Nouvelles UBS


Investor Day 2011: UBS actualise sa stratégie et ses objectifs en matière de capital; la banque fixe de nouveaux objectifs financiers et annonce son intention de mettre en place un plan progressif de restitution du capital

Zurich/Bâle | | Price Sensitive Information

 

  • La stratégie d’UBS est centrée sur ses activités de gestion de fortune, et elle renforcera le leadership de la banque sur les marchés les plus attrayants

  • Investment Bank concentrera davantage ses activités et sera moins complexe; les actifs pondérés en fonction des risques d’Investment Bank selon Bâle 3, qui avoisinent aujourd’hui les 300 milliards de francs, doivent être réduits d’environ 145 milliards de francs, soit près de 50%

  • L’objectif de rendement des fonds propres est de l’ordre de 12% à 17% pour le Groupe dès 2013

  • Le ratio d’actions ordinaires de catégorie 1 visé est de 13% selon Bâle 3

  • UBS a l’intention de proposer un dividende de 0.10 CHF par action pour 2011 et un plan progressif de restitution du capital par la suite.

Zurich/Bâle, 17 novembre 2011 - UBS fournit une mise à jour aux investisseurs suite à l’achèvement d’une étude stratégique réalisée conjointement par le Conseil d’administration d’UBS et le Directoire du Groupe.

La stratégie d'UBS est axée sur la position de leadership de longue date de son activité de gestion de fortune internationale et de sa banque universelle en Suisse. UBS veut assurer la croissance et l'expansion de sa position de gérant de fortune de premier plan en s'appuyant sur une Investment Bank plus focalisée, moins complexe et utilisant moins de capital, et sur une activité solide dans la gestion d'actifs (Global Asset Management).

Sergio Ermotti, CEO du Groupe, a déclaré: «UBS est en position de force parce qu’elle ajuste sa stratégie en vue de produire des rendements plus attrayants pour les actionnaires et afin de répondre aux évolutions économiques et réglementaires. Nous avons décidé de réduire considérablement le profil de risque de la banque en abandonnant ou en contractant les activités qui n'ajoutent pas de valeur à notre base de clientèle ou dont les rendements corrigés du risque ne sont pas satisfaisants. Le Conseil d'administration et moi-même sommes convaincus que cette stratégie exploite avantageusement nos atouts et est résolument axée sur les besoins de nos clients. Nous allons continuer à investir dans des produits et des régions recelant, à notre sens, des opportunités de croissance, en particulier pour nos activités de gestion de fortune. Nous envisageons de faire reposer une part plus importante de nos bénéfices sur des activités aux résultats plus stables.

En réduisant les risques et en adoptant une gestion des coûts plus stricte, nous comptons offrir des rendements plus attrayants à nos actionnaires et inscrire notre rendement des fonds propres entre 12% et 17%. Par ailleurs, nous avons la ferme intention de restituer du capital à nos actionnaires.»

La croissance et le succès d’UBS découleront de sa place dominante dans ses activités de gestion de fortune, qui gèrent au total près de 1400 milliards de CHF d’actifs investis. Cette position, UBS prévoit de l’étendre en Suisse, en Europe, en Asie-Pacifique et dans les pays émergents. La banque veillera à continuer sur la brillante lancée de Wealth Management Americas.

Les activités bancaires Retail & Corporate de premier plan en Suisse sont l’un des piliers de la réussite du Groupe. UBS entend accroître sa part de marché en tirant parti des opportunités bancaires et de prêts supplémentaires recelées par les clients actuels, mais également en investissant dans la technologie et l’infrastructure dans le but de développer ses compétences bancaires en matière de transactions d’entreprises.

Investment Bank sera moins complexe, détiendra moins d’actifs pondérés en fonction des risques et recourra à nettement moins de capital afin de dégager des rendements stables pour ses actionnaires. Sa stratégie centrée sur la clientèle s’attachera à satisfaire aux impératifs de sa base de clientèle dans les segments gestion de fortune, institutionnel, entreprises et souverain ainsi que des sponsors et investira dans ses activités détenant une position de leader dans le conseil, les marchés de capitaux, ainsi que dans les activités de flux et les solutions destinées à la clientèle. Investment Bank abandonnera ou réduira considérablement certaines activités. Investment Bank œuvrera en plus étroite collaboration avec les unités de gestion de fortune d’UBS et mettra davantage l’accent sur les compétences d’exécution, de conseil et d’analyse qu’elle propose à la clientèle de gestion de fortune.

Global Asset Management continuera d’offrir des services d’investissement à sa clientèle au travers de capacités d’investissement diversifiées. La division développera ses activités wholesale tierces, en s’appuyant sur les atouts dont elle dispose en Asie Pacifique et en Suisse, et continuera de fournir ses services aux clients des activités de gestion de fortune d’UBS.

Sa stratégie d'UBS repose sur la solidité de son assise financière, de sa structure de financement et de sa position en matière de liquidité. UBS a la ferme intention de rester une des banques les mieux capitalisées dans le monde, comme en témoigne l’objectif de 13% qu’elle s’est fixé pour le ratio d’actions ordinaires de catégorie 1 au regard des exigences de Bâle 3. UBS est convaincue de pouvoir dégager un rendement sur fonds propres de l’ordre de 12% à 17%. L’équipe de direction entend proposer un dividende de 0.10 CHF par action au titre de l’exercice 2011 puis mettre en place ensuite un plan progressif de restitution du capital.

Fourchettes d’objectifs de performance annuelle1

Groupe
- Ratio d’actions ordinaires de catégorie 1 selon Bâle 3: 13% 2
- Rendement annuel des fonds propres: 12-17%
- Ratio charges / produit: 65-75%

Wealth Management
- Taux annuel de croissance NNM: 3-5%
- Marge brute annuelle: 95-105 points de base (pb)
- Ratio charges / produit: 60-70%

Wealth Management Americas
- Taux annuel de croissance de la collecte nette d'actifs: 2-4%
- Marge brute annuelle: 75-85 pb
- Ratio charges / produit: 80-90%

Retail & Corporate
- Volume annuel des nouvelles activités nettes: 1-4%
- Marge d’intérêt nette annuelle: 140-180 pb
- Ratio charges / produit: 50-60%

Global Asset Management
- Taux annuel de croissance de la collecte nette d'actifs: 3-5%
- Marge brute annuelle: 32-38 pb
- Ratio charges / produit: 60-70%

Core Investment Bank 3
- Rendement annuel sur les fonds propres attribués avant impôts: 12-17%2, 4
- Ratio charges / produit: 70-80%
- Actifs pondérés en fonction des risques: < CHF 150 milliards5

Autres informations importantes

  • Les actifs hérités du passé englobent des «auction rate securities», des titres protégés par des monoline, d’autres titres adossés à des actifs et des positions sur les taux longs. Ils seront comptabilisés comme faisant partie du Corporate Center à partir de 2012.
  • Les actifs hérités du passé pondérés en fonction des risques pro forma selon Bâle 3, de quelques 70 milliards de CHF au 30 septembre 2011 mais représentant quelque 30 milliards de CHF d'actifs du bilan, doivent être réduits à environ 5 milliards de CHF d'ici 2016.
  • Les actifs pondérés en fonction des risques pro forma selon Bâle 3 de la Core Investment Bank, qui se montaient à environ 230 milliards de CHF au 30 septembre 2011, doivent être réduits à moins de 150 milliards de CHF d'ici 2016.
  • Les effectifs d'Investment Bank devraient atteindre environ 16 500 d’ici à fin 2013 et 16 000 d'ici à la fin de 2016, contre environ 18 000 actuellement.
  • Les actifs pondérés en fonction des risques du Groupe pro forma selon Bâle 3 s’élevaient à environ 400 milliards6 de CHF au 30 septembre 2011. L’objectif est de réduire ce montant à 290 milliards de CHF d’ici à 2013 et à 270 milliards d’ici à 2016. Ces chiffres n’incluent pas une atténuation potentielle de l’option d’UBS de racheter les actions du fonds de stabilisation SNB StabFund (environ 20 milliards de CHF d’actifs pondérés en fonction des risques pro forma selon Bâle 3 au 30 septembre 2011).
  • L’équipe de direction de Wealth Management Americas reste convaincue que l’unité pourra dégager un bénéfice annuel avant impôts de 1 milliard d’USD.
  • UBS prévoit d’émettre de la dette non dilutive et capable d'absorber les pertes ayant statut de capital.

________________________
1 Les objectifs annuels pour les divisions et ratios charges/produit représentent des fourchettes de performance annuelle pour la période en question. Se référant à la période 2012-2016; en excluant d'éventuels éléments non récurrents importants et propre crédit. L'objectif de rendement des fonds propres pour le Groupe et l’objectif de rendement sur les fonds propres attribués pour Investment Bank sont applicables à partir de début 2013. 2012 est une année de transition étant donné qu’Investment Bank vise une réduction substantielle des actifs pondérés en fonction du risque. Tous les objectifs présument des taux de change constants.
2 Objectif pour le ratio d'actions ordinaires de catégorie 1 à atteindre d'ici à 2013, selon les règles d'application progressive de Bâle 3
3 Se réfère à Investment Bank dans sa structure actuelle, en excluant les activités héritées du passé et les positions qui seront comptabilisées comme faisant partie du Corporate Center dès 2012.
4 Les fonds propres attribués à Investment Bank devraient diminuer puisque celle-ci vise une réduction substantielle des actifs pondérés en fonction du risque et que les actifs hérités du passé vont être transférés au Corporate Center.
5 Objectif concernant les actifs pondérés en fonction du risque pour la Core Investment Bank à atteindre d'ici à 2016.
6 N'inclut pas les 17 milliards de CHF de Value at Risk soumise au stress test en rapport avec l'affaire des activités de négoce non autorisées car ce montant est reporté au quatrième trimestre.

UBS SA

Contacts

Suisse: +41-44-234-85 00
Royaume-Uni: +44-207-567 47 14
Continent américain: +1-212-882 58 57
Asie Pacifique: +852-297-1 82 00

www.ubs.com

Cautionary Statement Regarding Forward-Looking Statements
This release contains statements that constitute “forward-looking statements”, including but not limited to management’s outlook for UBS’s financial performance and statements relating to the anticipated effect of transactions and strategic initiatives on UBS’s business and future development. While these forward-looking statements represent UBS’s judgments and expectations concerning the matters described, a number of risks, uncertainties and other important factors could cause actual developments and results to differ materially from UBS’s expectations. These factors include, but are not limited to: (1) developments in the markets in which UBS operates or to which it is exposed, including movements in securities prices or liquidity, credit spreads, currency exchange rates and interest rates and the effect of economic conditions and market developments on the financial position or creditworthiness of UBS’s clients and counterparties; (2) changes in the availability of capital and funding, including any changes in UBS’s credit spreads and ratings; (3) the ability of UBS to retain earnings and manage its risk-weighted assets in order to comply with recommended Swiss capital requirements without adversely affecting its business; (4) changes in financial regulation in Switzerland, the US, the UK and other major financial centers which may impose constraints on or necessitate changes in the scope and location of UBS’s business activities and in its legal and booking structures, including the imposition of more stringent capital and liquidity requirements, incremental tax requirements and constraints on remuneration, some of which may affect UBS in a different manner or degree than they affect competing institutions; (5) possible constraints that regulatory authorities might impose directly or indirectly on UBS’s business activities, whether as a consequence of the recently unannounced unauthorized trading or for other reasons; (6) changes in UBS’s competitive position, including whether differences in regulatory requirements among the major financial centers will adversely affect UBS’s ability to compete in certain lines of business; (7) the liability to which UBS may be exposed due to litigation, contractual claims and regulatory investigations, some of which stem from the market events and losses incurred by clients and counterparties during the financial crisis; (8) the effects on UBS’s cross-border banking business of tax treaties currently being negotiated by Switzerland and future tax or regulatory developments; (9) the degree to which UBS is successful in effecting organizational changes and implementing strategic plans, and whether those changes and plans will have the effects intended; (10) UBS’s ability to retain and attract the employees necessary to generate revenues and to manage, support and control its businesses; (11) changes in accounting standards or policies, and accounting determinations affecting the recognition of gain or loss, the valuation of goodwill and other matters; (12) limitations on the effectiveness of UBS’s internal processes for risk management, risk control, measurement and modeling, and of financial models generally; (13) whether UBS will be successful in keeping pace with competitors in updating its technology, particularly in trading businesses; and (14) the occurrence of operational failures, such as fraud, unauthorized trading and systems failures, either within UBS or within a counterparty. Our business and financial performance could be affected by other factors identified in our past and future filings and reports, including those filed with the SEC. More detailed information about those factors is set forth in documents furnished by UBS and filings made by UBS with the SEC, including UBS’s Annual Report on Form 20-F for the year ended 31 December 2010, as amended by Form 20-F/A filed on 10 November 2011. UBS is not under any obligation to (and expressly disclaims any obligation to) update or alter its forward-looking statements, whether as a result of new information, future events, or otherwise.