UBS News Alert


Résultat d'UBS pour le deuxième trimestre 2001: bénéfice net après impôts de 1385 millions de francs

| Quarterly Results

UBS a dégagé un bénéfice net après impôts de 1385 millions de CHF au deuxième trimestre. Avant amortissements du goodwill et corrigé des facteurs financiers exceptionnels* , cela représente une baisse de 9% par rapport au premier trimestre et de 26% sur le deuxième trimestre 2000. Dans les activités de base, le Groupe a enregistré des revenus stables et a renforcé sa compétitivité, en dépit de conditions de marché difficiles. L'afflux net de fonds a totalisé 24 milliards de CHF ce trimestre (45 milliards de CHF pour le premier semestre) avec un apport positif dans toutes les unités d'affaires.

UBS a dégagé un bénéfice net après impôts de 1385 millions de CHF au deuxième trimestre. Par rapport au trimestre précédent, cela constitue un recul de 9% avant amortissements du goodwill (survaleur) et de 12% après amortissements du goodwill. Grâce à la solide base de clientèle et à la bonne diversification des affaires, les revenus sont demeurés stables et n'ont fléchi que de 2%, à 9881 millions de CHF, durant le trimestre sous revue.

Corrigé des facteurs financiers exceptionnels1 et avant amortissements du goodwill, le bénéfice net a diminué de 26% (33% après goodwill et sans prise en compte des facteurs exceptionnels) par rapport aux résultats vigoureux du deuxième trimestre 2000. Près de la moitié du recul enregistré sur une base corrigée est imputable aux résultats de UBS Capital, l'unité de Private Equity, qui a essuyé une perte de 351 millions de CHF durant le trimestre sous revue.

Les conditions générales différent radicalement de l'environnement favorable du marché prévalant au deuxième trimestre 2000: les résultats de la période sous revue reflètent la faiblesse de la conjoncture dans les principales économies et la nervosité des marchés des actions.

La bonne rentabilité des activités d'émission, de gestion de portefeuilles et de fonds de placement a permis de générer un produit record des prestations de service et des commissions de 5375 millions de CHF, représentant 54% des revenus du Groupe. Quant aux charges, elles ne se sont alourdies que de 2% sur le premier trimestre 2001. La maîtrise systématique des coûts continue d'assurer la marge de manœuvre nécessaire à des investissements ciblés dans des initiatives stratégiques.

Selon Arnold Luqman, président du Directoire du Groupe, «L'environnement est rude, mais nos activités de base restent solides. Au deuxième trimestre, nous avons accru notre part de marché dans les principaux domaines et enregistré parallèlement une progression importante des actifs de la clientèle dans la gestion de fortune.»

L'afflux net de fonds à l'échelon du Groupe s'est élevé à 24 milliards de CHF ce trimestre et à 45 milliards de CHF pour le premier semestre. Au 30 juin, les actifs investis totalisaient 2559 milliards de CHF. Les unités Private Banking (UBS Suisse) et Private Clients (UBS Warburg) ont enregistré un afflux global d'argent frais de 17 milliards de CHF, contre 11 milliards de CHF au trimestre précédent. Dans la gestion de fortune institutionnelle, l'amélioration de la performance de placement a porté ses fruits: pour la première fois depuis 1998, UBS Asset Management a bénéficié d'un afflux net de fonds (5 milliards de CHF) dans ce segment.

Performance par rapport aux objectifs financiers du Groupe:
Avant amortissements du goodwill et corrigé des facteurs financiers exceptionnels:

  • A raison de 16,8%, le rendement annualisé des fonds propres pour le premier semestre 2001 se situe dans la fourchette fixée de 15 à 20%. Le recul par rapport à la période comparable de l'an dernier est imputable aux revenus exceptionnellement élevés du premier semestre 2000 et à l'augmentation de capital liée à la reprise de PaineWebber.

  • Le bénéfice par action a diminué de 31%, à 1.37 CHF, sur le deuxième trimestre 2000. Par rapport au premier trimestre, le recul atteint 9% et reflète la performance stable des unités d'affaires, malgré des conditions de marché difficiles.

  • Le ratio charges/produit s'est accru à 77,2% (69,2% au deuxième trimestre 2000). L'augmentation sur l'an dernier est attribuable à l'inclusion de UBS PaineWebber. Sans ce facteur, les charges auraient diminué en raison de la gestion constante des coûts.

Perspectives
Les conditions futures du marché restent difficiles à évaluer et une amélioration à court terme de l'environnement opérationnel est peu probable. Compte tenu des influences saisonnières, qui entraînent habituellement un tassement des activités durant les mois d'été, UBS s'attend de nouveau à une période difficile. Néanmoins, la compétitivité accrue des unités d'affaires est des plus prometteuse. Selon Arnold Luqman , «nous demeurons prudents vu les perspectives incertaines, mais nous saisirons cependant toute occasion afin de garantir que nos unités d'affaires bénéficieront d'un positionnement renforcé à la fin de la période baissière.»

* Facteurs financiers exceptionnels:

Il n'y a pas eu de facteurs financiers exceptionnels au premier et au deuxième trimestre 2001.

Facteurs financiers exceptionnels au deuxième trimestre 2000:

Les provisions constituées précédemment par UBS pour le règlement global des actions collectives intentées aux Etats-Unis ont été augmentées de 200 millions de CHF. Ce montant a été comptabilisé au poste Autres charges d'exploitation du Corporate Center.


(pour la définition intégrale des facteurs financiers exceptionnels, voir UBS Financial Report 2000).

Résultats des Groupes d’affaires

UBS Suisse

L'unité Clientèle privée et Entreprises a encore enregistré un solide résultat trimestriel, malgré de moindres volumes de transactions. Le bénéfice avant impôts de 526 millions de CHF est demeuré inchangé par rapport au deuxième trimestre 2000 (recul de 3% sur le premier trimestre 2001). Suite à l'amélioration de la qualité du portefeuille de crédits, le produit d'exploitation a atteint un niveau historique, en hausse de 3%. L'afflux net de fonds s'est élevé à 0,8 milliard de CHF et est essentiellement imputable à l'acquisition de nouveaux clients. Le bénéfice avant impôts de l'unité Private Banking est revenu à 729 millions de CHF (en recul de 7% par rapport au premier trimestre 2001) en raison du tassement des activités de négoce. Les produits n'ont que légèrement diminué de 2%, du fait de l'augmentation des commissions tirées des actifs, dont la part a représenté 72% du produit total. Grâce à une maîtrise des coûts, les charges d'exploitation n'ont augmenté que de 2% à 877 millions de CHF sur le trimestre précédent et ont reculé de 3% sur le deuxième trimestre 2000. L'afflux net de fonds s'est établi à 8,5 milliards de CHF, contre 3,9 milliards de CHF au premier trimestre 2001. Cet afflux combiné au raffermissement du dollar face au franc suisse a contribué à l'augmentation des actifs investis à 718 milliards de CHF (+4% par rapport au premier trimestre 2001).

UBS Asset Management

Le bénéfice avant impôts de UBS Asset Management s'est inscrit à 57 millions de CHF, contre 52 millions de CHF au premier trimestre 2001. Cette évolution reflète la croissance des actifs gérés ainsi que la hausse des prix des fonds de placement. Durant le trimestre sous revue, les actifs institutionnels gérés se sont accrus de 305 milliards à 318 milliards de CHF. L'afflux net de fonds a atteint 5 milliards de CHF, ce qui souligne l'amélioration durable de la performance des placements. Le gros de ce flux est allé s'investir dans des mandats Actions et Allocation d'actifs en Europe, ainsi que dans des mandats Revenu fixe sur le continent américain. Les actifs investis dans les fonds de placement sont passé de 332 milliards à 348 milliards de CHF au deuxième trimestre, avec un afflux d'argent frais de 1 milliard de CHF. Cet afflux a été particulièrement soutenu pour les fonds de placement en actions européens et GAM.

UBS Warburg

L'unité d'affaires Corporate and Institutional Clients a enregistré un bénéfice avant impôts de 1137 millions de CHF, en recul de 20% sur le deuxième trimestre 2000 et de 14% par rapport au premier trimestre 2001. Le produit d'exploitation a diminué de 5% d'un trimestre à l'autre. Dans le segment opérations d'intérêts et de change, le produit s'est accru de 50% à 1906 millions de CHF sur la période comparable de l'exercice précédent. Malgré des commissions stables, le produit du négoce d'actions a été nettement plus influencé par les conditions difficiles du marché et a diminué de 43% à 1612 millions de CHF par rapport au deuxième trimestre 2000. Dans le Corporate Finance (conseil et financement d'entreprises), les revenus ont progressé de 9% sur le deuxième trimestre 2000 et la part de marché est passée de 3,5% (fin 2000) à 4,7%. UBS Warburg s'est hissé à la première place tant dans les opérations de fusions et acquisitions annoncées en Europe que pour les émissions d'actions internationales (l'an dernier à pareille époque le Groupe d'affaires occupait le onzième rang).

UBS Capital a essuyé une perte avant impôts de 351 millions de CHF, contre 282 millions de CHF au premier trimestre 2001. La dégradation des conditions du marché a entraîné l'ajournement de désinvestissements prévus ou s'est soldée par des revenus moindres tirés des cessions d'actifs. En outre, la dépréciation de participations dans divers secteurs a contraint à procéder à des correctifs de valeur dans le portefeuille de UBS Capital

L'environnement du Private Equity reste tendu et n'offre que peu d'opportunités pour la vente de participations. UBS Capital ne s'attend pas à d'autres pertes substantielles durant le reste de l'exercice, même si le résultat de l'unité demeure tributaire comme auparavant du moment des désinvestissements, des ajustements d'évaluation des fonds de tiers dans lesquels UBS Capital détient une participation, ainsi que de l'environnement général d'évaluation pour les placements de Private Equity.

L'unité Private Clients, axée sur la clientèle de UBS PaineWebber, a enregistré durant le trimestre sous revue un afflux net de fonds de 8,7 milliards de CHF, soit une hausse de 28% par rapport au premier trimestre 2001. Le produit d'exploitation n'a reculé que de 1% d'un trimestre à l'autre pour s'inscrire à 1837 millions de CHF. Compte tenu de la situation incertaine du marché, cette performance relativement bonne reflète la solidité et la stabilité des revenus tirés des actifs gérés sur base de commissions et la confiance constante des clients dans l'activité de conseil de UBS PaineWebber.

Cautionary statement regarding forward-looking statements


This communication contains statements that constitute "forward-looking statements", including, without limitation, statements relating to the implementation of strategic initiatives, including the implementation of the new European wealth management strategy, expansion of our corporate finance presence in the US and worldwide, and other statements relating to our future business development and economic performance, including the expected results of UBS Capital through the balance of 2001.

While these forward-looking statements represent our judgments and future expectations concerning the development of our business, a number of risks, uncertainties and other important factors could cause actual developments and results to differ materially from our expectations.

These factors include, but are not limited to, (1) general market, macro-economic, governmental and regulatory trends, (2) movements in local and international securities markets, currency exchange rates and interest rates, (3) competitive pressures, (4) technological developments, (5) changes in the financial position or credit-worthiness of our customers, obligors and counterparties, (6) legislative developments and (7) other key factors that we have indicated could adversely affect our business and financial performance which are contained in our past and future filings and reports, including those with the SEC.

More detailed information about those factors is set forth in documents furnished by UBS and filings made by UBS with the SEC, including UBS's Annual Report on Form 20-F for the year ended 31 December 2000. UBS is not under any obligation to (and expressly disclaims any such obligations to) update or alter its forward-looking statements whether as a result of new information, future events, or otherwise.

Zurich/Bâle, 14 août 2001
UBS SA

Key Messages video (anglais)

Webcast video (anglais)