestre, en recul de 20% sur un an, mais en hausse de 17% par rapport au quatrième trimestre 2002. Quant aux segments Revenu fixe, Taux et Change, ils ont enregistré leur meilleure performance depuis 1999 avec une hausse de 4% sur un an et de 100% sur un trimestre. Les produits de ces segments sont libellés en majeure partie en USD, si bien que les résultats auraient été encore meilleurs sans l'impact négatif de la baisse de l'USD. Les revenus de l'Investment Banking ont fléchi de 44% sur un an en raison de l'impact négatif sur le pool de commissions de la clientèle entreprises ainsi que d'une situation économique et de conditions des marchés peu favorables. Quant aux revenus tirés des opérations sur actions, ils ont diminué de 45% sur un an en raison d'un ralentissement de l'activité des marchés qui a affecté les possibilités de négoce et d'une baisse des résultats du négoce en compte propre. Ce recul a été partiellement compensé par la stabilité des commissions de clients.

A l'inverse des tendances générales du marché, UBS Warburg a continué de faire bonne figure dans l'environnement précaire du crédit avec très peu de nouvelles dépréciations au cours du trimestre. Le ratio des crédits en souffrance sur le total brut est demeuré quasiment stable à 1,7% au premier trimestre 2003 contre 1,6% au quatrième trimestre 2002.

Au premier trimestre, les charges d'exploitation ont reculé de 24% sur un an mais ont progressé de 4% sur un trimestre. Le ratio charges de personnel a reculé à 54% pour le trimestre, contre 55% pour l'ensemble de l'année 2002. L'élasticité des coûts de cette unité permet à UBS Warburg de gérer ses dépenses au plus près de ses revenus.

UBS Capital a enregistré une perte avant impôts de 90 millions de CHF au premier trimestre 2003. Ce résultat soutient honorablement la comparaison avec les pertes avant impôts de 362 millions de CHF du quatrième trimestre 2002 et de 462 millions de CHF du premier trimestre 2002. Il s'explique surtout par des correctifs de valeur moindres. Le montant des engagements non provisionnés a reculé de 2,1 milliards de CHF fin décembre 2002 à 1,9 milliard de CHF au 31 mars 2003.
UBS Capital continuera de s'attacher à gérer les actifs existants afin d'en tirer le maximum et de saisir les occasions de réduire les engagements financiers non revendiqués.

La situation conjoncturelle actuelle restera cependant l'élément déterminant pour les performances financières d'UBS Capital dont les résultats devraient rester volatils en raison du caractère imprévisible des possibilités de désengagement. Certains signes indiquent néanmoins que le portefeuille résiduel tend à dégager une performance plus conforme à celle des marchés boursiers internationaux.


UBS PaineWebber
Malgré le pessimisme persistant des investisseurs, le sentiment qu'un plus bas historique a été atteint au premier trimestre a permis à PaineWebber d'enregistrer une solide performance et un afflux d'argent frais significatif, ce qui démontre sa compétitivité.

Coûts d'acquisition inclus, UBS PaineWebber a enregistré une perte avant impôts de 95 millions de CHF, comparé à une perte de 1368 millions de CHF au quatrième trimestre 2002 lorsque le retrait de la marque PaineWebber a entraîné une charge d'amortissement de 1234 millions de CHF. Hors amortissement et autres coûts d'acquisitions (goodwill, coûts nets de refinancement et paiements de fidélisation), le résultat avant impôts du groupe d'affaires s'est inscrit à 120 millions de CHF, en recul par rapport aux 142 millions de CHF enregistrés au quatrième trimestre 2002.

Comme les transactions de UBS PaineWebber sont essentiellement libellées en USD, la comparaison des résultats avec des périodes antérieures pâtit du repli du billet vert face au franc suisse. Exprimée en dollar, la performance avant impôts et coûts d'acquisition a été inférieure de 10% à celle du quatrième trimestre 2002 en raison d'une stabilisation des revenus et d'une légère hausse des charges de personnel.

D'autres informations