Investir en 2014

Investir en 2014

Les marchés financiers continuent d’être affectés par un mélange détonant de facteurs cycliques et structurels. Si les données économiques surveillées de près telles que le PIB et la croissance des bénéfices sont partiellement révélatrices, l’équipe Global Investment Solutions va plus loin en examinant également des thèmes sous-jacents susceptibles de transformer le paysage économique. L’objectif de notre analyse thématique consiste à identifier des risques et opportunités sur les marchés sur lesquels nous investissons. Investir en 2014 aborde huit de ces thèmes, associant des considérations stratégiques à une concentration sur l’année 2014.

Ces thèmes n’affectent pas seulement les marchés - ils s’affectent les uns les autres. L’illustration 1 met au jour certaines de ces interactions, mais n’a rien d’exhaustif.

Illustration 1 : interconnexions

interconnexions

On pourrait aussi affirmer, par exemple, que la crise de la zone euro est inextricablement liée au désendettement ou que l’évolution énergétique a des effets majeurs sur l’inflation. Nous mettons en avant certains aspects clés de chaque thème et énumérons certains des nombreux effets de ces thèmes sur les catégories d’actifs dans lesquelles nous investissons.

Un réveil brutal

Un réveil brutal

Les techniques innovantes telles que la fracturation hydraulique et le forage horizontal pourraient changer la donne pour les économies d’Amérique du Nord. Des décennies de dépendance énergétique et de coûts élevés des transports pourraient arriver à leur terme. L’indépendance énergétique a également des ramifications géopolitiques.

Le monde émergent

Le monde émergent

Les relations entre les marchés développés et émergents sont en pleine mutation. Alors que la reprise économique gagne du terrain dans la plupart des régions du monde, les investisseurs ont tout intérêt à garder un oeil sur les changements structurels à venir, un ralentissement étant attendu dans les marchés émergents. Il semble que la croissance à double chiffre qui régnait auparavant dans le monde émergent ne soit plus d’actualité, même en Chine.

L’heure du remboursement a sonné

L’heure du remboursement a sonné

En ce qui concerne les niveaux d’endettement, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse. Nous identifions toutefois de nets signes de désendettement aux Etats-Unis. La périphérie de la zone euro, en revanche, vient à peine d’entamer son désendettement et les niveaux de la dette semblent même augmenter en Asie émergente et dans les pays relativement peu affectés par la crise financière tels que la Suède, le Canada et l’Australie.

Deux pas en avant, un pas en arrière

Deux pas en avant, un pas en arrière

La réaction initiale de la zone euro à la crise financière a été d’adopter des mesures d’austérité qui sont venues entraver la croissance. Aujourd’hui, un mélange d’austérité et de croissance considéré comme «deux pas en avant, un pas en arrière» règne. Si la zone euro reste exposée à des problèmes structurels, nous pensons que la reprise cyclique interviendra en 2014.

Où est le punch ?

Où est le punch ?

Alors que la fin de la politique de l’«argent facile» est attendue à tout moment, les banques centrales de la planète devront définir très minutieusement leurs stratégies de sortie pour ne pas exposer le marché à une volatilité excessive.

Quel est le meilleur traitement?

Quel est le meilleur traitement?

Les gouvernements ont mis en oeuvre des mesures de croissance, d’austérité ou les deux en réaction à la crise financière. La croissance semble avoir eu de meilleurs résultats que l’austérité. Il est recommandé aux investisseurs de surveiller les politiques adoptées à travers le monde pour déterminer leurs effets sur les différentes catégories d’actifs.

En attendant Godot

En attendant Godot

L’inflation est restée sous contrôle en dépit des politiques monétaires peu conventionnelles adoptées aux quatre coins du monde. Face aux perspectives de croissance moroses et à l’offre accrue de matières premières essentielles, une flambée de l’inflation est fort peu probable. Quoi qu’il en soit, une inflation structurelle élevée reste possible sur les marchés émergents tels que l’Inde.

Nouvelle mode

Nouvelle mode

La faiblesse des rendements obligataires due aux politiques monétaires accommodantes des banques centrales incite nombre d’investisseurs en obligations à délaisser le revenu fixe au profit des actions. Nous pensons qu’une rotation est peut-être en cours, mais elle n’est probablement pas aussi drastique qu’on ne l’entend.

L’économie suisse prend le dessus

L’économie suisse prend le dessus

Dans l’ensemble, l’économie suisse est bien orientée. Elle devrait croître d’environ 2% en 2013 et nous misons sur une avancée comparable en 2014 et 2015. Il existe toutefois certains risques.