Nouvelles UBS


UBS dégage un résultat de 2770 millions de CHF au troisième trimestre 2005

Zurich/Bâle | | Quarterly Results

• Résultat net revenant aux actionnaires d’UBS de 2770 millions de CHF au troisième trimestre. • Contribution des activités financières de 2642 millions de CHF au troisième trimestre, en hausse de 67% sur un an et de 50% avant goodwill. • Meilleure performance trimestrielle jamais enregistrée, grâce à une croissance bien équilibrée des revenus. • Rendement annualisé des fonds propres de 29%, bien au-delà de la fourchette fixée de 15 à 20%, BPA de 2.75 CHF au troisième trimestre. • Ratio charges/produit de 68,5%, en recul de 4,2 points de pourcentage (avant goodwill) • Afflux net d’argent frais exceptionnellement élevé au troisième trimestre, à raison de 51,2 milliards de CHF, dont un montant record de 31,1 milliards de CHF provenant de la gestion de fortune au niveau mondial.

UBS (y compris participations industrielles)

Pour le trimestre se terminant le

Variation en %

En millions de CHF, sauf indication contraire

30.9.05

30.6.05

30.9.04

2Q05

3Q04

Produit d'exploitation

13 495

11 881

10 771

14

25

Charges d'exploitation

9 890

8 908

8 542

11

16

Résultat net

2 915

2 293

1 738

27

68

Résultat net revenant aux intérêts minoritaires

145

146

120

(1)

21

Résultat net revenant aux actionnaires d'UBS

2 770

2 147

1 618

29

71

Activités financières

Pour le trimestre se terminant le

Variation en %

En millions de CHF, sauf indication contraire

30.9.05

30.6.05

30.9.04

2Q05

3Q04

Produit d'exploitation

10 711

9 381

8 410

14

27

Charges d'exploitation

7 309

6 583

6 293

11

16

Résultat net revenant aux actionnaires d'UBS

2 642

2 111

1 579

25

67

UBS a dégagé un résultat net revenant aux actionnaires («résultat attribuable») de 2770 millions de CHF au troisième trimestre 2005. Les activités financières y ont contribué à hauteur de 2642 millions de CHF, en hausse de 67% sur un an et de 50% avant goodwill. Durant les neuf premiers mois de 2005, le bénéfice provenant des activités financières s'est monté à 7180 millions de CHF, en hausse de 25% sur celui de la même période en 2004 (5767 millions de CHF).

Les participations industrielles d'UBS, y compris la participation dans Motor-Columbus et le portefeuille de private equity, ont généré une contribution de 128 millions de CHF (4,6%) au résultat attribuable d'UBS.

«Il est rare qu'un troisième trimestre soit aussi vigoureux. Mais le marché a offert de nombreuses opportunités et nous avions la force nécessaire pour que nos clients et nous-mêmes en tirent profit», a déclaré Clive Standish, Chief Financial Officer.

Au troisième trimestre 2005, le produit d'exploitation total des activités financières s'est inscrit à 10 711 millions de CHF, en hausse de 27% d'une année à l'autre.

Les produits se sont accrus dans presque toutes les activités et au sein des catégories de revenus. Les commissions tirées des actifs ont progressé dans le sillage de la bonne tenue des marchés et les activités de gestion d'actifs et de fortune ont bénéficié d'un afflux d'argent frais. Les commissions issues des fonds de placement et des mandats de gestion de portefeuille ont battu de nouveaux records. Les commissions tirées du financement d'entreprises ont presque doublé par rapport au troisième trimestre 2004, suite au dynamisme accru dans le Corporate finance et aux compétences clés d'UBS en matière de conseil, qui ont aidé l'établissement à gagner des mandats pour un nombre de transactions appréciable. Les commissions de souscription ont également augmenté, en raison essentiellement de la progression des activités y afférentes dans le segment du revenu fixe. Si bien que le résultat des prestations de services et des commissions a grimpé à un nouveau plafond record, pour représenter 54% du produit d'exploitation global. Les revenus des produits à marge d'intérêts ont atteint leur plus haut niveau depuis le début de 2002, suite à l'expansion des activités de prêt à une clientèle aisée dans le monde entier. Le négoce a été particulièrement dynamique sur les marchés boursiers, grâce essentiellement aux activités sur dérivés. Le segment Revenu fixe, taux et change a bien rebondi par rapport au troisième trimestre 2004. Dans celui-ci, Investment Bank cherche actuellement à englober de nouveaux domaines afin d'accroître encore sa compétitivité.

Compte tenu de l'environnement économique stable sur tous les marchés, UBS a réalisé des recouvrements nets pour pertes de crédit de 37 millions de CHF au troisième trimestre 2005, après des recouvrements nets de 69 millions de CHF au deuxième trimestre 2005 et de 12 millions de CHF au troisième trimestre 2004.

Au troisième trimestre, les afflux nets d'argent frais dans les activités de gestion de fortune ont plafonné à 31,1 milliards de CHF, contre 20,2 milliards de CHF au deuxième, reflétant les solides performances dans toutes les régions. Les activités internationales (hors celles aux Etats-Unis) ont enregistré un flux net de 19,3 milliards de CHF, suite à l'expansion constante en Asie et sur les cinq marchés clés européens d'UBS. Quant aux activités en Suisse, elles ont affiché la troisième progression trimestrielle consécutive, avec un afflux net de fonds de 1,9 milliard de CHF. Les clients américains ont contribué aux apports à hauteur de 9,9 milliards de CHF, soit beaucoup plus qu'au deuxième trimestre (1,8 milliard de CHF). Y compris ceux record de 19,9 milliards de CHF dans la gestion d'actifs, les afflux nets d'argent frais pour l'ensemble d'UBS ont culminé au niveau exceptionnellement élevé de 51,2 milliards de CHF ce trimestre. Au 30 septembre 2005, les actifs investis chez UBS se chiffraient à 2666 milliards de CHF, en hausse de 6% sur leur niveau à la fin du deuxième trimestre et de 20% par rapport à la même date il y a un an.

Le total des charges d'exploitation s'est chiffré à 7309 millions de CHF, contre 6293 millions il y a un an. Hors amortissement du goodwill pour le troisième trimestre 2004, les charges d'exploitation se sont accrues de 20%, en raison essentiellement de la hausse des charges de personnel. Ces dernières se sont accrues de 29% à 5320 millions de CHF au troisième trimestre 2005, contre 4131 millions de CHF il y a un an. Les provisions pour le versement de primes de résultat ont augmenté parallèlement aux revenus. Les charges pour salaires, assurances et prestations sociales se sont alourdies compte tenu du plus grand nombre de collaborateurs au sein de l'établissement.

Au 30 septembre 2005, l'effectif employé dans les activités financières a augmenté dans presque tous les domaines pour compter 70 502 personnes, soit 1302 de plus qu'au 30 juin 2005 (69 200) et 3095 de plus qu'au 31 décembre 2004 (67 407). Depuis la fin 2004, l'effectif s'est accru de 847 personnes en Suisse, de 795 en Europe, de 660 sur le continent américain et de 793 dans la zone Asie-Pacifique.

Actifs pondérés en fonction du risque, ratio BRI de catégorie 1

Au 30 septembre 2005, les actifs pondérés en fonction du risque se montaient à 316,6 milliards de CHF, en hausse de 5%, contre 300,6 milliards de CHF au 30 juin 2005. Plus de la moitié de cette augmentation est due à des actifs hors bilan, suite principalement à des engagements plus élevés dans le cadre du portefeuille en expansion de la clientèle d'entreprise d'Investment Bank. Des volumes plus élevés dans les activités sur dérivés, ainsi que les fluctuations des taux d'intérêt et de change ont également entraîné la hausse du niveau des actifs pondérés en fonction du risque. Dans une moindre mesure, les besoins en capitaux ont aussi augmenté du fait de la croissance des prêts assortis de garanties à la clientèle privée en Suisse et aux Etats-Unis.

Au 30 septembre 2005, les fonds BRI de catégorie 1 ont diminué, passant de 36,7 milliards de CHF à 35,7 milliards de CHF sur trois mois, suite au programme en cours de rachat d'actions qui contrebalance le solide résultat d'UBS au troisième trimestre 2005. Avec un ratio BRI de catégorie 1 à 11,3% fin septembre 2005, la capitalisation reste forte.

Intégration mondiale des unités de gestion de fortune

Les initiatives stratégiques clés d'UBS se concrétisent. Après un transfert en douceur, la gestion de fortune aux Etats-Unis s'inscrit désormais, à l'instar des activités internationales et suisses, dans le cadre d'une gestion de fortune opérée au niveau mondial. Les préparatifs en vue du lancement de Dillon Read Capital Management, unité de gestion de placements alternatifs, vont également bon train. L'intérêt suscité va croissant et UBS prévoit de commencer les opérations au premier semestre 2006.

Perspectives

Tous les segments d'UBS se sont fort bien comportés durant les neuf premiers mois de 2005, grâce à la vigueur des activités de collecte d'actifs, à la progression du portefeuille de clientèle d'Investment Bank et à la capacité de l'établissement à saisir les opportunités du marché.

«Même si les marchés se sont quelque peu essoufflés depuis la fin du trimestre, nous bouclerons bientôt sur un exercice figurant déjà au nombre des meilleures cuvées», a déclaré Clive Standish.

Résultats par rapport aux objectifs financiers d'UBS

Les résultats d'UBS par rapport aux objectifs financiers sont les suivants*:

  • Le rendement annualisé des fonds propres pour les neuf premiers mois de 2005 s'inscrit à 29%, contre 27,4%* il y a un an à pareille époque, et se situe toujours bien au-dessus de la fourchette fixée de 15 à 20%. Cette hausse est attribuable à la progression du résultat net, en partie contrebalancé par l'augmentation de la moyenne des fonds propres due à la croissance des revenus non distribués.

  • Le résultat de base par action s'est établi à 2.75 CHF au troisième trimestre 2005, en hausse de 55% ou de 0.98 CHF par rapport à 1.77* CHF il y a un an, en raison de la progression du bénéfice et d'une légère réduction (-1%) du nombre moyen d'actions en circulation dans le cadre du programme en cours de rachat de titres.

  • Le ratio charges/produit des activités financières est ressorti à 68,5% au troisième trimestre 2005, soit son plus bas niveau depuis 2000, contre 72,7% il y a un an. Cette amélioration traduit la forte progression des revenus dans presque toutes nos activités, associée à la poursuite d'une stricte maîtrise des coûts.

Résultats par rapport aux objectifs

Depuis le début de l'année

30.9.05

30.6.05

30.9.04

Rendement des fonds propres (%)

1

déclaré

29.0

28.2

25.1

avant goodwill

29.0

28.2

27.4

1 Résultat net revenant aux actionnaires d'UBS (annualisé) /moyenne des fonds propres revenant aux actionnaires d'UBS moins dividendes.

Pour le trimestre se terminant le

30.9.05

30.6.05

30.9.04

Résultat de base par action (CHF)

2

déclaré

2.75

2.10

1.59

avant goodwill

2.75

2.10

1.77

Ratio charges/produit des activités financières (%)

3,4

déclaré

68.5

70.7

74.9

avant goodwill

68.5

70.7

72.7

Afflux net d'argent frais, unités Wealth Management (milliards de CHF)

5

Wealth Management International & Switzerland

21.2

18.4

11.4

Wealth Management USA

9.9

1.8

5.1

Total

31.1

20.2

16.5

2 Pour de plus amples détails sur le calcul du résultat par action (BPA), voir la note 8 du rapport financier. 3 Hors résultat des participations industrielles. 4 Charges/produit d’exploitation moins correctifs de valeur pour risques de crédit. 5 Hors intérêts et dividendes.

Résultats des activités financières

Global Wealth Management & Business Banking

Le résultat avant impôts de Wealth Management International & Switzerland a atteint un nouveau record trimestriel de 1166 millions de CHF au troisième trimestre 2005, contre 963 millions de CHF au deuxième trimestre, soit une hausse de 21%. Il s'explique par la hausse des commissions tirées des actifs, l'intensification des activités avec la clientèle, l'accroissement du produit des intérêts et le léger repli des charges d'exploitation. Les activités internationales ont enregistré un afflux net d'argent frais de 19,3 milliards de CHF, tandis que les activités en Suisse ont affiché la troisième progression de suite, avec un afflux de 1,9 milliard de CHF. Au troisième trimestre 2005, la marge brute sur les actifs sous gestion était de 103 points de base, soit deux points de plus qu'au deuxième trimestre 2005, signe de l'augmentation du niveau des transactions sur fond de marchés vigoureux. Au 30 septembre 2005, les actifs sous gestion ont culminé à un niveau jamais atteint, avec une hausse de 6% à 944 milliards de CHF contre 890 milliards de CHF au 30 juin 2005. L'afflux net record d'argent frais, le redressement des marchés et l'appréciation de 1% du dollar face au franc suisse sont autant de facteurs qui ont contribué à cette performance. Quelque 35% des actifs sous gestion sont libellés en dollars.

Wealth Management USA a enregistré une perte avant impôts de 5 millions de CHF, contre un bénéfice avant impôts de 94 millions de CHF au deuxième trimestre. Au troisième trimestre, la nette hausse des provisions pour actions en justice a eu pour corollaire une érosion de la rentabilité, compensant l'effet positif des revenus réguliers record et de l'amélioration du produit des transactions. L'afflux net d'argent frais au troisième trimestre 2005 s'est sensiblement accru à 9,9 milliards de CHF, contre 1,8 milliard de CHF au deuxième trimestre 2005. La marge brute sur actifs sous gestion s'est établie à 73 points de base au troisième trimestre 2005, demeurant inchangée par rapport au deuxième trimestre 2005, tandis que les actifs sous gestion se sont étoffés à 728 milliards de CHF au 30 septembre 2005, contre 693 milliards de CHF au 30 juin 2005, soit une progression de 5%.

Le bénéfice avant impôts de Business Banking Switzerland est ressorti à 553 millions de CHF, en léger repli par rapport au deuxième trimestre (11 millions de CHF). Si le produit d'exploitation a été stable, les autres charges d'exploitation ont augmenté. Au 30 septembre 2005, le volume du portefeuille de crédits s'est inscrit en hausse à 141,6 milliards de CHF, contre 1,1 milliard à la fin du deuxième trimestre. Les nouvelles hypothèques aux particuliers ont été en partie compensées par l'amenuisement en cours du portefeuille de recouvrement.

Global Asset Management

Le bénéfice avant impôts de Global Asset Management au troisième trimestre 2005 a atteint un plus haut trimestriel historique de 308 millions de CHF, soit un accroissement de 40% par rapport aux 220 millions de CHF du deuxième trimestre 2005, signe de la croissance de l'afflux net d'argent frais au cours du trimestre sous revue et des précédents et du redressement des places financières. Les revenus ont augmenté dans toutes les unités, grâce en particulier aux fortes commissions de performance issues des placements alternatifs et quantitatifs et à la hausse des commissions tirées des actifs dans les placements traditionnels.

Le total des charges d'exploitation s'est accru à 363 millions de CHF au troisième trimestre 2005 contre 329 millions de CHF le trimestre précédent, reflétant principalement l'alourdissement des charges de personnel.

Au troisième trimestre 2005, l'afflux net d'argent frais dans le segment institutionnel s'est chiffré à 9,2 milliards de CHF, contre 2,7 milliards de CHF au deuxième trimestre 2005. Si on exclut les mouvements liés aux fonds monétaires, l'afflux net d'argent frais a totalisé 10,7 milliards de CHF, un record trimestriel.

L'afflux net d'argent frais dans le Wholesale Intermediary a atteint un record de 10,7 milliards au troisième trimestre 2005, contre 6,2 milliards de CHF au deuxième trimestre 2005, témoignant de la concentration permanente sur de nouveaux produits, y compris le lancement de fonds obligataires et monétaires au cours du trimestre sous revue. Si l'on exclut le reflux hors des fonds monétaires, il s'est monté à 12,3 milliards de CHF, contre 10,7 milliards de CHF au deuxième trimestre.

Le volume des actifs investis à la fin du troisième trimestre 2005 s'est élevé à 737 milliards de CHF, contre 686 milliards de CHF au 30 juin 2005, en raison de l'important afflux net d'argent frais et de la reprise des marchés financiers.

Investment Bank

Au troisième trimestre 2005, le bénéfice avant impôts d'Investment Bank est ressorti à 1386 millions de CHF, en hausse de 95% par rapport à la même période en 2004. Avant goodwill, le bénéfice avant impôts avait progressé de 77%, preuve de la capacité de tirer parti des bonnes dispositions du marché et d'aider les clients à saisir les opportunités stratégiques.

Le produit d'exploitation total au troisième trimestre 2005 s'est établi à 4691 millions de CHF, ce qui correspond à une augmentation de 46% par rapport au même trimestre en 2004, les revenus s'étant accrus dans toutes les principales activités orientées vers le client.

Le produit tiré des actions s'est chiffré à 1980 millions de CHF au troisième trimestre 2005, soit une hausse de 67% sur un an. Les activités sur dérivés ont affiché une belle progression dans toutes les régions, en particulier dans la zone Asie-Pacifique. Les revenus issus du prime brokerage ont augmenté du fait de la poursuite de l'acquisition de nouveaux clients, reflétant le développement continu de la base de clientèle dans cet important segment. Les commissions tirées des opérations sur le marché secondaire se sont redressées sur fond d'accroissement du volume total du marché. Le produit des opérations pour compte propre s'est également amélioré. Par rapport au deuxième trimestre 2005, le produit des actions a gagné 38%.

Les revenus des segments revenu fixe, taux et change ont totalisé 2108 millions de CHF au troisième trimestre 2005. Par rapport au résultat du troisième trimestre 2004, les revenus ont progressé de 25%. En dépit de l'accroissement des incertitudes et de la volatilité du marché, le produit du segment des taux s'est accru en rythme annuel. Les activités de revenu fixe ont stagné pour l'essentiel par rapport à 2004. Le segment Principal Finance a affiché de solides résultats. L'activité des changes et dans le domaine du cash and collateral trading a profité de l'accroissement du volume de la clientèle dans la plupart des segments et de la hausse du produit des opérations de change. L'activité «municipal securities», transférée de Wealth Management USA au début du troisième trimestre, a connu un tassement de ses revenus en raison du repli du volume des dérivés et du fléchissement de l'activité de négoce sur le marché secondaire. Par rapport au deuxième trimestre 2005, le produit des segments taux et changes a bondi de 20%.

Dans l'investment banking, les revenus se sont montés à 592 millions de CHF au troisième trimestre 2005, soit une hausse de 69% par rapport au troisième trimestre 2004; il s'agit du troisième meilleur résultat de ces quatre dernières années. Si on exclut l'incidence des fluctuations de change et les frais de couverture du portefeuille, les revenus ont progressé de 62%. Cette envolée reflète la nette hausse des revenus dans toutes les régions, en particulier en Europe et dans la zone Asie-Pacifique, ainsi que le rôle de l'entreprise dans bon nombre d'opérations importantes de fusion et acquisition cette année. Les revenus issus des activités de conseil et des souscriptions d'actions et d'obligations ont connu une hausse impressionnante par rapport à l'année précédente. Les revenus du financement syndiqué ont également progressé d'une année à l'autre. Après s'être sensiblement accrus au deuxième trimestre 2005, les revenus issus de l'investment banking se sont contractés de 1%.

Le total des charges d'exploitation au troisième trimestre 2005 a atteint 3305 millions de CHF, soit une progression de 32% sur un an. Les charges de personnel se sont établies à 2509 millions de CHF, en hausse de 49% sur un an, témoignant de l'augmentation des provisions pour primes de résultat, qui est allée de pair avec la progression des revenus et de l'effectif.

Le risque de marché pour Investment Bank, tel que mesuré par la Value at Risk (taux de confiance de 99%, moyenne sur 10 jours), s'est monté à 343 millions de CHF au troisième trimestre, contre 359 millions de CHF au trimestre précédent. Le taux d'intérêt de la Value at Risk (VaR), la principale contribution de la VaR Investment Bank, s'est replié en rythme trimestriel.

*Avant amortissement du goodwill:

jusqu’à fin 2004, les objectifs étaient évalués sur une base avant goodwill. Avec l’adoption des International Financial Reporting Standards (IFRS), qui comprennent des normes nouvelles et révisées, il n’y a plus amortissement du goodwill depuis le début de 2005.

Cautionary statement regarding forward-looking statements


This communication contains statements that constitute “forward-looking statements”, including, but not limited to, statements relating to the implementation of strategic initiatives, such as the European wealth management business, and other statements relating to our future business development and economic performance. While these forward-looking statements represent our judgments and future expectations concerning the development of our business, a number of risks, uncertainties and other important factors could cause actual developments and results to differ materially from our expectations. These factors include, but are not limited to, (1) general market, macro-economic, governmental and regulatory trends, (2) movements in local and international securities markets, currency exchange rates and interest rates, (3) competitive pressures, (4) technological developments, (5) changes in the financial position or creditworthiness of our customers, obligors and counterparties and developments in the markets in which they operate, (6) legislative developments, (7) management changes and changes to our Business Group structure and (8) other key factors that we have indicated could adversely affect our business and financial performance which are contained in other parts of this document and in our past and future filings and reports, including those filed with the SEC. More detailed information about those factors is set forth elsewhere in this document and in documents furnished by UBS and filings made by UBS with the SEC, including UBS’s Annual Report on Form 20-F for the year ended 31 December 2004. UBS is not under any obligation to (and expressly disclaims any such obligations to) update or alter its forward-looking statements whether as a result of new information, future events, or otherwise.

UBS

Key messages Video (anglais)

Webcast (anglais)