Dans les exportations

En tant que vendeur ou exportateur, vous êtes le donneur d'ordre qui remet les documents à UBS avec un ordre d'encaissement. Si vous avez déjà produit et expédié la marchandise sans vous être assuré préalablement du paiement, l'encaissement documentaire peut présenter certains risques quant au recouvrement de la somme due.

Points importants pour l'exportateur

  • Pour éviter tout retard et toute difficulté lors de la prise en charge et du dédouanement de la marchandise, l'établissement des documents d'expédition doit s'effectuer en conformité avec les directives d'importation.

  • Le risque de non-paiement des documents ou de non-paiement de l'effet de change ou de la lettre d'engagement à l'échéance n'est pas couvert par l'encaissement documentaire.

  • Si les documents (transport) indiquent l'importateur comme destinaire de la marchandise (dans le cas d'un fret aérien et/ou terrestre), celui-ci risque de pouvoir disposer de la marchandise sans les documents.

  • Dans le cas d'un effet de change accepté ou d'une lettre d'engagement, vous n'avez pas d'autre choix, en votre qualité d' exportateur, que de faire confiance à votre partenaire. En cas de non-acceptation, il est souvent plus difficile de réaliser la créance. Le droit cambiaire dans le pays de l'acheteur est déterminant à cet égard.

  • Le paiement peut être retardé en raison des prescriptions de change dans le pays de l'acheteur.

  • Des instructions spécifiques doivent être données si vous autorisez les paiements partiels et/ou une inspection préalable de la marchandise par le tiré (à éviter dans la mesure du possible).

    L'ordre d'encaissement que l'exportateur remet à sa banque avec les documents doit définir l'ensemble des conditions nécessaires au recouvrement de la créance et à la remise des documents présentés.