Nouvelles UBS


Au troisième trimestre, le bénéfice avant impôts d’UBS s’est élevé à 1 milliard de CHF ; les afflux nets d’argent frais provenant des activités de gestion de fortune ont totalisé 7,8 milliards de CHF ; le ratio BRI de catégorie 1 a atteint 18,4%

Zurich/Bâle | | Quarterly Results

 

UBS a réalisé un bénéfice avant impôts de 1 milliard de CHF malgré une perte sur revenus de négoce de 1,8 milliard de CHF imputable aux opérations de négoce non autorisées qui avaient été révélées en septembre et à la forte volatilité des marchés financiers mondiaux. Nos activités de gestion de fortune ont enregistré des afflux nets d’argent frais combinés sensiblement conformes à ceux du trimestre précédent. L’amélioration de notre ratio BRI de catégorie 1 à 18,4% et l’augmentation de nos fonds BRI de catégorie 1 à 38,1 milliards de CHF confortent notre position de banque figurant parmi les mieux capitalisées au monde.

  • Le bénéfice avant impôts s’est élevé à 980 millions de CHF, après prise en compte d’une perte de 1849 millions de CHF imputable aux opérations de négoce non autorisées et un gain sur propre crédit de 1765 millions de CHF
  • Le bénéfice net attribuable aux actionnaires d’UBS a progressé à 1018 millions de CHF ; le résultat dilué par action s’est établi à 0.27 CHF
  • Le programme de réduction des coûts de 2 milliards de CHF est en bonne voie, avec notamment la comptabilisation de 387 millions de CHF de charges de restructuration au troisième trimestre et une baisse des coûts d’exploitation de 2%
  • La performance du troisième trimestre reflète les éléments suivants:
    • La volatilité des marchés s’est considérablement accrue en raison de l’exacerbation des craintes liées à la dette de la zone euro et de la détérioration des données économiques
    • La forte chute des indices boursiers mondiaux a entraîné une réduction des actifs investis pour le Groupe
    • La volatilité marquée des taux de change a eu un effet globalement négatif sur la rentabilité, notamment l’appréciation sensible du franc suisse contre les principales monnaies, bien que le franc suisse se soit affaibli par rapport à l'euro après l'annonce par la Banque Nationale Suisse en septembre qu'elle ne tolérait plus un taux de change inférieur à CHF 1,20 par rapport à l'euro
  • Les revenus du Groupe se sont établis à 6,4 milliards de CHF contre 7,2 milliards de CHF, après prise en compte de la perte sur revenus de négoce de 1,8 milliard de CHF imputable aux opérations de négoce non autorisées et d'un gain sur propre crédit de 1,8 milliard de CHF, la baisse des revenus reflétant les conditions de marché difficiles décrites ci-dessus
  • Le ratio BRI de catégorie 1 s’est amélioré à 18,4% et les fonds de catégorie 1 ont augmenté à 38,1 milliards de CHF, confirmant le maintien de notre solide assise financière
  • Les dépôts de clients restent notre principale source de financement et ils ont augmenté de 15 milliards de CHF pour s'établir à 370 milliards de CHF
  • Nous avons encore réduit notre exposition au risque résiduel, y compris notre exposition aux "auction rate securities"
  • Wealth Management a enregistré un bénéfice avant impôts de 888 millions de CHF, soit une hausse de 32%, la marge brute sur les actifs investis reste stable à 97 points de base, en excluant les gains de la vente sur les investissements de trésorerie ; les afflux nets d’argent frais sont ressortis à 3,8 milliards de CHF
  • Retail & Corporate a réalisé un bénéfice avant impôts de 683 millions de CHF, soit une progression de 62%, en raison notamment de plus-values provenant de la vente d’ investissements de trésorerie
  • Wealth Management Americas a enregistré un bénéfice avant impôts de 139 millions de CHF, sensiblement conforme à celui du trimestre précédent malgré la volatilité des marchés, et des charges de restructuration de 13 millions de CHF ; les afflux nets d’argent frais sont en hausse de 1,4 milliards de CHF à 4,0 milliards de CHF
  • Global Asset Management a réalisé un bénéfice avant impôts de 79 millions de CHF ; 1,5 milliard de CHF d'afflux d'argent frais provenant de tiers, flux des marchés monétaires exclus
  • Investment Bank a essuyé une perte avant impôts de 650 millions de CHF, reflétant les conditions de marché et la perte sur revenus de négoce de 1,8 milliard de CHF imputable aux opérations de négoce non autorisées

Zurich/Bâle, 25 octobre 2011 – Commentant les résultats d’UBS au troisième trimestre 2011, Sergio Ermotti, CEO du Groupe, a déclaré : "Nous avons continué de placer nos clients au centre de nos préoccupations et nous sommes attachés à fournir des conseils et des services de tout premier ordre dans un contexte de négoce volatil, ce qui a permis à la majorité de nos activités de réaliser des profits. Les clients et les actionnaires d’UBS peuvent être certains que notre assise financière, notre base de capital et notre structure de financement demeurent indéniablement saines. Nous sommes en train de finaliser le plan essentiel à la mise en œuvre de la stratégie d’Investment Bank axée sur la clientèle, qui étoffera notre gamme de produits et services dans le domaine de la gestion de fortune, réduira les risques de notre banque et accroîtra les résultats que nous dégageons pour nos actionnaires. Nous sommes bien positionnés dans les secteurs de croissance future et nos placements ciblés, conjugués à l’accent que nous mettons sur l’efficacité, renforceront notre établissement. Je suis très confiant quant à l’avenir de notre activité."

Résultat net attribuable aux actionnaires d’UBS de 1018 millions de CHF au troisième trimestre

Le résultat net attribuable aux actionnaires d’UBS s’élève à 1018 millions de CHF contre 1015 millions de CHF au deuxième trimestre 2011. Le bénéfice avant impôts s’est établi à 980 millions de CHF, en baisse de 674 millions de CHF. Ce repli tient principalement à la perte sur revenus de négoce de 1849 millions de CHF imputable aux opérations de négoce non autorisées, à la baisse des revenus dans l’Investment Bank et aux charges totales de restructuration de 387 millions de CHF. Il a été partiellement compensé par un gain sur propre crédit de 1765 millions de CHF et un gain de 722 millions de CHF sur la vente d'investissement de trésorerie. Nous avons enregistré un crédit d’impôt net de 40 millions de CHF, contre des frais nets d'impôts de 377 millions de CHF le trimestre précédent. Le résultat net attribuable aux intérêts minoritaires a diminué à 2 millions de CHF de 263 millions de CHF.

Wealth Management a enregistré un bénéfice avant impôts de 888 millions de CHF contre 672 millions de CHF au trimestre précédent. Ce trimestre incluait un gain de 433 millions de CHF sur la vente d'investissements de trésorerie ainsi que des charges de restructuration de 85 millions de CHF associées à notre programme de réduction des coûts. La baisse saisonnière de l’activité avec la clientèle et les conditions de marché défavorables ont en revanche eu un impact sur le revenu. La marge brute pour le trimestre s’est établie à 120 points de base. Corrigée de la vente des placements susmentionnés, la marge brute est restée solide à 97 points de base, reflétant une baisse de 6% des revenus contre un fléchissement de 5% de la moyenne des actifs investis. Les afflux nets d’argent frais se sont élevés à 3,8 milliards de CHF contre 5,6 milliards de CHF le trimestre précédent. La gestion de fortune internationale a enregistré des afflux nets de fonds de 3,9 milliards de CHF, contre 5,5 milliards de CHF au trimestre précédent, imputables au maintien des entrées nettes de la région Asie-Pacifique et des marchés émergents, ainsi qu’à la clientèle très haut de gamme au niveau international. Nos activités onshore européennes ont enregistré des sorties nettes de fonds, reflétant des retraits d’environ 1,5 milliard de CHF liés au départ de conseillers à la clientèle qui avaient rejoint notre établissement dans le cadre d'une acquisition en Allemagne. Si l’on exclut ce facteur, nos activités onshore européennes ont enregistré des entrées nettes de capitaux. Notre activité transfrontalière européenne a enregistré des sorties nettes, principalement imputable aux activités transfrontalières avec les pays voisins de la Suisse. Les actifs investis se sont établis à 720 milliards de CHF au 30 septembre 2011, soit un recul de 28 milliards de CHF par rapport au 30 juin 2011. Cette baisse s’explique principalement par la forte chute des marchés boursiers mondiaux pendant le trimestre, qui a été partiellement compensée par l’effet de change finalement positif vers la fin du trimestre et les afflux nets d’argent frais. Les charges d’exploitation ont augmenté à 1290 millions de CHF après 1194 millions de CHF, essentiellement en raison de charges d’exploitation.

Retail & Corporate a enregistré un bénéfice avant impôts de 683 millions de CHF contre 421 millions de CHF au trimestre précédent. Ce trimestre incluait un gain de 289 millions de CHF sur la vente de placements de trésorerie ainsi que des charges de restructuration de 24 millions de CHF associées à notre programme de réduction des coûts. Le produit d’exploitation total est ressorti à 1218 millions de CHF, en hausse de 25% par rapport au trimestre précédent. En outre, les provisions pour perte de crédit collective ont augmenté de 73 millions de CHF, principalement en raison des risques accrus liés à la clientèle entreprises suisse qui a subi l’impact de la vigueur du franc suisse. Le produit net des opérations d’intérêts s’est élevé à 595 millions de CHF, en hausse de 3% par rapport au trimestre précédent suite à l’augmentation des revenus provenant des placements de trésorerie. A 291 millions de CHF, le résultat des prestations de service et des commissions a reculé de 3% par rapport au deuxième trimestre, principalement en raison de la forte diminution de la base d’actifs au début du trimestre, conséquence de la chute des marchés des actions. Le résultat net des activités de négoce s’est établi à 28 millions de CHF, soit une progression de 36% qui s’explique essentiellement par un gain réalisé sur des swaps de défaillance de crédit ainsi que par une hausse du produit des opérations de change lié aux activités de négoce des clients. Les charges d’exploitation ont baissé à 535 millions de CHF, contre 552 millions de CHF.

Le bénéfice avant impôts de Wealth Management Americas a baissé de 1% à 139 millions de CHF, contre 140 millions de CHF. Exprimé en dollars américains, le bénéfice avant impôts a légèrement augmenté car la hausse du produit d'exploitation a été presque entièrement compensée par l'augmentation des charges d'exploitation. Le produit d’exploitation a augmenté de 1% à 1294 millions de CHF, contre 1284 millions de CHF, suite à la hausse du résultat net des opérations d’intérêts et de négoce ainsi qu’à une augmentation des gains réalisés sur la cession de titres disponibles à la vente. Ces effets ont été partiellement compensés par un fléchissement des revenus tirés des transactions imputable à la baisse des niveaux d'activité de la clientèle. Au troisième trimestre, les afflux nets d’argent frais se sont élevés à 4,0 milliards de CHF contre 2,6 milliards de CHF au deuxième trimestre. Les conseillers financiers employés par UBS depuis plus d’une année et le recrutement net de conseillers financiers ont contribué à l’amélioration des afflux nets d’argent frais. La marge brute sur les actifs investis exprimés en francs suisses a augmenté de 4 points de base à 80 points de base, suite à la hausse de 1% des revenus, contre un fléchissement de 4% de la moyenne des actifs investis. Les charges d’exploitation totales ont progressé de 1%, passant de 1144 millions de CHF à 1154 millions de CHF. Le troisième trimestre incluait des charges de restructuration de 13 millions de CHF.

Le bénéfice avant impôts de Global Asset Management s’est monté à 79 millions de CHF contre 108 millions de CHF au trimestre précédent, et a inclus des charges de restructuration de 12 millions de CHF dans le cadre de notre programme de réduction des coûts. Le produit d’exploitation total s’est élevé à 399 millions de CHF, contre 444 millions de CHF auparavant. Les commissions de gestion nettes se sont repliées en raison de la diminution de la moyenne des évaluations boursières et de la fermeté du franc suisse pendant l’essentiel du trimestre ainsi que du recul des commissions de transactions dans l’immobilier mondial. Les commissions de performance se sont contractées dans les placements alternatifs et quantitatifs du fait des conditions de négoce difficiles pendant le trimestre sous revue. Les placements traditionnels ont également enregistré une baisse des commissions de performance. Si l’on exclut les flux en rapport avec les placements monétaires, les afflux nets de capitaux de parties tierces se sont chiffrés à 1,5 milliard de CHF, contre des entrées nettes de fonds de 5,7 milliards de CHF au deuxième trimestre. Des afflux nets ont été observés dans la zone Asie-Pacifique, en Suisse et en Europe, au Moyen Orient et en Afrique, tandis que le continent américain a connu des sorties nettes de fonds. Si l’on exclut les flux en rapport avec les placements monétaires, les sorties nettes de fonds de clients des activités de gestion de fortune d’UBS ont atteint 2,8 milliards de CHF, contre des reflux nets de 2,2 milliards de CHF. La majorité de ces sorties nettes de fonds ont été observées dans le Booking Center Suisse car les investisseurs sont restés prudents au vu de la volatilité des marchés et ont eu tendance à privilégier les liquidités. La marge brute totale a été de 30 points de base, contre 32 points de base le trimestre précédent, en raison principalement de la baisse du produit des commissions de performance et de transactions. Les charges d’exploitation totales ont atteint 321 millions de CHF, contre 337 millions de CHF auparavant.

Investment Bank a enregistré une perte avant impôts de 650 millions de CHF, contre une perte de 406 millions de CHF au troisième trimestre 2010. La perte avant impôts, hors gain sur propre crédit de 1765 millions de CHF et une perte sur revenus de négoce liée aux opérations de négoce non autorisées de 1849 millions de CHF, s’est élevée à 566 millions de CHF, contre une perte, hors gain sur propre crédit, de 19 millions de CHF au troisième trimestre 2010. Cela s’explique par la contraction des revenus dans tous les segments d’activité dans des conditions de marché difficiles marquées par un raffermissement du franc suisse. Dans la banque d’affaires, les revenus ont totalisé 215 millions de CHF, contre 422 millions de CHF. Les revenus combinés tirés des activités de conseil et des marchés de capitaux ont reculé de 14% à 503 millions de CHF, contre 583 millions de CHF. Les revenus tirés des titres ont baissé de 27% pour s’inscrire à 1303 millions de CHF, contre 1773 millions de CHF. Les revenus de l'activité Equities ont diminué de 30% pour s’établir à 630 millions de CHF, contre 904 millions de CHF. Les revenus de FICC ont reculé de 23% pour s’inscrire à 673 millions de CHF, contre 869 millions de CHF. L’excellent résultat du segment Macro, dû à la forte volatilité des marchés et aux flux de clientèle positifs dans les changes, a été plus que neutralisé par les retombées du manque de liquidité des marchés du crédit. Les charges d’exploitation totales ont diminué de 8% à 2078 millions de CHF, contre 2248 millions de CHF. Les charges d’exploitation au cours du trimestre sous revue ont compris des coûts de restructuration liés à notre programme de réduction des coûts pour un total 238 millions de CHF.

Le résultat avant impôts du Corporate Center a été une perte de 160 millions de CHF, contre une perte de 63 millions de CHF le trimestre précédent. Ce résultat est essentiellement imputable à une dépréciation de 209 millions de CHF de l’option d’achat d’UBS des actifs de SNB StabFund, en partie neutralisée par le gain issu de la vente immobilière en Suisse de 78 millions de CHF.

Ergebnis pro Berichtssegment

Position de fonds propres et bilan

Les fonds BRI de catégorie 1 se sont accrus de 0,7 milliard de CHF et les actifs pondérés en fonction du risque ont continué d’avoisiner les niveaux du 30 juin 2011, portant notre ratio BRI de catégorie 1 à 18,4% au 30 septembre 2011, contre 18,1% à la fin du trimestre précédent. Notre ratio BRI de base de catégorie 1 s’est élevé à 16,3%, contre 16,1% au 30 juin 2011. Au 30 septembre 2011, les actifs de notre bilan sont ressortis à 1447 milliards de CHF, soit 210 milliards de CHF de plus qu’au 30 juin 2011, en raison principalement des valeurs de remplacement positives induites par les mouvements de marché et les changes.

Actifs investis

Les actifs investis se sont chiffrés à 2025 milliards de CHF au 30 septembre 2011, contre 2069 milliards de CHF au 30 juin 2011. Cette baisse a été imputable en premier lieu à l’évolution négative des marchés, compensée en partie par le recul du franc suisse. Quant aux actifs investis, 850 milliards de CHF ont été imputables à Wealth Management & Swiss Bank (720 milliards de CHF attribuables à Wealth Management et 130 milliards de CHF à Retail & Corporate); 651 milliards de CHF reviennent à Wealth Management Americas et 524 milliards de CHF à Global Asset Management.

Perspectives

Les perspectives concernant la croissance économique mondiale continuent de dépendre dans une large mesure des solutions satisfaisantes qui seront apportées au problème de la dette souveraine dans la zone euro et des incertitudes qui affectent le secteur bancaire ainsi que des problèmes ayant trait à la croissance économique des Etats-Unis, à l’emploi et au déficit budgétaire fédéral américain. A défaut de telles évolutions, les conditions du marché et l’activité de négoce ont peu de chance de s’améliorer de manière notable, ce qui pourrait créer des obstacles pour la croissance des revenus et de la collecte d'actifs. Néanmoins, nous continuerons de tirer parti de notre portefeuille de clientèle hors pair et de nos avantages compétitifs dans la gestion de fortune en nous alignant plus étroitement sur une Investment Bank plus concentrée. La mise en œuvre de la stratégie de notre banque d’affaires axée sur la clientèle rendra les activités moins complexes, apportera une plus grande efficacité du capital et garantira aux actionnaires des rendements plus stables. Notre assise financière, notre position en matière de capital et de financement demeurent solides et nous pensons que les mesures que nous prenons actuellement renforceront encore notre établissement en apportant davantage de valeur à nos clients et à nos actionnaires. Nous avons toutes les raisons de rester confiants dans l’avenir.

Vous pouvez télécharger ce communiqué de presse à l’adresse www.ubs.com/media

D’autres informations sur les résultats trimestriels d’UBS sont disponibles sur le site
www.ubs.com/investors:
• Rapport financier du troisième trimestre 2011
• Présentation des résultats du troisième trimestre 2011
• Lettre aux actionnaires en français, allemand, italien et anglais

Webcast
La présentation des résultats financiers avec Sergio P. Ermotti, Group Chief Executive Officer, Tom Naratil, Group Chief Financial Officer, et Caroline Stewart, Global Head of Investor Relations, sera retransmise en direct le 25 octobre 2011 sur Internet à l’adresse www.ubs.com/media aux heures suivantes:
• 9h00 HAEC
• 8h00 GMT
• 3h00 US EST

La présentation sera diffusée en différé sur le même site Internet à partir de 14h00 HAEC, le 25 octobre 2011.

UBS SA

Contacts
Suisse: +41-44-234-85 00
Royaume-Uni: +44-207-567 47 14
Continent américain: +1-212-882 58 57
Asie Pacifique: +852-297-1 82 00

www.ubs.com

Cautionary Statement Regarding Forward-Looking Statements
This release contains statements that constitute “forward-looking statements,” including but not limited to management’s outlook for UBS’s financial performance and statements relating to the anticipated effect of transactions and strategic initiatives on UBS’s business and future development. While these forward-looking statements represent UBS’s judgments and expectations concerning the matters described, a number of risks, uncertainties and other important factors could cause actual developments and results to differ materially from UBS’s expectations. Additional information about those factors is set forth in documents furnished and filings made by UBS with the US Securities and Exchange Commission, including UBS’s financial report for the third quarter of 2011 and UBS’s Annual Report on Form 20-F for the year ended 31 December 2010. UBS is not under any obligation to (and expressly disclaims any obligation to) update or alter its forward-looking statements, whether as a result of new information, future events or otherwise.

Rounding
Numbers presented throughout this release may not add up precisely to the totals provided in the tables and text. Percentages and percent changes are calculated based on rounded figures displayed in the tables and text and may not precisely reflect the percentages and percent changes that would be derived based on figures that are not rounded.