UBS news


Baromètre UBS des PME: Reprise hésitante pour les entreprises industrielles

Zurich / Bâle | | Media Releases Switzerland

Les résultats du sondage indiquent une reprise lente dans le secteur de l'industrie. D'une manière générale, les grandes entreprises ont une longueur d'avance. Dans le secteur des services, le tableau est quant à lui plus nuancé.

Le baromètre UBS des PME, calculé sur la base des résultats du KOF auprès des entreprises industrielles, montre une reprise légère pour les PME comme pour les grandes entreprises. Alors que l'indice des grandes entreprises se rapprochait de zéro avec -0,07, annonçant ainsi une stabilisation, la situation économique des PME est encore et toujours un peu plus difficile. Mais les PME ont cependant connu une amélioration économique, passant de -1,1 point en janvier à -0,4 point en avril. La valeur actuelle se situe encore en-dessous de la moyenne à long terme, respectivement de 0,27 point pour les PME et 0,22 point pour les grandes entreprises, indiquant un environnement économique délicat pour le secteur industriel.

Guerre des prix sur le recul dans le secteur du bâtiment
La chute des prix dans le secteur du bâtiment semble toucher lentement à sa fin, que ce soit pour les PME comme pour les grandes entreprises. Les deux groupes d'entreprises attendent des prix à la hausse pour le second trimestre. Bien que la dynamique s'atténue au niveau des commandes, le secteur du bâtiment reste dans une situation économique encore très confortable. Cela confirme le fait que les grandes entreprises tout comme les PME estiment leur situation commerciale comme étant encore bonne. Alors que les PME créent de nouveaux emplois, les grandes entreprises restent encore prudentes quant à leur politique de recrutement. Dans les cabinets d'architectes ou d'ingénieurs, aucun assombrissement de la situation économique n'est envisagé. Ils annoncent plutôt une hausse vertigineuse de la demande au printemps. Les grandes entreprises aussi bien que les PME considèrent la situation commerciale comme bonne, bien que la dynamique se soit quelque peu affaiblie au cours des derniers mois pour les grandes entreprises. Les PME souffrent de la forte pression exercée sur les prix.

Le secteur des services renvoie quant à lui une image mitigée. La situation tend globalement vers une amélioration de la situation plus marquée pour les grandes entreprises que pour les PME. Les PME font état d'une demande stagnante et d'une détérioration de la situation bénéficiaire, au contraire des grandes entreprises, qui annoncent une amélioration pour ces deux indicateurs. Malgré l'environnement économique maussade des PME, les deux groupes d'entreprises évaluent la marche des affaires comme bonne au cours des derniers mois.

Reprise de courte durée dans le secteur du tourisme
La reprise constatée dans le secteur du tourisme au premier trimestre ne s'est pas avérée durable, et tout particulièrement pour les PME. Tous les indicateurs tendent à la baisse pour les PME. La situation est similaire pour les grandes entreprises. En dehors des rendements, qui se sont avérés inchangés par rapport au trimestre précédent, tous les indicateurs ont continué à virer au rouge. Alors que la situation s'aggravait généralement entre les groupes d'entreprises des autres secteurs et que les grandes entreprises se voyaient plutôt mieux loties, aucun écart notable n'est constaté dans le secteur du tourisme.

Dans le marché de détail, on constate des différences notables entre grandes entreprises et PME dans l'estimation des chiffres d'affaires à venir. Les grandes entreprises misent sur un avenir nettement plus pessimiste que les PME. Cette analyse se reflète également sur l'évaluation de la situation commerciale, évaluée de manière plus positive par les PME que par les grandes entreprises. Cette vision plus positive de l'environnement économique ne se répercute cependant pas sur le niveau des personnes employées. Les PME estiment encore le niveau des employés comme trop élevé. La situation bénéficiaire des trois derniers mois a été évaluée de manière diamétralement opposée à la situation économique générale. A savoir: baisse de la situation bénéficiaire au cours des trois derniers mois pour les deux groupes, avec cependant une détérioration moins marquée pour les grandes entreprises que pour les PME.

Calcul du Baromètre UBS des PME
Le baromètre UBS de l'industrie est le résultat d'une enquête mensuelle réalisée par le KOF auprès d'entreprises industrielles (hors construction). Il s'agit du premier composant principal calculé parmi 17 sous-indicateurs établis pour tout le secteur industriel. Il se divise en deux catégories: PME (jusqu'à 200 salariés) et grandes entreprises (200 salariés et plus). Son échelle est déterminée de manière à ce que sa moyenne soit de zéro et sa variance de 1.

Précision importante
Données corrigées des variations saisonnières. L'analyse est réalisée à l’aide d'un «indice de diffusion»: le résultat correspond à la moyenne des entreprises qui annoncent une tendance positive ou négative. Par conséquent, il n’indique pas les variations sous forme de pourcentage.

 

UBS SA


Contact

Sibille Duss, UBS CIO Wealth Management Research, Tél. +41-44-235 69 54

UBS outlook Swiss: www.ubs.com/research

Publications et prévisions d'UBS pour la Suisse:
www.ubs.com/economicresearch
www.ubs.com/wmr-swiss-research

www.ubs.com