Nouvelles UBS


UBS annonce un bénéfice net de 3535 millions de CHF pour 2002 et une perte nette de 101 millions de CHF au quatrième trimestre - correctif de valeur hors trésorerie de 953 millions de CHF après impôts sur la marque PaineWebber

| Quarterly Results

En 2002, UBS a dégagé un bénéfice net de 3535 millions de CHF, soit un recul de 29% sur 2001, dû essentiellement à un correctif de valeur de 953 millions de CHF après impôts relatif au retrait de la marque PaineWebber. Avant goodwill et corrigé du correctif de valeur ainsi que des gains sur désinvestissements, le résultat net 2002 s'est inscrit à 5529 millions de CHF, en baisse de 12% sur l'exercice précédent. La grande rigueur en matière de coûts et l'accent placé sur la croissance ont permis à UBS de bien se positionner pour réaliser de nouveaux gains de productivité. Les activités de gestion de fortune d'UBS ont généré un afflux d'argent frais de 35,1 milliards de CHF en 2002, tandis que UBS Warburg a accru sa part de marché dans l'investment banking mondial de 4,4% en 2001 à 5%.

UBS annonce un bénéfice net 2002 de 3535 millions de CHF, en recul de 29% par rapport aux 4973 millions de CHF enregistrés en 2001. Ce recul du résultat net est dû en grande partie au correctif de valeur après impôts de 953 millions de CHF en rapport avec la marque PaineWebber. Comptabilisée comme immobilisation incorporelle au bilan d'UBS, la valeur de la marque a été amortie au quatrième trimestre à la suite de la décision d'adopter une marque unique UBS dès juin 2003. Avant amortissement du goodwill et corrigé du correctif de valeur ainsi que des gains tirés de désinvestissements, le résultat net 2002 s'est inscrit à 5529 millions de CHF, en baisse de 12% sur 2001.
Selon Peter Wuffli, président du Directoire du Groupe, «Durant l'une des années les plus difficiles qu'ait connu le secteur financier, nos activités ont fait montre d'une résistance et d'une compétitivité remarquables, gagnant des parts de marché en continuant d'investir dans la croissance».
Le produit d'exploitation 2002 a reculé de 8% sur un an. Corrigé des facteurs financiers exceptionnels , la baisse est de 9% et reflète le faible attrait des marchés pour les investisseurs, les conditions de négoce moins dynamiques, la poursuite de pertes décevantes dans les activités de private equity, ainsi que la baisse des fonds gérés, qui a eu un impact sur les commissions régulières. Les actifs investis ont diminué de 17%, passant de 2448 milliards fin 2001 à 2037 milliards de CHF au 31 décembre 2002, en raison des fluctuations de change et des mouvements du marché.
Tout au long de 2002, tant les frais de rémunération que les charges autres que de personnel ont été maintenus en conformité avec l'évolution du marché et de nos revenus. Les charges d'exploitation totales ont reculé de 3% sur un an. Hors amortissement de la marque PaineWebber, elles ont diminué de 7% pour s'établir à leur plus bas niveau depuis que la société américaine a rejoint UBS. En 2002, la part variable des rémunérations par collaborateur a été inférieure de 8% sur 2001.
UBS n'a pas constitué de capacités excédentaires substantielles lors du pic d'activité observé durant le dernier cycle, si bien qu'elle a pu alléger progressivement ses effectifs sans prendre de mesures draconiennes lorsque les conditions économiques se sont détériorées. En 2002, l'effectif a diminué de 924 personnes, à 69 061 collaborateurs, soit le plus bas niveau depuis que PaineWebber a rejoint UBS.
Selon Peter Wuffli, «Nous avons rationalisé nos processus et nos structures dans certains domaines, et en même temps développé nos capacités là où nous envisageons un potentiel de croissance».

Croissance en 2002

Les activités de gestion de fortune du Groupe - Private Banking et UBS PaineWebber - ont bénéficié d'afflux nets d'argent frais tout au long de 2002. Malgré des conditions de marché difficiles, accentuées par l'amnistie fiscale décrétée en Italie au premier semestre, la clientèle aisée a investi 35,1 milliards de CHF de fonds nouveaux chez UBS. Les apports de fonds dans l'initiative European wealth management ont enregistré un taux de croissance annuel de 48%.


*Facteurs financiers exceptionnels:

Il n'y a pas eu de facteurs financiers exceptionnels en 2001.

Eléments enregistrés dans le rapport financier et identifiés comme facteurs financiers exceptionnels en 2002:

Au quatrième trimestre 2002: un correctif de valeur hors trésorerie de 953 millions de CHF après impôts en rapport avec le retrait de la marque PaineWebber (débité à UBS PaineWebber) et un bénéfice de 60 millions de CHF après impôts résultant de la vente de la Klinik Hirslanden (comptabilisé dans le Corporate Center)

Au premier trimestre 2002: un gain de 125 millions de CHF après impôts sur la vente de Hyposwiss (comptabilisé dans UBS Wealth Management & Business Banking)

(Les détails complets sur l'incidence des facteurs financiers exceptionnels en 2002 figurent dans le rapport du quatrième trimestre d'UBS)

Résultats par rapport aux objectifs financiers du Groupe
(tous avant goodwill et corrigés des facteurs financiers exceptionnels)*

  • Le rendement des fonds propres du Groupe pour 2002 s'inscrit 13,9%, contre 14,8% en 2001, et est légèrement inférieur à la fourchette fixée de 15-20%. Des rachats d'actions répétés ont réduit le volume des fonds propres, compensant ainsi partiellement la baisse de 12% des bénéfices.

  • Le bénéfice par action a fléchi de 8%, à 4,57 CHF en 2002, le programme de rachat d'actions ayant cependant eu encore une fois une incidence positive .

  • Le ratio charges/produit pour l'exercice a augmenté de 77,3% en 2001 à 79,5%.


Résultats du quatrième trimestre

Au quatrième trimestre, UBS a enregistré une perte nette de 101 millions de CHF, contre un bénéfice net de 1106 millions de CHF un an auparavant. Avant goodwill et corrigé des facteurs financiers exceptionnels 1, le résultat net a été de 1075 millions de CHF, en recul de 25% par rapport au 1436 millions de CHF enregistrés un an plus tôt. L'environnement peu propice aux opérations sur actions, de nouveaux correctifs de valeur dans le private equity et un recul des commissions régulières dû à la baisse du niveau des actifs en raison des conditions du marché ont lourdement pesé sur le produit d'exploitation.

Avec un volume de recouvrement de 11 millions de CHF, UBS a enregistré un nouveau résultat de risques de crédit très positif (contre des correctifs de valeur pour risques de crédit de 115 millions de CHF au quatrième trimestre 2001), si bien que la banque ne doit constituer que de nouvelles provisions minimales.
Au cours du trimestre, les charges d'exploitation se sont montées à 7776 millions de CHF. Outre l'amortissement pour la marque PaineWebber, UBS a également enregistré une provision de 111 millions de CHF (80 millions d'USD) pour le règlement de l'accord passé avec les autorités de surveillance américaines relatif à l'analyse financière - comptabilisée dans les Groupes d'affaires UBS Warburg (90 millions de CHF) et UBS PaineWebber (21 millions de CHF) - et une charge de 72 millions de CHF pour la réduction et la délocalisation de UBS Warburg Energy. Ces coûts ont été compensés par la diminution des charges de personnel suite à la réduction de la part variable des rémunérations.
Le volume d'argent frais investi par les clients des activités UBS de gestion de fortune a atteint 9,4 milliards de CHF au cours du trimestre, en recul de 3,3 milliards de CHF par rapport au troisième trimestre. UBS PaineWebber a dégagé un très bon résultat avec un volume d'argent frais de 6,3 milliards de CHF, soit près du double des 3,4 milliards de CHF enregistrés au troisième trimestre 2002. Des afflux substantiels de 2 milliards de CHF ont encore été réalisés dans les activités European wealth management, en particulier en Allemagne et au Royaume-Uni.

Dividende de 2,00 CHF par action et nouveau programme de rachat d'actions

Le Conseil d'administration proposera à l'Assemblée générale des actionnaires du 16 avril 2003 le versement d'un dividende de 2,00 CHF par action. Ce paiement est conforme à ceux versés ces deux dernières années et confirme l'engagement d'UBS d'effectuer des distributions stables aux actionnaires.
Les programmes de rachat d'actions lancés par UBS sont un autre outil important permettant de restituer aux actionnaires des revenus non distribués. Lors des programmes 2002, dont l'un court encore jusqu'au 5 mars 2003, UBS a racheté 74 035 080 actions d'une valeur totale de 5,4 milliards de CHF au 31 décembre 2002. Ces titres seront détruits après l'approbation de l'Assemblée générale d'avril 2003.

Perspectives 2003

L'environnement continue d'être difficile en ce début d'année. L'incertitude quant à l'évolution conjoncturelle, l'orientation des marchés et les inquiétudes géopolitiques pèsent sur le moral des investisseurs, et donc sur le volume des transactions, empêchant toute reprise sensible de l'activité dans le Corporate finance. Cependant, UBS n'escompte pas une amélioration immédiate de ses performances financières, car la baisse du volume des actifs, la faible activité des investisseurs et une éventuelle détérioration de l'environnement de crédit pèseront sur les revenus. Il est parfaitement impossible de prédire si une reprise interviendra d'ici à la fin de l'année.

Résultats des Groupes d'affaires

UBS Wealth Management & Business Banking
(corrigés des facteurs financiers exceptionnels)**

Le résultat 2002 avant impôts de Private Banking s'est inscrit à 2774 millions de CHF, en baisse de 19% sur 2001 en raison du net recul des revenus tirés des actifs et de la poursuite des investissements dans l'initiative European wealth management. Affecté par des sorties nettes de plus de 8 milliards de CHF de clients italiens, l'afflux net d'argent frais a totalisé 16,6 milliards de CHF pour l'ensemble de l'exercice, contre 24,6 milliards de CHF en 2001.
Au quatrième trimestre 2002, le résultat avant impôts a baissé de 9% pour s'inscrire à 586 millions de CHF suite au recul des revenus tirés des actifs investis, dont le volume s'est contracté dans le sillage de la détérioration constante des marchés boursiers durant les neuf premiers mois. De
3,1 milliards de CHF, l'afflux net d'argent frais est le deuxième plus élevé enregistré sur un trimestre durant l'année. Les apports de fonds dans l'initiative European wealth management ont totalisé 2 milliards de CHF.
Au quatrième trimestre, les clients suisses ont investi 0,4 milliard de CHF et les clients internationaux 2,7 milliards de CHF. La marge brute est demeurée robuste à 98 points de base.

Avec un résultat avant impôts de 1967 millions de CHF, en hausse de 32% d'un exercice à l'autre, Business Banking Switzerland a dégagé une très bonne performance annuelle malgré le reflux des revenus dû à la précarité du marché, preuve une fois de plus de notre stricte gestion des coûts. Les effectifs ont diminué de 778 personnes, soit de 4%, pour s'établir à 18 442 collaborateurs au 31 décembre.
Les correctifs de valeur pour risques de crédit ont totalisé 286 millions de CHF, contre 567 millions de CHF en 2001. La performance des crédits suisses reste vigoureuse malgré un essoufflement progressif de la croissance de l'économie nationale. Les crédits en souffrance ont continué de refluer et ne représentent plus que 3,6% du total du portefeuille.
Au quatrième trimestre 2002, Business Banking Switzerland a enregistré un résultat avant impôts de 454 millions de CHF, en baisse de 7% sur le trimestre précédent, mais toujours supérieur à n'importe quel trimestre de 2001. Le produit des intérêts a fléchi en raison de la contraction des marges pour les comptes d'épargne et des comptes courants dans un environnement de bas niveau du loyer de l'argent.


UBS Global Asset Management Le résultat avant impôts s'est inscrit 187 millions de CHF pour l'exercice entier, en baisse de 33% sur 2001. Le plongeon des Bourses tout au long de l'année a fait baisser le niveau des actifs investis et par conséquent pesé sur les revenus qui en étaient tirés. Ces évolutions ont été en partie compensées par les mesures de maîtrise des coûts.
Au quatrième trimestre 2002, UBS Global Asset Management a dégagé un résultat avant impôts de 27 millions de CHF, quasiment inchangé par rapport à celui du troisième trimestre (26 millions de CHF).
Dans le segment des institutionnels, l'afflux net d'argent frais a totalisé 2,4 milliards de CHF au quatrième trimestre, contre 3,2 milliards de CHF de sorties au troisième, grâce aux apports substantiels enregistrés dans le revenu fixe et les actions. Dans les opérations de Wholesale Intermediary, UBS Global Asset Management a accusé une sortie de fonds de 0,2 milliard au quatrième trimestre, contre un afflux net de 1,3 milliard de CHF au troisième.
Malgré l'évolution négative des Bourses mondiales, la plupart des fonds UBS Global Asset Management continuent de présenter une solide performance de placement sur 1, 3 et 5 ans.


UBS Warburg L'unité Corporate and Institutional Clients de UBS Warburg a réalisé un résultat avant impôts de 3129 millions de CHF pour l'exercice entier, en baisse de 17% sur 2001, en raison de l'environnement économique difficile en 2002 notamment pour les activités de banque d'affaires et les opérations sur actions. Le ratio de charges de personnel s'est légèrement accru, passant de 53% en 2001 à 55% pour l'ensemble de l'année.
Au quatrième trimestre 2002, l'unité a enregistré un résultat avant impôts de 520 millions de CHF, en baisse de 36% sur la même période de 2001 et de 27% sur le troisième trimestre 2002. Le produit d'exploitation s'est inscrit à 2867 millions de CHF, en recul de 12% sur le troisième trimestre 2002 et le quatrième trimestre 2001 du fait de l'environnement peu propice aux activités de banque d'affaires et aux actions. Finalement, les revenus tirés des segments revenu fixe et change sont restés vigoureux malgré des revenus négatifs de 163 millions de CHF sur les swaps de défaillance de crédit servant à la couverture d'engagements existants.
Au quatrième trimestre, les charges d'exploitation ont glissé à un plus bas de 2307 millions de CHF, en baisse de 4% sur le quatrième trimestre 2001 et de 8% sur le trimestre précédent. Cet allégement a été réalisé malgré la provision de 90 millions de CHF (65 millions d'USD) affectée au règlement de l'affaire de l'analyse financière aux Etats-Unis et une charge de 72 millions de CHF pour UBS Warburg Energy, qui a été réduit et délocalisé suite à la forte contraction du marché de l'énergie aux Etats-Unis.


UBS Capital a essuyé une perte avant impôts de 1761 millions de CHF pour l'ensemble de l'exercice, soit 727 millions de CHF de plus qu'en 2001. Les évaluations de private equity dans nombre de secteurs ont été durement affectées par la dégradation de l'économie, limitant les opportunités de désengagement.
Au quatrième trimestre, UBS Capital a accusé une perte avant impôts de 362 millions de CHF. Totalisant 389 millions de CHF, des correctifs de valeur ont été effectués tout au long du portefeuille dans toutes les régions et ont été partiellement compensés par des gains en capital de 120 millions de CHF provenant de désinvestissements réussis.
UBS Capital continuera à mettre l'accent sur la gestion de son portefeuille actuel, la maximisation des rendements et la mise à profit des possibilités de désengagement, là où elles existent.


UBS PaineWebber
(corrigés des facteurs financiers exceptionnels)***
Coûts d'acquisition inclus, le groupe d'affaires a essuyé une perte avant impôts de 566 millions de CHF pour l'exercice entier et de 134 millions de CHF au quatrième trimestre. Avant coûts d'acquisition (goodwill, coûts nets de refinancement et paiements de fidélisation), le résultat avant impôts s'est inscrit à 632 millions de CHF pour l'ensemble de 2002 et à 142 millions de CHF au quatrième trimestre.
Comme les transactions de UBS PaineWebber sont essentiellement libellées en USD, la comparaison des résultats par rapport à des périodes antérieures pâtit du repli du billet vert face au franc suisse. Exprimé en dollar, le résultat du quatrième trimestre avant impôts et coûts d'acquisition a été inférieur de 9% à celui du troisième trimestre en raison de sa part de 15 millions d'USD (21 millions de CHF) au règlement de l'affaire de l'analyse financière aux Etats-Unis. Le coefficient d'exploitation avant coûts d'acquisition s'est établi à 89% au quatrième trimestre 2002, contre 88% au précédent. Sans la charge pour règlement, ce ratio aurait encore diminué à 87%, ce qui atteste de la pérennité des mesures de maîtrise des coûts adoptées par UBS PaineWebber.


** Facteurs financiers exceptionnels:


Il n'y a pas eu de facteurs financiers exceptionnels en 2001.


Au premier trimestre 2002, UBS a réalisé un bénéfice de 125 millions de CHF après impôts sur la vente de la banque privée Hyposswiss, qui a été crédité à l'unité «Private Banking» de UBS Wealth Management & Business Banking .



*** Facteurs financiers exceptionnels:


Il n'y a pas eu de facteurs financiers exceptionnels en 2001.


Au quatrième trimestre 2002, UBS a effectué un correctif de valeur hors trésorerie de 953 millions de CHF après impôts pour la marque PaineWebber, qui a été débité au Groupe d'affaires PaineWebber.

Cautionary statement regarding forward-looking statements


This communication contains statements that constitute „forward-looking statements", including, but not limited to, statements relating to the implementation of strategic initiatives, such as the implementation of the new European wealth management strategy, expansion of our corporate finance presence in the US and worldwide, the development of UBS Warburg's new energy trading operations, and other statements relating to our future business development and economic performance.

While these forward-looking statements represent our judgments and future expectations concerning the development of our business, a number of risks, uncertainties and other important factors could cause actual developments and results to differ materially from our expectations.

These factors include, but are not limited to, (1) general market, macro-economic, governmental and regulatory trends, (2) movements in local and international securities markets, currency exchange rates and interest rates, (3) competitive pressures, (4) technological developments, (5) changes in the financial position or credit-worthiness of our customers, obligors and counterparties and developments in the markets in which they operate, (6) legislative developments, (7) management changes and changes to our business group structure in 2001 and 2002 and (8) other key factors that we have indicated could adversely affect our business and financial performance which are contained in other parts of this document and in our past and future filings and reports, including those filed with the SEC.

More detailed information about those factors is set forth elsewhere in this document and in documents furnished by UBS and filings made by UBS with the SEC, including UBS's Annual Report on Form 20-F for the year ended 31 December 2001. UBS is not under any obligation to (and expressly disclaims any such obligations to) update or alter its forward-looking statements whether as a result of new information, future events, or otherwise.

Zurich / Bâle, 18 février 2003
UBS SA

Downloads

Key Messages video (anglais)

Webcast video (anglais)