Bailleurs de fonds

Il existe différentes possibilités d'acquisition de capital au cours des différentes phases du cycle de vie d'une entreprise.

Dans la phase de création, il est recommandé d'utiliser des capitaux propres étant donné qu'il s'agit de capital à risque. Avec un crédit bancaire, le versement des intérêts et des remboursements est exigé indépendamment du succès de l'entreprise; il est donc conseillé de ne recourir au crédit bancaire que pour le préfinancement du cash flow garanti.

Bailleurs de fonds
Private EquityCrédit à taux fixeFinancement mezzanineFinancement mezzanineLeasingVenture CapitalFonds propres versés et obtenus par le travailFinancements d'entreprisesTrade & Export FinanceFactoringFonds propres versés et obtenus par le travailEntrée en Bourse

Fonds propres versés et obtenus par le travail

Sont désignés par fonds propres les capitaux qui sont apportés dans l'entreprise par un seul ou plusieurs (co)propriétaires. L'apport peut s'effectuer sous forme d'espèces ou d'épargne, sous forme d'apport en nature ou encore sous forme de prestations propres. Les capitaux propres englobent aussi les bénéfices qui sont réinjectés dans l'entreprise pour son autofinancement. En règle générale, les fonds propres sont inscrits au passif du bilan. Ils autorisent la personne concernée à participer au bénéfice de l'entreprise mais la contraint également au remboursement de pertes. En outre, la personne qui verse les fonds propres dispose en général au moins d'un droit de participation aux décisions de l'entreprise.

Entrée en Bourse

On entend par entrée en Bourse, ou en anglais Initial Public Offering abrégé IPO (anciennement aussi «Going Public») la première offre publique des actions d'une entreprise sur le marché organisé des capitaux. Le déroulement d'une entrée en Bourse est en général géré par une ou plusieurs banques.

L'une des principales raisons motivant l'entrée en Bourse est d'apporter à l'entreprise de nouveaux moyens financiers par l'émission d'actions. Ce capital sert d'une part à financer la croissance, d'autre part à renforcer les fonds propres. Il peut également offrir la possibilité aux actionnaires existants de vendre leurs propres parts à un prix plus intéressant que ne le permettraient les parts d'une entreprise non cotée en Bourse. La succession de l'entreprise de même que les spin-offs peuvent également être réglés par une introduction en Bourse. L'entrée en Bourse peut aussi être motivée par la couverture des besoins en capitaux propres liés à la croissance, l'optimisation des coûts des capitaux de tiers par une meilleure solvabilité, l'accroissement de la notoriété, l'augmentation de l'attrait pour les collaborateurs et les dirigeants et le renforcement de la compétitivité. En règle générale, l'entrée en Bourse est liée à un ensemble de raisons.

Financement mezzanine

Le financement mezzanine est un terme générique pour des formes de financement dont les caractéristiques juridiques et économiques constituent une construction hybride entre fonds propres et fonds de tiers. Dans sa variante classique, on octroie à une entreprise des fonds propres économiques et/ou inscrites au bilan, sans accorder aux bailleurs de fonds le droit de vote ou d'exercer une influence ou d'avoir des prétentions résiduelles comme en bénéficient les associés. Le capital mezzanine peut être attribué de manière analogue à des fonds propres (equity mezzanine) sous la forme de droits de jouissance, de bons de jouissance ou de participations latentes. Des emprunts convertibles ou des emprunts à options peuvent également être accordés. Le capital mezzanine octroyé sous forme de prêts subordonnés, partiaires ou d'associés, a en revanche le caractère d'un fonds de tiers et doit en règle générale être inscrit au bilan comme un engagement (debt mezzanine). Les bailleurs de fonds de tiers classiques attribuent en général le capital mezzanine aux fonds propres économiques, puisqu'il ne réduit pas les garanties potentiellement disponibles. L'apport de capitaux mezzanine peut ainsi engendrer une augmentation de la ligne de crédit, ce qui permet à son tour un financement mixte plus avantageux.

Private Equity

Le terme Private Equity provient des USA et signifie capital de participation privé. Ce capital est mis à la disposition de l'emprunteur par des investisseurs privés ou institutionnels sous forme de fonds propres économiques ou de moyens similaires à des fonds propres. On renonce en l'occurrence à la fourniture de garanties. Les emprunteurs sont principalement des petites et moyennes entreprises. Le capital est mis à leur disposition pendant une période limitée d'une durée de trois à dix ans généralement. Outre la composante financière, le Private Equity comporte aussi une offre de suivi et de conseil. L'étendue du savoir-faire transmis dépend de l'offre générale de l'investisseur ainsi que du niveau de développement de l'entreprise recevant le capital.

Venture Capital

Le terme capital-risque - également désigné par le terme américain Venture Capital - se définit comme la mise à disposition de fonds propres ou de moyens similaires à des fonds propres. Cette mise à disposition de capital est limitée dans le temps et fixée par contrat pour une durée de trois à dix ans en général. On renonce toutefois dans une large mesure à la fourniture de garanties de la part de l'emprunteur. Le capital-risque mis à disposition dépend principalement des chances de croissance de l'entreprise et du rendement qui en résulte. Il est utilisé pour le financement des phases initiales de l'entreprise, des phases de croissance et pour les besoins de financement particuliers.

Outre la composante financière, le capital-risque comporte aussi une offre de suivi et de conseil. Son étendue dépend d'une part de l'offre effective du bailleur de fonds et d'autre part du niveau de développement et du profil d'exigences de l'entreprise recevant le capital.