Le financement de l’infrastructure énergétique en Suisse

Le financement de l’infrastructure énergétique en Suisse

par Andreas Schlatter, responsable UBS Global Asset Management Suisse

La stratégie énergétique 2050 de la Confédération exige des investissements à hauteur de plus de 200 milliards de CHF. Les caisses de pension et les assureurs-vie sont certes prêts à investir dans l’infrastructure énergétique et à financer ainsi une part du virage énergétique, mais il faudrait toutefois songer à modifier le cadre réglementaire leur pour permettre de s’engager encore davantage.

La stratégie énergétique 2050 de la Confédération est un projet générationnel: selon les estimations, la construction et l’exploitation de nouvelles centrales exigeront quelque 67 milliards de CHF en Suisse d’ici à 2050. Pour la réfection du parc de centrales existantes, le Conseil fédéral chiffre les investissements à environ 126 milliards de CHF. Pour la transformation et l’extension des réseaux de transmission et de distribution d’électricité, il faudra investir un montant de l’ordre de 18 milliards de CHF1.  Tous ces investissements totalisent un montant de plus de 200 milliards de CHF.

De nouvelles sources de financement pour le tournant énergétique
Jusqu’à présent, les sociétés de production et de distribution d’énergie suisses étaient en mesure de s’assurer elles-mêmes les moyens nécessaires pour moderniser leurs réseaux et leurs centrales. Mais au vu de la pression croissante à laquelle ils doivent faire face et de l’énorme ampleur des investissements à effectuer, le financement de l’infrastructure énergétique devra désormais s’appuyer sur un socle plus large. C’est pourquoi on évoque de plus en plus souvent un engagement des investisseurs institutionnels comme les caisses de pension et les assureurs-vie, car le bas niveau des taux d’intérêt les pousse à chercher des investissements à long terme assortis d’un potentiel de risque-rendement plus séduisant.

Risques liés au financement de l’infrastructure énergétique
Quels sont les risques particuliers auxquels s’exposent les investisseurs dans l’infrastructure énergétique? Les investisseurs souhaitent tout d’abord un cadre réglementaire stable et prévisible, car de tels investissements se font en généralement sur de très longues durées et se financent donc sur le long terme. Les investisseurs doivent donc avoir la certitude que les subventions, telles que la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) pour la production d’électricité à partir de ressources renouvelables, restent en place pendant toute la durée du projet.

Les projets intéressants aux yeux des investisseurs sont les projets déjà concurrentiels à l’heure actuelle sans l’aide de subventions. L’énergie thermique en fait partie. Les centrales de chauffage au bois vendent à l’industrie, à l’hôtellerie ou aux ménages la chaleur que dégage la combustion du bois, et ce, à des prix compétitifs. De tels projets offrent un bon rendement aux investisseurs pour un risque modéré. Au vu du bas niveau des taux d’intérêt que connaît la Suisse, ces projets ont de quoi séduire les caisses de pension.

Rendements attendus par les investisseurs pour les placements dans les infrastructures énergétiques
Les investisseurs ne sont pas uniquement attentifs aux risques. Ils considèrent aussi les rendements. Mais à partir de quel niveau un rendement est-il intéressant pour un investisseur institutionnel? Plusieurs éléments entrent en jeu: d’abord le taux d’intérêt sans risque en francs suisses pour une durée de dix ans. Celui-ci se situe entre 2,0 et 2,5%. S’y ajoutent la prime pour les risques réglementaires et les risques opérationnels de 2,0 à 2,5% et aussi une prime d’illiquidité de 1,0%. Le rendement à dégager s’inscrit donc entre 5,0 et 6,0%. C’est donc ce que les investissements dans l’infrastructure énergétique devraient rapporter au minimum pour intéresser les caisses de pension dans le contexte actuel.

Le financement de l’infrastructure énergétique en Suisse
En notre qualité de plus grand gérant de fortune de Suisse, nous savons d’expérience que les caisses de pension et les assureurs-vie sont intéressés par les investissements dans l’infrastructure énergétique de la Suisse. C’est pourquoi nous avons créé une solution d’investissement pour permettre aux investisseurs institutionnels de réaliser de tels investissements. Selon nos estimations, le rendement annuel de ce placement collectif d’une durée de douze ans devrait s’inscrire à 5,0%. Cette solution a suscité un vif intérêt, à tel point que nous avons déjà recueilli des souscriptions à hauteur de 400 millions de CHF.

Conclusions et perspectives
Pour inciter les investisseurs à investir davantage dans l’infrastructure énergétique, il faut instaurer des conditions-cadres stables et prévisibles sur le long terme ainsi que proposer des rendements de 5,0 à 6,0% au moins. Si les milieux politiques souhaitent voir un plus grand engagement de la part des caisses de pension et des assureurs-vie dans l’infrastructure énergétique, il faudra adapter les contraintes de fonds propres et les directives de placement des investisseurs institutionnels.

Deux mesures sont envisageables à cet effet: primo, tenir les investissements dans les infrastructures comme une catégorie de placement à part entière, à l’instar de l’immobilier. Secundo, en ce qui concerne les assureurs-vie, les contraintes de fonds propres à détenir dans le cadre des investissements dans les infrastructures devraient tenir compte du profil de risque de cette catégorie d’investissement dans le contexte suisse. Ainsi, les investisseurs institutionnels pourraient investir plus de capitaux dans ces placements de long terme peu liquides et contribuer de la sorte à élargir le socle du financement de l’infrastructure.
 

Cet article est un résumé de l’exposé de l’auteur qu’il a présenté à l’occasion de la Journée des infrastructures DETEC-MIR qui s’est tenue le 15.11.2013 à l’EPFL à Lausanne.
1Voir : message sur la Stratégie énergétique 2050

Dr. Andreas Schlatter

Dr. Andreas Schlatter
Responsable UBS Global Asset Management Suisse

UBS Global Asset Management offre aux investisseurs institutionnels la possibilité de s’engager dans le domaine de la Clean Energy Infrastructure

En savoir plus

Découvrez-en davantage sur la centrale thermique à bois innovante de Göschenen, qui approvisionne également Andermatt avec de la chaleur produite dans le respect de l’environnement. 

Video (en allemand)