UBS News Alert


UBS annonce un bénéfice net de 903 millions de francs au troisième trimestre

| Quarterly Results

UBS a dégagé un bénéfice net après impôts de 903 millions de CHF au troisième trimestre 2001. Avant amortissements du goodwill, le bénéfice s'est inscrit à 1227 millions de CHF, en recul de 29% sur le trimestre précédent et de 44% par rapport au troisième trimestre 2000. Les activités avec la clientèle sont demeurées soutenues, générant un afflux net de fonds de 34,9 milliards de CHF durant le trimestre et de 80,3 milliards depuis le début de l'année, ce qui souligne la valeur que les investisseurs accordent à un conseil de qualité.

Zurich/Bâle, 13 novembre 2001 - UBS a dégagé un bénéfice net après impôts de 903 millions de CHF au troisième trimestre (en baisse de 35% par rapport au deuxième trimestre et de 56% par rapport au troisième trimestre 2000). Avant amortissements du goodwill, le bénéfice s'est inscrit à 1227 millions de CHF, en recul de 29% sur le trimestre précédent et de 44% par rapport à la même période de l'an dernier. Les conditions se sont faites plus âpres au fil de la détérioration mondiale des économies et des marchés de titres. En outre, au cours de la même période de l'an dernier, UBS avait profité de la dissolution de correctifs de valeur pour risques de crédit substantiels, ce qui est peu susceptible de se reproduire. Les transactions sur actions, si fructueuses en 2000, ont été particulièrement peu fournies.

Selon Arnold Luqman, président du Directoire du Groupe, «En dépit de cet environnement général difficile, nos activités avec la clientèle sont demeurées soutenues et le renforcement de notre part de marché signifie que nous sommes bien positionnés dans la perspective d'une amélioration de la situation conjoncturelle».

Au cours du trimestre, l'afflux net d'argent frais à l'échelon du Groupe s'est élevé à 34,9 milliards de CHF. Toutes nos activités ont enregistré des flux positifs, ce qui porte ainsi le total à
80,3 milliards de CHF depuis le début de l'année. Les afflux de fonds des unités Private Banking (UBS Suisse) et Private Clients (UBS PaineWebber) ont atteint 18 milliards de CHF ce trimestre. A la fin du troisième trimestre, le total des actifs sous gestion se montait à 2280 milliards de CHF, en recul de 11% sur le deuxième trimestre, en raison des replis marqués des marchés mondiaux et du raffermissement de 10% du CHF face à l'USD.

Quant aux charges, en baisse de 8% sur le deuxième trimestre, elles se situaient à leur plus bas niveau de l'année, grâce à l'accent clairement mis sur la maîtrise des charges et aux primes de résultat moins élevées. D'un trimestre à l'autre, la réduction des dépenses d'informatique a induit une diminution de 6% du poste Autres charges d'exploitation.

Les revenus dans toutes les activités clés ont bien résisté, la diversification des affaires et le gros des commissions tirées des actifs se révélant un atout inestimable pour la stabilité de nos résultats. Au troisième trimestre, le produit d'exploitation n'a augmenté que de 2%, à 8704 millions de CHF d'une année à l'autre, malgré la prise en compte des revenus de UBS PaineWebber. Ce résultat reflète la baisse des revenus de transactions ainsi que l'environnement peu propice aux opérations sur actions.

Impact des attentats terroristes aux Etats-Unis
UBS a été profondément attristée par les attentats terroristes perpétrés le 11 septembre dernier aux Etats-Unis et par l'ampleur de la tragédie humaine qu'ils ont entraînée.

Pour Arnold Luqman, «Les questions d'affaires semblent bien secondaires dans le contexte des récents événements et nous honorons la mémoire de nos employés qui ont perdu la vie lors de ce drame», avant d'ajouter: «En tant qu'entreprise, UBS a eu la chance de ne pas subir de dommages matériels directs et a pu ainsi offrir son soutien, ses équipements et ses installations à d'autres dans le besoin».

La fermeture des marchés boursiers américains pendant quatre jours a provoqué quelques pertes de revenus sur transactions, notamment pour UBS PaineWebber. Néanmoins, les risques à court terme ont été bien maîtrisés. En tant qu'établissement bancaire figurant parmi les plus fortement capitalisés et les plus liquides du monde, UBS a été en mesure d'avancer sélectivement des liquidités à sa clientèle et à des établissements financiers importants.

Performance par rapport aux objectifs financiers du Groupe:
Avant amortissement du goodwill:

  • A raison de 15,1%, le rendement annualisé des fonds propres pour les trois premiers trimestres de 2001 se situe dans la fourchette fixée de 15 à 20%.

  • Le bénéfice par action a diminué de 47%, à 0,97 CHF, sur le troisième trimestre 2000, et de 29% par rapport au deuxième trimestre 2001. Depuis le début de l'année et après ajustement des facteurs financiers exceptionnels, le BPA reste supérieur à celui de la période comparable de 1999.

  • Le ratio charges/produit s'est accru à 79,9% au troisième trimestre 2001 (68% au troisième trimestre 2000). Cet accroissement est essentiellement dû à l'effet sur le Groupe du ratio charges/produit relativement élevé, typique des activités de UBS PaineWebber.


Perspectives

L'incidence de l'environnement géopolitique plus instable sur la confiance des consommateurs et des investisseurs ainsi que sur la performance des principales économies du monde a accru la volatilité et l'incertitude sur les marchés financiers mondiaux. A court terme, la détérioration de la situation économique et l'effet que cela a sur le marché continueront d'influer sur les résultats d'UBS.

Le fait de ne pas privilégier une croissance en termes de bilan a profité aux activités de crédit d'UBS et l'on ne prévoit pas de gonflement sensible des correctifs de valeur pour risques de crédit cette année. Le quatrième trimestre est habituellement le plus calme de tous dans bon nombre des activités d'UBS, phénomène qui pourrait s'amplifier cette année.

Malgré la détérioration des conditions de négoce, le Groupe a pu accroître en 2001 la part de marché de ses activités de base. Tout en accordant une attention particulière à la gestion des coûts, UBS a poursuivi ses investissements ciblés dans le financement d'entreprise et les activités domestiques de private banking en Europe, posant ainsi les fondements de la croissance future. Aussi, dans le futur immédiat, s'attachera-t-elle davantage à réviser les primes de résultat, compte tenu de l'environnement difficile, plutôt qu'à procéder à des coupes claires dans les effectifs.
Selon Arnold Luqman, «les perspectives toujours incertaines nous incitent à rester prudents et disciplinés. Parallèlement, nous saisissons cependant toute occasion qui se présente afin de nous assurer une position forte et encore meilleure à la fin de la période baissière des marchés».

Cautionary statement regarding forward-looking statements


This communication contains statements that constitute „forward-looking statements", including, without limitation, statements relating to the implementation of strategic initiatives, including the implementation of the new European wealth management strategy, expansion of our corporate finance presence in the US and worldwide, and other statements relating to our future business development and economic performance.


While these forward-looking statements represent our judgments and future expectations concerning the development of our business, a number of risks, uncertainties and other important factors could cause actual developments and results to differ materially from our expectations.


These factors include, but are not limited to, (1) general market, macro-economic, governmental and regulatory trends, (2) movements in local and international securities markets, currency exchange rates and interest rates, (3) competitive pressures, (4) technological developments, (5) changes in the financial position or credit-worthiness of our customers, obligors and counterparties, (6) legislative developments, (7) the impact of the terrorist attacks on the World Trade Center and other sites in the United States on 11 September 2001 and subsequent related developments and (8) other key factors that we have indicated could adversely affect our business and financial performance which are contained in our past and future filings and reports, including those with the SEC.


More detailed information about those factors is set forth in documents furnished by UBS and filings made by UBS with the SEC, including UBS's Annual Report on Form 20-F for the year ended 31 December 2000. UBS is not under any obligation to (and expressly disclaims any such obligations to) update or alter its forward-looking statements whether as a result of new information, future events, or otherwise.

UBS Suisse

L'unité Clientèle privée et Entreprises a encore enregistré un très bon résultat avec un bénéfice avant impôts de 538 millions de CHF, en hausse de 2% sur le trimestre précédent et de 16% sur le troisième trimestre de l'an dernier. Le produit d'exploitation a diminué de 6% sur un trimestre, du fait du fléchissement des volumes de transactions. Totalisant 1073 millions de CHF, les coûts sont maintenant à leur plus bas niveau depuis la fusion de l'Union de Banques Suisses et de la Société de Banque Suisse. L'afflux net de fonds de 4,6 milliards de CHF est dû essentiellement à de nouveaux mandats de gestion de portefeuille d'entreprises déjà clientes. UBS n'est pas encore confrontée à une détérioration générale de la qualité des crédits en Suisse.

Le bénéfice avant impôts de l'unité d'affaires Private Banking s'est élevé à 603 millions de CHF au troisième trimestre, en recul de 17% sur le deuxième trimestre du fait de moindres volumes de transactions et d'investissements en augmentation dans le cadre de notre initiative de gestion de fortune européenne, qui continue de bien progresser. Au troisième trimestre, 65 nouveaux conseillers à la clientèle ont rejoint l'unité, ce qui porte à 157 l'effectif engagé cette année, et 60 autres ont été embauchés. La collecte d'actifs dans nos cinq pays visés par l'initiative de gestion de fortune européenne s'est aussi accélérée, passant de 1,1 milliard de CHF au deuxième trimestre à 2 milliards de CHF. D'un montant de 6,6 milliards de CHF, l'afflux net d'argent frais dans le Private Banking a été encore une fois dynamique et porte le total des apports cette année à 19 milliards de CHF. Les revenus tirés des actifs ont bien résisté, en recul de 1% à peine d'un trimestre à l'autre.

Downloads

Key Messages video (anglais)

Webcast video (anglais)

Résultats des Groupes d’affaires

UBS Asset Management

UBS Asset Management a poursuivi sur sa lancée du premier semestre, avec un afflux de fonds de 12,3 milliards de CHF, ce qui porte le total à 25,7 milliards de CHF cette année. L'afflux d'argent frais dans les fonds de placement a atteint 10,4 milliards de CHF. La forte performance de GAM et des fonds de placement suisses a complété le flux appréciable d'investissements dans les mandats Revenu fixe sur le continent américain. L'afflux net de fonds institutionnels s'est élevé à 1,9 milliard de CHF ce trimestre. Le bénéfice avant impôts de UBS Asset Management a légèrement reculé à 55 millions de CHF au troisième trimestre 2001, contre 57 millions de CHF au deuxième, le repli des marchés ayant entraîné une baisse des commissions de performance et de celles tirées des actifs, ce qui a contrebalancé le revenu record des fonds de placement.

UBS Warburg

L'unité Corporate and Institutional Clients de UBS Warburg a enregistré un bénéfice avant impôts de 878 millions de CHF, en recul de 27% sur douze mois en raison de la situation difficile sur les marchés d'actions et de l'activité très réduite sur les marché des capitaux et dans le financement d'entreprises. Le compartiment revenu fixe a dégagé des revenus encourageants et le secteur des changes a connu un trimestre réjouissant. Les revenus tirés des commissions sont demeurés stables. UBS Warburg a sensiblement accru sa part de marché dans le financement d'entreprises, ce qui l'a propulsé de la 6e place en Europe il y a un an à la 1re place jusqu'à présent, et aux Etats-Unis de la 15e à la 9e place cette année.

UBS Warburg a maintenu une stricte gestion des coûts, avec une baisse des primes de résultat qui se traduira par une contraction des charges de personnel de 8%, à 2021 millions de CHF, sur douze mois. Et ce en dépit d'un gonflement des effectifs de 18% à la suite, notamment, de la reprise de PaineWebber et de la poursuite des investissements stratégiques dans le Corporate finance. Le programme de gestion des coûts a réduit les autres charges d'exploitation de 55 millions de CHF durant la période sous revue grâce aux économies réalisées au niveau des frais de procédure et de consultation ainsi que de la publicité et des frais d'équipement informatique.

UBS Warburg a mené une politique de recrutement prudente ces dernières années, si bien qu'il n'y a pas de surcapacités notables. Les besoins en personnel sont régulièrement réexaminés en fonction des revenus potentiels, mais pour le moment aucune réduction générale des effectifs n'est à prévoir.

L'unité UBS Capital a enregistré une perte avant impôts de 112 millions de CHF ce trimestre (contre une perte de 351 millions de CHF au deuxième trimestre). Après avoir réétudié la stratégie, UBS décidé de faire fonction de gestionnaire de fortune dans le secteur capital-investissement et limitera ses investissements directs. En l'absence d'améliorations sensibles de la liquidité et des bénéfices des sociétés, il faudra s'attendre à une poursuite des pertes nettes au quatrième trimestre et en 2002.

Au cours du trimestre, l'unité Private clients (UBS PaineWebber) s'est ressentie du ralentissement estival habituel et des conséquences de la clôture des marchés américains pendant quatre jours à la suite des attentats terroristes. Néanmoins, les revenus sont restés relativement stables, en baisse de 7% d'un trimestre à l'autre sur une base USD. Le bénéfice avant impôts a reculé de 92% sur le trimestre précédent, à 8 millions de CHF. En dépit de l'environnement très difficile aux Etats-Unis, notamment en septembre, l'unité Private Clients a enregistré un afflux d'argent frais de 11,4 milliards de CHF, en hausse de 31% d'un trimestre à l'autre, démontrant ainsi combien les investisseurs apprécient le conseil de qualité.

Zurich/Bâle, 13 novembre 2001
UBS SA