Nouvelles UBS


UBS enregistre au deuxième trimestre une perte de 1,4 milliard de CHF; ratio BRI de catégorie 1 de 13,2% en fin de trimestre

Zurich / Bâle | | Quarterly Results

Résultats du deuxième trimestre 2009

  • Perte nette attribuable aux actionnaires d'UBS de 1402 millions de CHF au titre du deuxième trimestre

  • Le résultat inclut des pertes sur propre crédit de 1213 millions de CHF, des coûts de restructuration de 582 millions de CHF et une charge pour perte de valeur du goodwill de 492 millions de CHF en rapport avec la vente annoncée d'UBS Pactual

  • Excluant les pertes sur propre crédit, les charges de goodwill et les coûts de restructuration, le résultat avant impôts aurait été un gain de 971 millions de CHF

Plus grande stabilité financière

  • Réduction sensible des positions à risque héritées du passé et des pertes associées, y compris une diminution des correctifs de valeur pour risques de crédit

  • L'amélioration de la perception de la solvabilité d'UBS au deuxième trimestre 2009 a été un développement positif, cependant les charges associées à cette amélioration ont été un facteur majeur pour les résultats

Flux nets d'argent frais et actifs investis

  • Sorties nettes d'argent frais de Wealth Management & Swiss Bank de 16,5 milliards de CHF; Wealth Management Americas a enregistré des reflux nets d'argent frais à hauteur de 5,8 milliards de CHF; les sorties nettes d'argent frais ont totalisé 17,1 milliards de CHF pour Global Asset Management

  • Les actifs investis se sont montés à 2250 milliards de CHF en fin de trimestre, contre 2182 milliards de CHF au 31 mars 2009

Capital et bilan

  • Solide base de capital: ratio BRI de catégorie 1 de 13,2% et ratio BRI total de 17,7% en fin de trimestre, y compris l'effet de l'augmentation de capital réalisée le 30 juin 2009

  • La vente annoncée d'UBS Pactual devrait être finalisée autroisième trimestre 2009 et augmenter le ratio BRI de catégorie 1 d'UBS d'environ 50 points de base à un ratio pro forma de 13,7% au 30 juin 2009

  • Autres réductions de l'exposition au risque: total des actifs en baisse de 261 milliards de CHF à 1600 milliards de CHF et actifs totaux pondérés des risques en vertu de Bâle II en recul de 11% à 248 milliards de CHF en fin de trimestre

  • Ratio d'endettement selon la FINMA de 3,5% au 30 juin 2009

Réduction des coûts

  • Sur la bonne voie pour atteindre l'objectif d'une réduction de 3,5 à 4,0 milliards de CHF des coûts fixes d'ici à 2010; les économies de coûts commencent à porter leurs fruits et auront probablement déployé tous leurs effets vers la fin de l'année.

  • L'effectif a diminué de 4400 personnes à 71 806 collaborateurs au 30 juin 2009. Comme annoncé le 15 avril 2009, le personnel sera ramené à quelque 67 500 collaborateurs d'ici 2010

Perspectives

  • La situation sur les marchés a connu une amélioration régulière au deuxième trimestre avec une augmentation du prix des actifs, alors que les investisseurs reprenaient progressivement confiance sur de nombreux marchés d'actions et d'obligations. Malgré ces signaux positifs, le contexte économique global demeure récessionniste dans la plupart des régions dans lesquelles nous opérons et une reprise durable n'est pas encore en vue.

  • Nous avons observé une reprise de l'activité chez nos clients de gestion de fortune, lesquels font preuve petit à petit d'une moindre aversion au risque. Cela devrait favoriser le potentiel de nos activités de gestion d'actifs et de gestion de fortune à dégager des commissions. La bonne dynamique actuelle des marchés d'actions constitue un bon contexte d'amélioration pour nos activités actions et banque d'affaires. Les marchés de crédit connaissent également une bonne évolution mais notre allocation restrictive de ressources du bilan et d'autres ressources à nombre de nos unités de revenu fixe reflète notre approche prudente du risque alors que ces activités sont remises sur pied. Nous restons dans l'ensemble prudents, car nous estimons que la reprise économique sera freinée par une faible création de crédit et par la faiblesse structurelle des bilans des consommateurs et des gouvernements.

UBS enregistre au deuxième trimestre une perte de 1402 millions de CHF.

Résultats du deuxième trimestre 2009

La perte nette attribuable aux actionnaires d'UBS s'est établie à 1402 millions de CHF au deuxième trimestre 2009, contre 1975 millions de CHF au premier trimestre 2009. Cette évolution s'explique par les pertes moindres sur les positions à risque provenant d'activités aujourd'hui abandonnées ou en cours d'abandon par Investment Bank. Les résultats du deuxième trimestre se sont considérablement ressentis d'une charge pour propre crédit de 1213 millions de CHF sur des engagements financiers figurant à leur juste valeur, des frais de restructuration de 582 millions de CHF et une charge pour perte de valeur du goodwill de 492 millions de CHF en rapport avec la vente annoncée d'UBS Pactual. La perte nette des activités poursuivies s'est élevée à 1115 millions de CHF, contre une perte nette de 1852 millions de CHF.

Le produit d'exploitation total est passé de 4970 millions de CHF à 5770 millions de CHF. Cela est imputable à la baisse des pertes de négoce, le résultat net des activités de négoce s'établissant à 220 millions de CHF, contre un solde négatif de 630 millions de CHF. Le produit net des opérations d'intérêts a reculé à 1143 millions de CHF, contre 1899 millions de CHF. UBS a enregistré des correctifs de valeur pour pertes de crédit de 388 millions de CHF au deuxième trimestre 2009, contre 1135 millions au premier trimestre 2009. Le résultat des prestations de service et des commissions s'est monté à 4502 millions de CHF, contre 4241 millions de CHF, soit une hausse de 6%. Le deuxième trimestre 2009 a été marqué par une augmentation des commissions de placement et des droits de courtage nets qui a été en partie compensée par des baisses des autres catégories de commission. Les autres revenus se sont repliés à 292 millions de CHF, contre 595 millions de CHF.

Les charges d'exploitation totales ont progressé de 9%, passant de 6528 millions de CHF à 7093 millions de CHF. Le deuxième trimestre 2009 a compris des coûts de restructuration de 582 millions de CHF et une charge supplémentaire pour perte de valeur du goodwill de 492 millions de CHF en rapport avec la cession annoncée d'UBS Pactual, tandis que le premier trimestre 2009 avait inclu une charge pour perte de valeur du goodwill de 631 millions de CHF liée à la vente annoncée d'UBS Pactual.

Résultats des divisions: 2T09 par rapport au 1T09

Wealth Management & Swiss Bank a enregistré un résultat avant impôts de 932 millions de CHF, contre 1077 millions de CHF. Le produit d'exploitation a quasiment stagné, tandis que les coûts de restructuration de 321 millions de CHF au deuxième trimestre 2009 se sont traduits par un alourdissement des charges d'exploitation. Si l'on exclut les coûts de restructuration, le résultat avant impôts au titre du deuxième trimestre aurait augmenté de 16% par rapport au trimestre précédent.

Wealth Management Americas a subi une perte avant impôts de 221 millions de CHF, contre une perte avant impôts de 35 millions de CHF. Le deuxième trimestre a enregistré des coûts de restructuration à hauteur de 152 millions de CHF, tandis que le premier trimestre s'est caractérisé par une charge pour perte de valeur du goodwill de 19 millions de CHF due à la vente annoncée d'UBS Pactual. Si l'on exclut ces charges, la perte avant impôts se serait élevée à 69 millions de CHF au deuxième trimestre 2009, contre une perte avant impôts de 16 millions de CHF au premier trimestre.

Global Asset Management a enregistré un résultat avant impôts de 82 millions de CHF, contre une perte avant impôts de 59 millions de CHF. Si l'on exclut une charge pour perte de valeur du goodwill de 191 millions de CHF au premier trimestre en rapport avec la vente annoncée d'UBS Pactual et des coûts de restructuration au cours des deux trimestres, le résultat avant impôts du deuxième trimestre aurait fléchi de 30 millions de CHF, soit 22%. La hausse des commissions de performance a été plus que neutralisée par l'alourdissement des charges de personnel. Investment Bank a enregistré une perte avant impôts de 1846 millions de CHF, contre une perte avant impôts de 3162 millions de CHF. Ce changement s'explique par des pertes moindres sur des positions à risque provenant des activités aujourd'hui abandonnées ou en cours d'abandon. Le résultat du deuxième trimestre comprend une charge sur propre crédit de 1213 millions de CHF sur des engagements financiers figurant à leur juste valeur, contre une plus-value résultant de l'évaluation de nos propres crédits de 651 millions de CHF au premier trimestre 2009. Les charges d'exploitation se sont contractées par rapport au trimestre précédent malgré la progression des frais de personnel, les charges du premier trimestre ayant compris une charge pour perte de valeur du goodwill de 421 millions de CHF imputable à la vente annoncée d'UBS Pactual. Les activités dans le secteur des actions et de la banque d'affaires ont vu leurs revenus augmenter car elles ont profité de l'amélioration du sentiment du marché et de la reprise des marchés des actions. Toutefois, les revenus des activités de vente et de négoce du segment Revenu fixe, changes et matières premières (FICC) ont été faibles, alors que ces activités sont remises sur pied. En outre, l'allocation des ressources aux activités FICC a reflété la prudence des prises de risques.

Le Corporate Center a subi une perte avant impôts provenant des opérations poursuivies de 270 millions de CHF au deuxième trimestre 2009. Elle s'explique principalement par la charge pour perte de valeur du goodwill de 492 millions de CHF liée à la cession annoncée d'UBS Pactual, principalement due à des pertes de change. Le Corporate Center a enregistré un résultat avant impôts issu des opérations poursuivies de 621 millions de CHF au premier trimestre 2009.

Flux net d'argent frais

Wealth Management & Swiss Bank - les sorties nettes d'argent frais ont fléchi à 16,5 milliards de CHF, contre 23,4 milliards de CHF. Le total des sorties nettes d'argent frais a concerné la clientèle suisse à hauteur de 0,2 milliard de CHF et la clientèle internationale à raison de 16,3 milliards de CHF, contre des reflux nets de fonds de respectivement 10,2 milliards de CHF et 13,2 milliards de CHF au premier trimestre 2009. La hausse des sorties nettes d'argent frais, en Europe en particulier, n'a été que partiellement compensée par des afflux de fonds dans la région Asie-Pacifique.

Wealth Management Americas - Au deuxième trimestre 2009, les sorties nettes d'argent frais se sont montées à 5,8 milliards de CHF, contre des afflux de fonds de 16,2 milliards de CHF au premier trimestre 2009.

Global Asset Management - Les sorties nettes d'argent frais se sont établies à 17,1 milliards de CHF, contre 7,7 milliards de CHF. Les reflux nets d'argent frais des institutionnels ont atteint 6,6 milliards de CHF, contre 1,1 milliard de CHF. Si l'on exclut les flux en rapport avec les placements monétaires, les sorties nettes sont passées de 9,2 milliards à 3,4 milliards de CHF. L'activité sur actions a enregistré ses premiers afflux nets de fonds depuis le quatrième trimestre 2005, mais les activités multi-actifs, les placements alternatifs et quantitatifs, le revenu fixe et les fonds immobiliers ont affiché des sorties nettes d'argent frais. Les sorties nettes de fonds du segment Wholesale Intermediary ont totalisé 10,6 milliards de CHF, contre 6,6 milliards de CHF. Si l'on exclut les flux en rapport avec les placements monétaires, les sorties nettes de capitaux du Wholesale Intermediary sont passées de 8,7 milliards à 4,5 milliards de CHF.

Fonds propres et bilan

Au 30 juin 2009, le ratio BRI de catégorie 1 d'UBS était de 13,2% et son ratio BRI des fonds propres de 17,7%, contre respectivement 10,5% et 14,7% au 31 mars 2009. Au deuxième trimestre, les actifs pondérés en fonction des risques (RWA) ont reculé de 11% à 248,0 milliards de CHF, les fonds BRI de catégorie 1 se sont accrus de 3,4 milliards de CHF à 32,6 milliards de CHF et le total des fonds propres selon la BRI a augmenté de 3,0 milliards de CHF à 43,9 milliards de CHF. Ces chiffres comprennent l'effet de l'augmentation de capital réalisée le 30 juin 2009; grâce à cette dernière, UBS a levé environ 3,8 milliards de CHF nets de commissions via le placement de 293 258 050 actions nouvelles.

Si l'on tient compte des effets de la vente annoncée d'UBS Pactual, dont la finalisation est prévue au troisième trimestre 2009, les fonds BRI de catégorie 1 augmenteraient d'environ 1 milliard de CHF et les actifs pondérés du risque diminueraient de 3 milliards de CHF. A la suite de la finalisation de la transaction, le ratio BRI de catégorie 1 d'UBS devrait augmenter de quelque 50 points de base à un ratio pro forma de 13,7% au 30 juin 2009.

UBS a encore réduit son bilan de 261 milliards de CHF au deuxième trimestre et le total des actifs s'est élevé à 1600 milliards de CHF au 30 juin 2009. Les valeurs de remplacement ont fléchi dans des proportions similaires des deux côtés du bilan, les mouvements du marché ayant diminué les valeurs de remplacement positives de 28%, soit 211 milliards de CHF, à 543 milliards de CHF et les valeurs de remplacement négatives de 29%, soit 211 milliards de CHF, à 524 milliards de CHF. En outre, le portefeuille des crédits s'est contracté de 37 milliards de CHF, les actifs du collateral trading se sont tassés de 12 milliards de CHF et les actifs de négoce de 4 milliards de CHF.

Webcast

  • 9h: Présentation en direct

  • 14h: Répétition

  • 18h: On demand